Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 09:47
Jean-Michel Martial, président du CReFOM

Jean-Michel Martial, président du CReFOM

Jean-Michel Martial, président du Conseil Représentatif des Français d'Outre-mer (CReFOM).

"Les compétences supérieures sont les bienvenues"

Que s'est-il passé pour que vous reveniez sur l'affaire Virginie Chaillou-Atrous, celle de la nomination d'un professeur d'histoire à l'université de la Réunion, alors que le tribunal administratif a statué ?

Un article est paru dans le Figaro du 22 décembre dernier qui met en cause directement le CReFOM. Dans cette vitrine que Le Figaro a donné à Mme Chaillou, candidate à ce poste, il semble qu'elle occulte son oreille et entende qu'on préfère mettre un noir à la place d'un blanc. En réalité, le processus de nomination a été invalidé par le tribunal administratif. Au lieu d'en rester là, la candidate se plaint, se place en victime et reproche au CReFOM d'être intervenu contre elle. Or, le Figaro a refusé notre droit de réponse. Libre à lui, mais lorsqu'on se permet de titrer « c'est du racisme à l'envers ! » et qu'on refuse un droit de réponse, il y a derrière toute une pensée et cette pensée, si tel est le cas, elle est dangereuse, surtout en période électorale.

Pourquoi parlez-vous d'incitation à la haine raciale ?

Elle parle de préférence régionale et dit ceci : "la préférence régionale peut être dangereuse et injuste (...) Il faut éviter que la préférence régionale tourne à la chasse aux métropolitains." Elle n'a pas forcément faux lorsqu'elle dit cela, mais lorsqu'elle s'érige en victime en disant que le CReFOM intervient pour que "la Nantaise" — elle se dénomme ainsi — ne puisse pas obtenir ce poste, c'est faux ! Nous n'intervenons pas contre elle ; c'est elle qui fait cet amalgame dangereux, nous intervenons pour que la loi de la République soit respectée. Et le tribunal administratif a dit qu'il y avait un doute sérieux sur la légalité de la procédure.

Qu'attendez-vous puisque la justice administrative s'est déjà prononcée ?

Nous attendons qu'un nouveau processus, régulier cette fois, de nomination soit mis en place, à l'issue duquel les jurés statueront et décideront de la personne qui deviendra détentrice du poste de maître de conférence de la chaire d'histoire à l'université de la Réunion. Lorsque la procédure sera conforme à la loi, il en ressortira un candidat nommé et nous dirons amen, quel qu'il soit.

Il n'en est pas moins vrai que le CReFOM se bat pour favoriser les nominations des Ultramarins dans leur territoire, à compétence égale...

Dans le respect des procédures et à compétence égale, le CReFOM soutiendra un candidat issu du bassin où se trouve le poste à pourvoir. La question n'est pas de soutenir le Réunionnais contre le métropolitain, il s'agit de construire des modèles d'identification positive, de reconstruire la confiance en soi chez des gens auxquels on a dit "vous êtes des choses". Nous nous battons contre ça et rétablissons cette conscience qui fera que nous pourrons parler d'égal à égal. Nous n'agissons pas pour faire plaisir aux noirs, nous avons besoin de cette confiance retrouvée pour que la paix sociale puisse exister. Nous faisons le boulot pour dans les postes à responsabilité, des gens originaires de l'espace où se situe le poste, à compétence égale, puissent être choisis. Si des compétences supérieures viennent, elles sont les bienvenues !

Propos recueillis par FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents