Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 05:17

Ernest Breleur expose l'énigme du désir à Paris

Ernest Breleur n'avait pas exposé à Paris depuis 2010, alors invité de la fondation Clément à la galerie des filles du Calvaire. Cette fois, il a laissé les installations et autres structures monumentales pour la petite Maëlle gallery que tient sa fille Olivia à Belleville. "C'est le temps du renouvellement", confie l'artiste qui n'a pas pour habitude d'exposer tous azimuts. Et il revient avec des peintures, un medium qu'il n'utilise plus guère depuis 23 ans. "C'est une surprise pour ceux qui ne connaissent pas les prémisses de mon travail... A l'époque je m'adonnais au dessin. J'y reviens après plus de vingt ans et c'est peut-être ce qui précède mon retour à la peinture." Il expose à Paris des "dessins autrement pensés, des esquisses. Cette fois, sa problématique se situe aux limites du dessin lorsqu'il va basculer dans la peinture. Ses grandes rosaces avec leurs figurines dansantes trouvent trace dans l'histoire de l'art. On pense à Rubens, Michel-Ange et le plafond de la chapelle Sixtine. Breleur rêvait ces raccourcis avec l'histoire et a laissé libre-court à son plaisir... Ses grandes toiles sont des voutes célestes que l'on projetterait sous une coupole d'église.

Les petites toiles reprennent des détails des grandes ou font vivre par ailleurs les personnages des grandes toiles. Elles ne sont toutefois pas que des études, mais des coupes, des extraits, des reliefs des grandes voutes.

L'ensemble est un élan de désir avec son énigme. "Je parle du désir animal qui nous caractérise, mais derrière ce désir, il y a la vie..." Breleur travaille sur la question du vivant, celle de l'origine, de l'infiniment petit si prolixe de vie... Cette vie apparaît par transparence comme lorsqu'il utilisait des radiographies. "Lorsque le dessin est aux limites de la peinture, la question de la transparence, de l'au-delà du vu, le désir affleure derrière... Le désir de voir."

FXG, à Paris

L'exposition Breleur se poursuit jusqu'à la fin du mois de mai.

1-3 rue Ramponneau Paris 20e

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents