Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 09:58
Vote de la confiance à Edouard Philippe - Guadeloupe
Vote de la confiance à Edouard Philippe - Guadeloupe

Les députés guadeloupéens votent la confiance au gouvernement

Le discours de politique générale du Premier ministre, hier à l'Assemblée nationale, a entraîné l'adhésion totale des quatre députés de la Guadeloupe.

Si le vote pour la confiance au gouvernement semblait une évidence pour les apparentés Modem, Justine Bénin et Max Mathiasin, et le LRM, Olivier Serva, le vote favorable d'Hélène Vainqueur-Christophe a été l'exception au sein de son groupe, La nouvelle gauche. C'est ainsi que l'ancienne ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, a cité l'école ou la disparition de l'Impôt sur la fortune pour justifier le choix du groupe PS : "J'ai l'impression qu'on revient en arrière." La position des socialistes restent pourtant favorable avec "l'idée de permettre à ce gouvernement de démarrer en gardant la liberté d'apprécier les textes au cas par cas".

Olivier Serva estime que le programme d'Emmanuel Macron n'a pas été trahi par son Premier ministre qui a fait une déclinaison pratique de son discours de Versailles : "Que ce soient les soins dentaires pour les plus démunis, la disparition de la taxe d'habitation, celle du RSI, cela a été respecté et décliné dans le temps." Il compte beaucoup sur les assises de l'Outre-mer annoncées par Edouard Philippe et qui devront mettre au point les plans de convergence prévus dans la loi égalité réelle outre-mer : "Il faudra travailler ça avec constance, sérieux et en concertation. Je crois d'ailleurs que la délégation outre-mer est la bonne instance pour le faire. Il faudra d'ailleurs la muscler, lui donner des moyens humains et financiers à l'instar de la délégation aux droits de la femme. Elle aura besoin de moyens pour que nous puissions coproduire avec le gouvernement les solutions qui permettront aux outre-mer de sortir de l'ornière." De ce point de vue-là, il est à l'unisson des socialistes d'outre-mer...

"Aucune niche ne sera épargné pendant ce quinquennat"

Les niches fiscales menacées ? Olivier Serva se contente de rappeler que l'outre-mer est contributeur net de la France : "Ca veut dire qu'on donne plus qu'on ne reçoit." Il se méfie en revanche du rapport de la Cour des comptes qui stigmatise les sur-rémunérations des fonctionnaires. "Ce mercredi, nous auditionnons son président, Didier Migaud, à la commission des finances. Je lui dirai qu'il n'est doublement pas fair play. Il oublie que les outre-mer sont dans une situation délicate avec 60 % des jeunes au chômage, une insécurité croissante, des problèmes de santé publique ; il oublie aussi que nous devons avoir une trajectoire pour combler nos déficits structurels et qu'on ne peut ainsi nous stigmatiser."

Max Mathiasin a retrouvé dans la déclaration du Premier ministre le programme d'Emmanuel Macron "même si le ton était différent". Certaines mesures lui plaisent : l'augmentation du SMIC, la suppression du RSI, de la taxe d'habitation, la gratuité des soins et leur réorganisation sur le territoire, mais il reste vigilant sur la question des moyens, notamment pour le nouveau CHU...

Justine Benin a voté la confiance car elle s'inscrit "dans le cadre d'un débat intelligent, constructif". Elle regrette simplement "un manque de visibilité sur le programme du Premier ministre et son urgence opérationnelle". Elle entend saisir rapidement le gouvernement  "sur les priorités des Outre-mer et de la Guadeloupe sur la dynamique solidaire, sur les problèmes de biodiversité et de transport". Mme Bénin a émis une petite critique au sujets des assises des Outre-mer où se poseraient les différents problèmes. "Mais nous les connaissons les problèmes, il faut lister les solutions !" Justine Bénin avoue aussi avoir eu peur au sujet des niches fiscales : "Il veut réduire le déficit à 3 % dès 2017, mais j'espère en préservant les acquis que nous avons outre-mer."

Au final, 370 députés ont voté pour, 67 députés ont voté contre et 129 se sont abstenus.

FXG, à Paris

Le choix de Vainqueur-Christophe

Hélène Vainqueur justifie son choix de voter la confiance au Premier ministre : "Je me suis engagée auprès des électeurs et des maires qui m'ont soutenue. Je suis dans une opposition constructive qui laisse toute sa place au débat. Mon premier geste est donc un vote de confiance, après je voterai en fonction des textes, des priorités de la Guadeloupe." Bien sûr, elle a été inquiète quand Edouard Philippe a parlé de n'épargner aucune niche fiscale : "Nous serons réactifs et nous mettrons tout notre poids pour que cette défiscalisation soit maintenue." Elle est aussi certaine de ne pas voter la loi travail, estimant le principe des ordonnances inacceptable, même chose avec la hausse de la CSG...

La voix discordante de Saint-Martin

Claire Javois, la députée LR de Saint-Martin a elle choisi de s'abstenir : "Le Premier ministre faisait partie de notre famille politique ; il a décidé de suivre le groupe En marche... Aujourd'hui, comment lui faire confiance ? Ce n'est pas pour autant que nous ne soutiendrons pas les projets de loi qui vont sortir. Personnellement, je voterai favorablement si je pense que c'est bon pour nous, mais pour la confiance, je m'abstiens."

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents