Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 15:54

Deux présidents attendus au Luxembourg

La journée nationale de commémoration de l'abolition de la traite et de l'esclavage au jardin du Luxembourg sera la dernière sortie officielle du président sortant, la seconde de l'entrant après le 8 mai. Si l'Elysée ne confirmait pas encore hier la venue d'Emmanuel Macron, elle semble d'ores et déjà l'avoir prévue dans le déroulé de la cérémonie. Le public sera accueilli dès 9 heures au son de musiques traditionnelles antillaises. Puis ce sera le moment d'entendre le témoignage d'une esclave avant la lecture d'un texte de Césaire sur les réparations morales au préjudice de l'esclavage. Puis ce sera la déclamation du texte de la première abolition de l'esclavage de 1794. Le président de la République est attendu vers 11 heures. Il se recueillera devant la stèle inaugurée en 2011, puis sera guidé pour une visite de l'exposition, Esclavage et citoyenneté organisée par le Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage. Arrivé au kiosque à musique, le président remettra les prix du concours des "Flammes de l'égalité" à trois classes de primaire, collège et lycée avant de prononcer son discours. Le président annoncera le lancement du Groupement d'intérêt public Fondation esclavage que présidera Jean-Marc Ayrault. Si Emmanuel Macron est là, ce sera pour lui l'occasion de son premier discours de président en matière de politique mémorielle.

FXG, à Paris

Le GIP signé le 3 mai dernier

C'est notamment en présence de Christiane Taubira et de neuf ministres que le GIP Fondation esclavage a été signé le 3 mai, sous la présidence de François Hollande. Un budget pour salarier 5 personnes, des locaux provisoires au ministère des Outre-mer en attendant la fin des travaux en 2019 à l'hôtel de la Marine. Un président à stature international avec Jean-Marc Ayrault et un an pour faire reconnaître l'utilité publique et lancer la fondation. François Hollande voulait donner corps aux recommandationx d'Edouard Glissant à Jacques Chirac en 2006 en créant un lieu de mémoire de l'esclavage. Puisqu'il y aura, promet-on un lieu muséal et un monument.

Le bilan d'une politique mémorielle

Au début de son quinquennat, Hollande a été confronté aux quenelles de Dieudonné et de ses amis, et aux bananes de la droite raciste brandies devant sa ministre de la Justice, Christiane Taubira. En 2012, cette cérémonie était celle avec laquelle il inaugurait son mandat. Cette fois, il l'achève un cycle mémoriel avec la création d'une institution qui ancre la place de la mémoire de l'esclavage dans la politique mémorielle nationale. En l'ouvrant aux Etats étrangers de l'Afrique et de la Caraïbe, il la hisse à une dimension internationale tandis que jusqu'alors le CNMHE était avant tout ultramarin. D'ailleurs, ce comité est appelé à se transformer en comité scientifique de la future fondation. Dans son discours d'une vingtaine de minutes, ce matin, François hollande devrait faire passer son message à son successeur pour une "paix des mémoires".

L'assemblée générale du GIP

Le premier ministre et neuf ministres, le président de l'IEDOM, le directeur général de la CDC, le président du CReFOM, Jean-Michel Martial, le président de la fondation Esclavage et Réconciliation, Serge Romana, la directrice de l'Institut du Tout-Monde, Sylvie Glissant, et la présidente de la Route des abolitions, Marie-Claire Faivre. Huit personnalités qualifiées, Doudou Diène, Olivier Laouchez, Leïla Sy, Françoise Vergès, Lionel Zinsou, Pierre-Yves Bocquet (plume de François Hollande) et Jean-Marc Ayrault.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Loïc Céry 10/05/2017 21:32

Communiqué de l'Institut du Tout-Monde - 10 avril 2017

Aujourd’hui 10 mai 2017, le Président de la République François Hollande a présidé à Paris, Jardin du Luxembourg, la 12e cérémonie officielle marquant la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Dans son discours, le Président a salué la création du GIP « Mission de la mémoire de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions », en préfiguration de la Fondation nationale pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage dont la création est prévue pour 2018. Nous sommes sensibles à la mention, à plusieurs reprises par le Président de la République, du rôle déterminant qu’aura joué dans ce processus Édouard Glissant qui en 2006, remettait au Président Chirac le premier rapport officiel visant la création d’une telle institution, tout en fondant d’ailleurs la même année à Paris, l’Institut du Tout-Monde.
Lors de la retransmission télévisée de la commémoration effectuée par Public Sénat et France Ô, M. Bruno Maillard, membre du CNMHE, invité du plateau présenté par M. Pierre-Henri Gergonne (Public Sénat) et Mme Karine Sigaud-Zabulon (France Ô), a laissé entendre que le CNMHE deviendrait de facto le comité scientifique de la future fondation. Nous tenons à préciser qu’il n’en est rien. L’Institut du Tout-Monde, qui a accepté d’être désigné parmi les membres fondateurs du GIP qui préparera la Fondation nationale, avait lors du comité de préfiguration mené avant la remise du rapport de M. Lionel Zinsou, attiré l’attention sur la nécessité pour cette future fondation, de se doter d’un conseil scientifique indépendant et pluridisciplinaire dont la désignation reviendra quoi qu’il en soit, aux instances aujourd’hui mises en place. Nous œuvrerons au sein de ce GIP, pour que cette désignation indépendante d’un conseil scientifique représentant la pluralité des compétences dont aura besoin cette fondation, puisse s’effectuer sans injonctions contraires à l’esprit de rassemblement rappelé aujourd’hui par le Président et promu durant de longues années par Édouard Glissant. Le président actuel du CNMHE, M. Frédéric Régent, s’est par ailleurs félicité sur ce même plateau, de l’afflux de moyens financiers que représentera pour le comité national la création de cette fondation. Dans le même souci de précision relatif aux statuts de ce GIP co-signés par la directrice de l’Institut du Tout-Monde le 3 mai dernier, nous rappelons que le budget du Groupement d’intérêt public n’est pas destiné unilatéralement à renforcer les moyens alloués au CNMHE.

C’est dans le respect des engagements inédits pris par l’État avec la création de ce GIP préfigurant une Fondation nationale tant attendue, que l’Institut du Tout-Monde apportera son concours au processus actuellement en cours.


SYLVIE GLISSANT, Directrice de l'Institut du Tout-Monde / LOÏC CÉRY, Directeur du pôle numérique de l'Institut du Tout-Monde

Articles Récents