Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice
  • Contact

Recherche

6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 06:07

Lurel interpelle Fabius

"Quelles sont les perspectives de développement de nos relations économiques, culturelles, universitaires et médicales avec Cuba, et quelle place pourrait être réservée aux régions françaises de la Caraïbe ?" Victorin Lurel a interrogé le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, hier lors de la séance de questions au gouvenement dans le contexte de la visite d'Etat de Raoul Castro à Paris. "Nous avons signé des accords dans le domaine du tourisme, du commerce équitable, des transports ferroviaires, a répondu M. Fabius Nous avons aussi passé des accords en matière culturelle, et nous avons bien sûr évoqué la question des droits de l’homme, sur laquelle nous avons des divergences." Si Laurent Fabius s'est montré lyrique en citant Victor Hugo saluant la lutte, de l’insurrection contre le colonisateur espagnol, il a été très évasif sur le rôle des départements français d'Amérique dans les relations à venir avec Cuba : "C’est toute notre politique en Amérique latine qui est concernée. Nous sommes liés à ce continent d’une manière particulière puisque nous y sommes présents au travers de nos territoires et de nos départements de la Caraïbe." Rien vraiment dans cette réponse sur la place qui pourrait être réservée aux régions françaises de la Caraïbe.

FXG, à Paris

6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 05:05

Huguette Bello interpelle Marisol Touraine sur les violences faites aux femmes

Emue de la situation de Jacqueline Sauvage (graciée par le chef de l'Etat), Huguette Bello a interpellé Marisol Touraine, ministre des Droits de la femme, au sujet des violences contre les femmes. "L’année commence à peine, a-t-elle indiqué, et la Réunion déplore déjà deux victimes de violences conjugales. Ingrid Gonfo, vingt-trois ans, et Géraldine Nauche, trente-huit ans, sont mortes, tuées à l’arme blanche par leur compagnon, sans oublier Carole Crescence, battue sur son lieu de travail..."

Huguette Bello demande donc si l’année 2016 sera-t-elle bien celle de "la mobilisation des institutions et des citoyens, mais aussi des moyens contre ce fléau qui défigure notre société".

"C’est un fait politique majeur dans notre pays, à La Réunion comme ailleurs", lui a répondu la ministre qui a salué l'engagement de la députée de la Réunion. La ministre a recusé le vocable de crimes passionnels pour préferer celui de crimes machistes. "Des expériences sont mises en place sur le territoire national, elles le seront à La Réunion, a promis Mme Touraine, comme ailleurs pour proposer aux professionnels de santé des services d’urgence, plus précisément un kit d’urgence pour prendre en charge, en relation avec la police et la justice, les femmes victimes de violences."

A La Réunion, le nombre de plaintes a augmenté et celui des femmes hébergées de 25 % depuis 2013. "Cela veut dire que l’omerta et la loi du silence sont en train d’être brisées", a-t-elle conclu.

FXG, à Paris

 

5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 07:29

Les présidents de Région à Matignon et à l'Elysée

Les présidents des 17 Régions françaises (à l'exception de Laurent Wauquiez de la Région Auvergne Rhône Alpes) ont rencontré hier à Paris le Premier Ministre, Manuel Valls et le président de la République, François Hollande. A Matignon, mardi matin, ils ont participé au séminaire pour l'emploi avant un déjeuner à l'Elysée avec le chef de l'Etat. Autour du Premier ministre et des présidents de Région présents, huit ministres : Marylise Lebranchu (Décentralisation), Emmanuel Macron (Economie), Myriam El Khomri (Travail), Najat Vallaud-Belkacem (Education), Alain Vidalies (Transports), Christian Eckert (Budget), André Vallini (Réforme territoriale) et George Pau-Langevin (Outremer).

Au menu de ces rencontres, la mise en oeuvre du plan d'urgence pour l'emploi annoncé le 18 janvier par le chef de l'Etat, d'établir "un calendrier de travail et une méthode", selon Matignon. L'association des Régions de France estime que le plan massif à hauteur de 500.000 formations supplémentaires annoncé le 31 décembre dernier par le président de la République ne pourra être efficace que s’il est copiloté avec les Régions compétentes en matière de formation et d'apprentissage. Pour cela, les Régions pourraient expérimenter "la répartition des fonds libres du quota de la taxe d’apprentissage par les Régions, après concertation avec les Organismes collecteurs de la taxe d’apprentissage." Pour l'acccompagnement de demandeurs d'emploi, l'Etat se dit prêt à transférer aux régions les crédits aux Régions des crédits accordés par l’Etat aux opérateurs du service public de l’emploi

(missions locales, Plie, maisons de l’emploi,…) et du Fonds social européen (FSE) gérés par l'Etat au bénéfice des opérateurs du service public de l'emploi (missions locales, Plie, maisons de l'emploi).

Concernant le soutien aux PME/TPE, L’Etat s’engage à compenser dans le budget des Régions une partie (500 M€) des ressources que les départements consacraient à l’accompagnement des entreprises avant la fin de leur intervention, allouer aux Régions une enveloppe (700 M€ au total) leur permettant de doubler le nombre de PME accompagnées, à travers une contractualisation spécifique.

FXG, à Paris

 

5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 05:31

Azérot interpelle Le Foll sur les chiens errants

Bruno Nestor Azérot a interpellé Stéphane Le Foll, hier à l'Assemblée nationale pour m'alerter que de nombreux éleveurs d’outre-mer, notamment de Martinique, sont désespérés de voir leurs troupeaux détruits et attaqués par des meutes de chiens errants et divagants dans les élevages. "L’an dernier, a-t-il précisé, rien qu’en Martinique, ce sont près de 600 animaux qui ont été attaqués, tués ou estropiés, ce qui a causé des pertes énormes et irréparables aux petits éleveurs – qui ne les déclarent même plus." Et pour cause, il n'y a pas d'infemnisation.

Craignant que les éleveurs apportent eux-mêmes une réponse, "à la limite de la légalité, pour protéger leur élevage ou se protéger eux-mêmes", le député maire de Sainte-Marie lui a demandé que soit "défini outre-mer un cadre spécifique d’intervention afin que les troupeaux soient protégés, que soient prévues des indemnités et que soient mises en œuvre les procédures légales adéquates".

Stéphane Le Foll l'a d'abord renvoyé dans ses cordes sous les applaudissmeents de la droite en lui rappelant que c'est une compétence des maires et des intercommunalités : "A charge pour elles de repérer, d’identifier et d’enfermer ces animaux, le tout dans le cadre de protocoles d’accord avec les associations et les vétérinaires." Il a toutefois admis qu'il fallait revoir la manière dont on traite ce problème. "Une lettre sera envoyée au préfet de Martinique pour demander qu’une réunion soit organisée afin d’évaluer les moyens des mairies et de la préfecture. Il ne s’agit certes pas d’un problème de rage, mais nous devons cependant nous organiser de manière collective ; ce n’est qu’ensuite que l’État pourra apporter les solutions que vous avez suggérées, en particulier afin de remédier aux pertes consécutives à ces attaques. Dont acte.

FXG, à Paris

 

 

5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 04:25
Marisol Touraine a reçu les présidents et parlementaires des collectivités régionales des Antilles et de la Guyane mercredi au ministère de la Santé

Marisol Touraine a reçu les présidents et parlementaires des collectivités régionales des Antilles et de la Guyane mercredi au ministère de la Santé

Marisol Touraine fait face à nos élus

Alors que le zika est devenue une urgence de portée internationale, Marisol Touraine a reçu les élus des Antilles et de la Guyane hier matin.

Elle annonce une meilleure prise en charge des femmes enceintes, la mobilisation de nouvelles équipes médicales, l'envoi de huit respirateurs et sa venue prochaine.

Face à Marisol Touraine, ministre de la Santé, et sa collègue de l'Outre-mer, George Pau-Langevin, se trouvaient, mercredi matin, les présidents Alfred Marie-Jeanne et Ary Chalus, les parlementaires Félix Desplan, Serge Létchimy, Victorin Lurel, Bruno Nestor Azérot et Jean-Philippe Nilor. Le président de la collectivité territoriale de Guyane était représenté par Sandrine Chantilly, directrice régionale de la lutte anti-paludique. Au programme de cette réunion, le zika, devenu selon l'OMS, "une urgence de santé publique de portée internationale". Tous sont revenus sur les déclarations de la ministre appelant les femmes enceintes de métropole à ne pas se rendre en dans les outre-mer. Tous ont souligné "la maladresse" de cette recommandation et rappelé qu’il fallait porter l’attention sur les femmes enceintes dans les territoires. "Il ne faut pas ajouter une crise économique à un problème sanitaire", a indiqué le président Chalus. "Ma volonté, a fait savoir Mme Touraine, n’est pas d’alarmer, mais d’informer, de protéger – en particulier les femmes enceintes." Elle assure en cela avoir suivi l'avis du Haut conseil de la santé publique et s'être préoccupée des femmes enceintes dans les teritoires dès le 19 décembre dernier. Un suivi et une prise en charge spécifiques ont donc été mis en place pour les femmes enceintes avec une surveillance échographique mensuelle orientée sur des signes neurologiques. Celle-ci devrait être prise en charge à 100 % aussi bien dans les hôpitaux qu'en ville, même chose pour le test de diagnostic biologique. "J’ai décidé d’engager en urgence la procédure permettant la prise en charge de ce test en ville dans les plus brefs délais."

"Tous les pays d’Amérique latine concernés"

Alfred Marie-Jeanne est intervenu pour lui rappeler qu'il l'avait interpellée, il y a 21 mois, sur le risque du zika alors que le virus ne concernait pas encore les DFA et que sa question était alors restée sans réponse...

La ministre est revenue sur sa communication qui ciblait globalement les outre-mer pour préciser : "Les zones concernées ne sont évidemment pas seulement les départements français d’Amérique, mais tous les pays d’Amérique latine concernés." Elle a ajouté que "le Brésil lui-même venait de recommander aux femmes enceintes de ne pas se rendre sur son territoire".

Les élus attendent de l'Etat qu'il soutienne l’action des collectivités dans la prévention et dans la lutte contre le virus notamment en termes de biomedecine.

La ministre a annoncé une série de mesures (voir encadré) et son déplacement en Guyane et en Martinique d'ici la fin du mois de février. Ary Chalus lui a demandé de se rendre aussi en Guadeloupe pour rassurer la population. La ministre s'est montrée ouverte sur le sujet.

FXG, à Paris

Le point sur l'épidémie aux Antilles Guyane

La Martinique et la Guyane ont franchi le seuil épidémique, respectivement les 20 et 22 janvier. On a recensé 2287 cas en Guyane, 245 en Martinique. Près d’une centaine de cas ont fait l’objet d’une confirmation biologique. Dix cas autochtones ont également été confirmés en Guadeloupe et un cas à Saint Martin. Au total depuis le début de l’épidémie dans les départements français d’Amérique, vingt femmes enceintes ont été détectées positives au virus zika, mais aucune malformation n’a été détectée à ce jour.

Deux cas de syndrome de Guillain Barré ont par ailleurs été pris en charge, l’un d’entre eux est toujours en réanimation au CHU de Fort-de-France.

Dans l'Hexagone, neuf cas importés de zika ont été pris en charge depuis le début de l’année. L’un d’entre eux, de retour en métropole après un séjour dans une zone touchée par le virus, présente une forme neurologique de l’infection.

Si le moustique est le principal vecteur du zika, des éléments nouveaux font état de quelques cas de transmission sexuelle du virus. Le conseil national professionnel de la gynécologique obstétrique recommande "l’emploi du préservatif pour les femmes enceintes ou en âge de procréer en zones d’endémie, ou dont le compagnon est suspect d’être infecté".

Les mesures annoncées

Outre les mesures annoncées pour la prise en charge des femmes enceintes et pour la recherche de nouveaux répulsifs eu égard à la résistance des moustiques, Marisol Touraine a fait le point sur la mission de l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS). Elle devait avoir achevé son évaluation en Martinique hier soir et doit se rendre en Guyane, puis en Guadeloupe. Sans attendre les résultats définitifs de cette mission, la ministre a décidé de fournir dès le début de la semaine prochaine six respirateurs supplémentaires au CHU de la Martinique et deux au CH de Cayenne.

L’EPRUS a par ailleurs pré-mobilisé des renforts en professionnels de santé, dans le cas où la situation le nécessiterait localement. Cinquante réservistes, dont des réanimateurs, sont prêts à partir et à constituer des équipes médicales de 4 à 5 médecins réanimateurs et 6 à 8 infirmiers, susceptibles de prendre en charge une unité de 4 lits de réanimation.

4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 12:02

La France bat des records d’utilisation de pesticides

Profitant du buzz créé par "l'inquiétante révélation pour nombre de téléspectateurs" suite à la diffusion d'une enquête de France 2 sur la nourriture et les pesticides, le député écolo François-Michel Lambert a interpellé mercredi à l'Assemblée nationale la ministre en charge de notre environnement : "Ce que nous demandent les citoyens, ce n’est pas seulement d’être conscients des risques, ce n’est pas uniquement de programmer la sortie de la pollution, c’est d’accélérer, de réellement les protéger contre les risques sanitaires qui découlent de l’utilisation des pesticides", lui a-t-il lancé.

Dans sa réponse, Ségolène Royal a fait le compte de ses actions : l’interdiction de l’épandage aérien des pesticides, l’interdiction de l’utilisation des pesticides en vente libre pour les jardiniers amateurs, ou encore l’interdiction des pesticides dans les espaces publics et encore le plan Ecophyto 2 qui consiste à réduire de 50 % des pesticides dans l'agriculture. Elle a souligné un travail encore à faire "pour faire reculer les néonicotinoïdes, qui portent une atteinte très grave aux pollinisateurs". Et si Mme Royal a salué l'interdiction du bisphénol A, perturbateur endocrinien, dans les biberons, elle a déjà dans le colimateur le bisphénol S. "La France, qui bat des records d’utilisation de pesticides, doit devenir le premier pays au monde non seulement pour la fabrication, sur son territoire, de produits de substitution aux pesticides", a-t-elle conclu.

FXG, à Paris

4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 06:39

Le 4 février, date de la première abolition de l'esclavage, reste une date légale

Des commémorations du 222e anniversaire de l’abolition de l’esclavage de 1794, première abolition de l'esclavage de l'histoire, auront lieu le 4 février à Paris, Bordeaux et dans l'Est de l'Hexagone. Cette date, devenue fête nationale après 1794 a été officialisée en 1798. Elle fut donc la première date officielle de commémoration de l'abolition de l'esclavage de l'histoire et ceci plus de 200 ans avant la décision du président Chirac en 2006 de faire du 10 mai une journée de célébration nationale. Pour autant, la date du 4 février ne fut jamais abrogée si bien que, selon Philippe Pichot, membre du Comité national pour la mémoire de l'esclavage (CNMHE), elle est toujours légale. C'est pourquoi depuis deux ans elle est réactivée dans plusieurs sites de l'Hexagone.

A Paris, une cérémonie aura lieu place du général Catroux à l’initiative de l’Association des Amis du Général Dumas et de Claude Ribbe. A Bordeaux, c'est l'hôtel de ville qui accueille avec l’association Mémoires et Partages une conférence « Esclavage et Racisme » avec Catherine Coquery Vidrovitch, historienne.
A Lunéville (Meurthe-et-Moselle), du 1er février au 12 mars, une exposition réalisée par l’Association Route des abolitions de l’Esclavage et une conférence seront consacrées à l'abbé Grégoire, père de cette première abolition. Dans le même temps, le musée Abbé-Grégoire à Emberménil (village de l'abbé Grégoire), à l’initiative de la ville de Lunéville, du Comité Grégoire et de l’Association lorraine des amis de l’abbé Grégoire, accueillera spécialement les visiteurs.

FXG, à Paris

4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 06:30

SMA et Pôle emploi main dans la main

Un bilan des neuf premiers mois d du protocole liant le SMA et Pôle emploi au profit de l’emploi des jeunes ultramarins a été présenté mardi au ministère des Outre-mer. Ce protocole renforce la collaboration entre le SMA et Pôle emploi. Il a pour objet la sécurisation des parcours professionnels des jeunes ultramarins bénéficiaires du SMA en s’appuyant sur la complémentarité des offres de services des deux partenaires. Ce partenariat a permis à 4 582 jeunes ultramarins de bénéficier d’un parcours SMA en 2015 dans les cinq départements d’outre-mer, dont plus de 26 % de jeunes femmes. La plus grande partie d’entre eux était chômeurs inscrits sur les listes de Pôle emploi, mais la totalité était éloignée de l’emploi. 76,3 % ont été insérés dont plus des trois-quarts dans l’emploi, le reste pour poursuivre une formation qualifiante. Près de 50 % des insérés l’ont été dans l’emploi durable, et plus de 87 % sur leur territoire d’origine.

4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 06:29

Babette de Rozières pour la fin du CDI et des prud'hommes

Babette de Rozières, chef dans l'émission de France 5, "C à vous", et animatrice des "Petits plats de Babette" sur France Ô a exprimé dans Paris-Match ses idées pour inverser la courbe du chômage. La nouvelle conseillère régionale LR d'Ile-de-France propose de supprimer le contrat de travail à durée indéterminée et les tribunaux des prud'hommes. "Pour réduire le chômage,dit-elle je m'attaquerais en priorité au contrat de travail qui constitue pour l'employé en CDI une arme absolue contre l'employeur. Je le remplacerais par un contrat unique basé sur l'intéressement et la participation." Quant aux prud'hommes, elle juge que c'est "une juridiction corporatiste où se règlent des conflits syndicaux au profit des tribunaux de droit commun". Babette de Rozières veut également réduire les charges sociales des entreprises de moins de 10 salariés, "avec un forfait calculé sur la base de leur chiffre d'affaires annuel".

FXG, à Paris

 

 

3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 06:27

L'école André-Hoareau au Port récompensée par l'académie des Sciences

Le dossier "A nos petits secouristes", présenté par l'enseignante Françoise Kelly et sa classe de petite section de maternelle de l'école André-Hoarau au Port, a reçu une mention dans le cadre du concours lancé par la fondation "La main à la pâte". Chaque année, ses prix récompensent, sous l'égide de l'académie des sciences, des classes d'école primaire et de collège qui ont mené des projets scientifiques.

Avec l’aide d’élèves de 4ème du collège Titan et en partenariat avec un pompier et une infirmière, les élèves de petite section se sont sensibiliés aux risques d’accidents domestiques. À travers des mises en scènes, jeux de rôles, dessins animés et jeux interactifs, les enfants ont appris à identifier et comprendre les différents dangers domestiques. L'objectif visé était de leur apprendre à repérer les dangers dans la maison, éviter de se mettre en situation dangereuse et savoir prévenir un adulte, les pompiers ou le Samu en cas de besoin. C'est cette démarche d'investigation qui a été salué par la fondation La main à la pâte. La cérémonie de remise des prix aura lieu sous la coupole de l'Académie le 2 février en présence de la directrice générale de l'enseignement scolaire, Florence Robine.

FXG, à Paris

Articles Récents