Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 06:00
Elodie juste au salon du livre de Paris en mars 2016

Elodie juste au salon du livre de Paris en mars 2016

Elodie Juste, directrice de la nouvelle collection fiction d'Ibis rouge, présentée en avant-première au salon du livre de Paris qui vient de refermer ses portes.

"Une collection pour tromper l'ennemi"

Pourquoi avoir créé une telle collection alors qu'Ibis rouge a toujours publié des romans ?

Nous avons créé cette collection pour tromper l'ennemi ! L'ennemi, ce sont les professionnels du livre qui ont une fâcheuse tendance à s'intéresser davantage aux origines de l'auteur qu'à l'intrigue et au talent lui-même. Dans cette nouvelle collection, on ne voit plus sur la quatrième de couverture la biographie de l'auteur précisant s'il est guadeloupéen, martiniquais ou guyanais, pour ne laisser que 'essentiel, c'est-à-dire le résumé de l'oeuvre, de quoi séduire le libraire ou le lecteur ! Nous en avons assez de cette question systématique lorsqu'on propose un livre à un libraire : "Mais l'auteur vient d'où ?" Nous avons voulu changer la donne !

Trouvez-vous que donner l'origine de l'auteur soit une façon de le stigmatiser ?

Exactement. Personne n'aurait l'audace ou la bêtise de demander si Molière est guyanais ou antillais ! Il faut mettre la littérature au centre des préoccupations plutôt que d'essayer de savoir si l'auteur habite à 300 mètres ou non !

Quel est l'esprit de cette collection ?

Elle s'intéresse à des problématiques contemporaines. On ne reste pas dans les problématiques qu'ont longtemps abordé les littératures créoles : l'identité, la misère dans la case, la violence des sociétés coloniales... On essaie de faire en sorte que la sensibilité des auteurs soit présente puisqu'ils sont forcément de quelque part et écrivent avec leur passé, leur mémoire, mais le problème identitaire n'intervient pas comme point central. Par exemple, Valérie Syracuse avec son roman "Echapée belle", raconte l'histoire d'une jeune femme qui tombe dans la drogue par les voies de l'amour...

Combien de titres sont déjà publiés dans votre collection ?

Nous avons sortis neuf titres pour le salon du livre de Paris. Nous avons Michel Redon qui a sorti deux romans ("les anges du désir" et "Rialta ou la nostalgie de l'amour"), André Paradis qui a écrit "2028, l'affaire Jean-Mohamed Galmot", Jessi Americain, notre premier auteur bushinengué, avec "Nègre marron, itinéraire d'un enfant du ghetto", Patrice Louis avec "La mission sacrée du prince Ouanilo" et "Peaux échappées" de Cindy Marie-Nelly. Elle est venue samedi au salon quelques heures et a vendu tous ses exemplaires !

Propos recueillis par FXG, à Paris

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents