Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:24

L'aventure sociale et théâtrale de kokolampoe

L'ancien inspecteur du théâtre en Guyane, Pierre Chambert, signe un livre sur l'aventure de la compagnie KS and Co et du théâtre-école Kokolampoe à Saint-Laurent du Maroni.

Plus qu'un livre, une manière de faire savoir qu'en terre amazonienne émerge un théâtre plurilingue et universel qui rencontre le succès tout en offrant de réelles perspectives d'insertion à ses élèves.

La compagnie KS and co d'Ewlyne Guillaume et Serge Abatucci est à l'origine du théâtre-école Kokolampoe au camp de la transportation à Saint-Laurent-du-Maroni. Elle s'est construite d'abord par la rencontre de Sege Abatucci avec les Saramacas, avant de s'ouvrir à toutes les palettes de la population des Guyanes. Cette aventure, Serge Abatucci aime bien la mettre à l'image de la construction de l'opéra de Manaus ! Pierre Chambert, qui signe aux éditions L'Entretemps, "Kokolampoe, un théâtre-école plurilingue dans les Guyanes", n'y fait pas référence, mais il a jugé que pareille aventure valait bien un livre, et même un beau livre rehaussé de 80 photos.

Pierre Chambert a d'abord été inspecteur du théâtre au ministère de la Culture et en Guyane avant de devenir le président de l'association de gestion de la compagnie KS & Co. C'est après avoir été un témoin privilégié des premières années de la compagnie qu'il s'est lancé dans la rédaction de cet ouvrage. "KS & Co, déclare-t-il, gère un projet théâtral multiforme avec un travail de création pour la scène conventionnée, un festival international avec le festival des bouts du monde et une école de comédiens et techniciens en relation avec l'école de la Rue blanche, l'ENSATT de Lyon, et le Centre de formation des techniciens du spectacle de Bagnolet. C'est le théâtre-école qui s'appelle Kokolampoe. "Cette petite lampe à pétrole, explique l'auteur, est la plus petite unité d'éclairage et un point de convergence des cultures. L'auteur développe la notion de théâtre équitable et de plurilinguisme : "La pédagogie est fondée sur le corps, le geste et la voix avant les paroles et la littérature théâtrale. Si les élèves parlent des langues différentes et parfois pas le français, tous les apprentissages (chant, danse, clown, espace, littérature, électricité, son, scénographies) passent par l'échange."

La première promotion a achevé sa formation en 2014 avec la création du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, mis en scène par Jacques Martial et Nicole Aubry. Un succès salué par les Echos et Libération. La deuxième promotion (14 comédiens et 13 techniciens) a démarré sa formation l'an passée et doit l'achever par un spectacle qui devrait être joué au festival des Tréteaux du Maroni, et sans doute au festival d'Avignon où Ewlyne Guillaume et Serge Abatucci n'ont pas hésité à faire gravir à leurs élèves les planches du théâtre de la Chapelle du verbe incarné et les marches du palais des papes. "C'est simple, souligne la directrice de la compagne, nous avons un taux d'insertion équivalent à celui du SMA !" Le festival des Nuits romantiques au lac du Bourget a choisi de recruter deux élèves de la première promotion. "Tous les élèves de cette promo ont des engagements"; souligne Ewlyne Guillaume. Quant à la troisième promotion, tous y pensent déjà.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents