Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 06:18

Patrice Gélinet, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel président des groupes de travail « Outremer » et « Radios analogiques et numériques », était en déplacement aux Antilles-Guyane. Voici l'interview qu'il a donnée avant son départ.

"Les téléspectateurs ultramarins se plaignent d'avoir moins de chaînes gratuites qu’en métropole"

Quel est le sens de votre déplacement dans les trois régions françaises d'Amérique ?

Je viens régulièrement en outre-mer pour me rendre compte sur place des réalités du paysage audiovisuel et de son évolution. Il y a deux ans je me suis rendu en Martinique et en Guadeloupe et le paysage a changé. Cette fois-ci, je me rends aussi en Guyane. Je vais rencontrer partout les radios et les télévisions pour prendre le pouls de leurs difficultés, leurs problèmes, mais je viens également à la rencontre des auditeurs et des téléspectateurs pour savoir quels sont leurs souhaits. Ils se plaignent souvent de l'absence de Radio France qui n'est présente que par France Inter, ils se plaignent d'avoir moins de chaînes gratuites qu’il n'y en a en métropole... Je vais en parler avec eux et je vais également voir les autorités locales. Je viens pour écouter mais aussi pour faire part de toutes les décisions que le CSA a prises depuis mon dernier passage ; elles sont assez nombreuses en métropole comme outre-mer. Le CSA attache autant d'importance à ce qui se passe dans l'audiovisuel en métropole que ce qui se passe aux Antilles et en Guyane.

La TNT ne propose que des chaînes publiques et locales. Sommes-nous des téléspectateurs français entièrement à part ou alors sommes-nous condamnés à nous abonner à Canalsat ?

J'en suis conscient... La première chose qui m'a frappé, il y a deux ans aux Antilles, c'est de voir le nombre de paraboles et de constater que la proportion de gens qui regardent la télévision sur le satellite est inversement proportionnelle...

Le taux de couverture par satellite est de 80 %....

Alors que c'est exactement l'inverse en métropole. Cette proportion de téléspectateurs qui regardent la télévision sur le satellite plutôt que sur la TNT est liée au fait que les télévisions locales ont toutes beaucoup de mal à vivre sur des marchés qui sont assez étroits. Antenne Réunion est celle qui se porte le mieux parce qu'elle repose sur un marché qui compte 800 000 habitants, un seuil en deçà duquel il est difficile de vivre. C'est la raison pour laquelle, il serait bon qu’elles mutualisent leurs efforts aux Antilles et pourquoi pas en Guyane.

Revenons à l'absence de chaînes privées nationales gratuites sur la TNT...

Elles sont un peu plus nombreuses depuis que la TNT s'est installée outre-mer, mais la TNT n'offre qu'une dizaine de chaînes gratuites contre 25 en métropole. Personne ne peut obliger une télévision privée à diffuser en outre-mer et elles sont freinées par le coût de transport du signal. Je ne demande pas mieux que les chaînes privées comme les radios de métropole puissent être regardées, et entendues outre-mer. Mais le CSA ne peut pas les contraindre à être candidates. Quand on lance un appel à candidatures, on ne peut pas présager du nombre de télévisions qui répondront à celui-ci

Cette situation permet aux chaînes ATG, ATV et Alizé Guadeloupe d'avoir une offre locale et nationale concurrente à celle des chaînes 1ère... Et ces chaînes se plaignent de la concurrence des 1ère. Qu'en est-il réellement ?

Les Outremer 1ère ont des moyens qui leur permettent d'acheter des programmes plus attractifs et notamment la coupe du monde de foot, le concours des miss, etc... C'est la raison pour laquelle, j'ai fait en sorte qu'elles se concertent pour établir entre chaînes locales, publiques et privées un code de bonne conduite qui est d'ailleurs en cours de négociation aujourd'hui.

Les chaînes privées de proximité (Canal 10, Kourou TV, KMT, Eclair TV, Zouk TV) ont les mêmes appréhensions financières vis-à-vis du coût du multiplex. Elles sont toutes en contentieux avec la société qui gère le multiplex ROM1 qui transporte leur signal... Il y a un problème, semble-t-il...

Ce sont des questions que je compte aborder sur place. Je connais ces thématiques, je travaille sur ces dossiers depuis deux ans.

Il y a une autre concurrence aux chaînes locales privées, Canal Antilles qui dispose d'autorisation du CSA pour une chaîne événementielle temporaire et qui capte ainsi les plus gros marché, en production, comme en publicité...

Canal+ est certes un concurrent mais c'est un distributeur aussi. Canal+ distribue précisément l'ensemble des chaînes que l'on peut également regarder sur la TNT. Ce sont des questions que je compte aborder. Au CSA, nous n’avons pas encore pris de décision

Comment se portent les chaînes privées généralistes ?

Leurs difficultés sont financières, ce ne sont pas des problèmes d'audience. Ce sont des concurrentes, à mon avis nécessaires en face du service public. Faute de quoi, le service public serait en situation de monopole

Sur le front des radios, c'est plus calme ?

Beaucoup d’entre elles sont des radios associatives qui perçoivent une aide de l'Etat par un fonds de soutien d'expression radiophonique. Il y en a plus de 30 en Martinique, Guadeloupe et Guyane.

A quand la radio numérique terrestre outre-mer ?

Nous venons en métropole de décider du déploiement de la radio numérique terrestre, mais je vais aussi en parler en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane et nous allons lancer une consultation pour savoir si ça peut intéresser les radios ultramarines.

La nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte-Cunci, a proposé de faire sur le canal de France Ô, une chaîne toute info. Est-ce possible sans toucher au cahier des charges de France Télévisions ?

La future présidente de France Télévisions est en même temps la responsable des télévisions ultramarines.

S’agissant d’une chaîne d’information, cela suppose effectivement une modification du cahier des charges et c'est une chose qui doit se négocier avec l'Etat auquel il reviendra de trancher, mais c'est à nous aussi, membre du CSA, de vérifier si le marché peut supporter l'arrivée d'une chaîne tout info sur la TNT gratuite.

Propos recueillis par FXG, à Paris

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents