Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 05:10
Marine Le Pen à son QG de campagne le 28 avril

Marine Le Pen à son QG de campagne le 28 avril

"Comoriens, Surinamiens et Haïtiens n'entreront plus en France comme dans une auberge espagnole"

Marine Le Pen a rencontré la PQR le 28 avril à son QG du 17e arrondissement. Elle promet de rétablir les frontières, la suppression des "pompes aspirantes", un plan Marshall et un contrat de complicité entre la métropole et l'outre-mer.

Entre les deux tours, le discours de Marine Le Pen a pris des accents mélenchoniens. "Je suis une insoumise, à titre personnel", a t-elle déclaré. Pour elle le projet d'Emmanuel Macron est "tout entier construit au bénéfice de l'oligarchie et des grandes puissances financières et au détriment du travail et des travailleurs français". Elle est opposée à la loi El Khomry "or, Macron souhaite mettre en oeuvre une loi El Khomry puissance 10 par ordonnances". Elle n'a pas manqué de moquer le secrétaire général du PCF : "Il ment en disant qu'il ne donnera pas un blanc-seing à Macron qui veut faire une politique de très grande casse sociale." Elle pointe les convergences qu'elle a avec le leader de la France insoumise sur l'international : "Nous sommes opposés au projet belliciste du gouvernement qui vise à susciter des tensions avec la Russie." Mais surtout, elle vitupère "la soumission quasiment intégrale de M. Macron à la politique menée par Mme Merkel". Elle a toutefois de nombreuses divergences avec Mélenchon, notamment sur les 100 milliards d'impôts qu'il voulait lever. "Ce qui est sûr, c'est que la vision de M. Macron qui vise à transformer la France en une salle de marché est rejeté par notre électorat et le sien." Mme Le Pen considère que le clivage droite-gauche, voire extrême droite-extrême gauche "n'est plus pertinent depuis des années". Le vrai clivage, elle le situe "entre les mondialistes et les nationaux". Pour elle, la Nation reste "la structure la plus performante pour assurer la sécurité et la prospérité du pays (...) et la mondialisation consiste à faire fabriquer par des esclaves pour vendre à des chômeurs". Elle refuse donc les traités de libre échange et, parlant des fruits et légumes, "la concurrence déloyale des producteurs étrangers, sauf que l'Union européenne nous interdit de faire autrement". Elle taxe Emmanuel Macron d'"européiste radical"

Couvre feu et favelas

Mais évidemment la grande divergence avec Mélenchon repose sur l'immigration. Ainsi, si elle est élue à la présidence, sa première décision sera de "retrouver la maîtrise de nos frontières en les rétablissant, en instaurant des contrôles, des visas, l'abrogation de la circulaire sur la régularisation de clandestins, l'expulsion des étrangers fichés S. Elle envisage même de faire appel aux réservistes pour surveiller les frontières, tout cela avant même les législatives. "Des soulèvements comme ceux qu'on a connus en Guyane, indique un de ses proches, n'auront plus lieu d'être", car elle renforcera les moyens de police, de gendarmerie, de l'armée et de la Marine nationale pour rétablir la sécurité et le contrôle des frontières en mer et sur les fleuves. "Comoriens, Surinamiens et Haïtiens n'entreront plus en France comme dans une auberge espagnole."

Elle veut "supprimer toutes les pompes aspirantes, tous les éléments d'attraction irrépressibles" : le droit du sol, l'aide médicale d'Etat... Elle rappelle l'explosion de l'insécurité à Mayotte, en Guyane et parle de l'existence de "véritable couvre-feu pour les femmes mahoraises mais également en Guyane, de favelas qui posent des problèmes de foncier pour les agriculteurs".

Appliquera-t-elle l'accord signé en Guyane si elle est élue ? "Je ne l'ai pas regardé dans le détail mais je crois que ce qu'il faut mettre en oeuvre en Guyane et en outre-mer, c'est un un véritable plan Marshall et un contrat de complicité entre la métropole et l'outre-mer basé sur la confiance et non plus l'assistanat et la perfusion".

FXG, à Paris

Quelle majorité ?

Marine Le Pen est confiante si elle est élue, car "les Français ont toujours donné une majorité au président qu'ils ont élu". Elle trouve d'ailleurs que Les Républicains font preuve de beaucoup d'optimisme "en pariant sur la victoire de M. Macron et en croyant qu'il n'aura pas de majorité". Si je suis élue, j'aurai une majorité, si M. Macron est élu, aussi." Face à Macron qui déplorait la veille l'absence de front républicain, elle parle de "grillage républicain" et moque ses composantes : CGT, UOIF, Medef...

Quel premier ministre ?

Elle assure avoir déjà son Premier ministre et dévoilera son nom avant le second tour, sans doute à son meeting de Villepinte. En cas de cohabitation, elle se dit prête et rappelle que les négociations avec l'Union européenne dépendent du président comme le référendum.

Les Horace

Pour écrire son programme, notamment outre-mer, la candidate a bénéficié du concours d'une équipe d'experts composée de cadres dirigeants du privé et de hauts fonctionnaires, baptisée les Horace et dont les identités restent pour l'heure tenues secrètes, à l'exception du porte-parole du groupe, Jean Messiha.

Les raisons de son succès en outre-mer

Le directeur de cabinet de Marine Le Pen, Nicolas Lesage, considère que le résultat du premier tour en outre-mer est le résultat d'un travail en amont, mais également d'un "tropisme très ancien" de la candidate pour l'Outre-mer. "C'est la première fois, confie l'un des Horace, depuis Jacques Chirac qu'il y a un candidat à la présidence de la République qui montre un tel attachement pour l'outre-mer." Il en veut pour preuve que la marraine de sa fille, Huguette Fatna, est une martiniquaise : "Et l'on sait quelle place joue la marraine dans la famille en Martinique, celui d'une deuxième maman... Cet attachement l'a amenée à citer l'outre-mer lors de chacune de ses apparitions publiques ou médiatiques."

Elle a pris soin de poster dès le mois d'octobre une lettre à ses compatriotes d'outre-mer sur son blog et l'un des Horace souligne que "ceux qui ont accepté de l'accueillir dans leur commune en présence de leur conseil municipal, ou qui l'ont ralliée, sont tous des chiraquiens historiques".

Une "grande politique de l'outre-mer et de la mer"

"Marine Le Pen, souligne son entourage, veut une politique maritime comme le général de Gaulle a eu une politique spatiale". L'IFREMER sera rattaché au ministère de la Mer et de l'Outre-mer afin d'assurer "la mission de relance de missions d'explorations scientifiques et industrielles" l'exploitation des ressources maritimes, développer des hubs maritimes , réfléchir à l'implantation de plates- forme en mer, des écoles des métiers de la mer "à l'instar de celle qu'avait créée Michel Debré au Port quand il était élu de la Réunion", et encore l'extension du SMA à la Marine nationale.

Un ministre d'Etat

Elle veut un ministre d'Etat qui aura les compétences de convoquer des réunions interministérielles et de trancher. "Il y aura un vrai patron rue Oudinot pour prendre des décisions en faveur de nos compatriotes oubliés ces dix dernières années. Nous mettrons également en place un comité interministériel présidé par le chef de l'Etat. Elle le réunira deux fois par an et "l'ensemble des ministres du gouvernement aura à rendre compte directement à la Présidente de la république des actions menées en faveur de l'Outre-mer".

Des zones ultramarines françaises d'investissement prioritaire (ZUFIP)

Dans les zones ultramarines françaises d'investissement prioritaire (ZUFIP), sera appliqué un condensé des lois Pons, Perben, Girardin, LODEOM. Une agence d'Etat pour les investissements privilégiés outre-mer (APIPOM) sera chargée de démarcher les investisseurs en métropole pour faire valoir les intérêts de ces ZUFIP et les inciter à venir s'y installer. Un haut commissaire au développement régional (un diplomate nommé par Bercy et le Quai d'Orsay, et venu du monde de l'entreprise) aura pour mission "de rayonner dans les environnements respectifs de la Caraïbe, de l'Amérique latine et de l'océan Indien pour vendre les produits français made in outre-mer".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents