Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 08:16
Alfred Marie-Jeanne, juste avant sa tonitruante diatribe, hier après-midi aux rencontres nationales du tourisme outre-mer à Paris. (photo FXG)

Alfred Marie-Jeanne, juste avant sa tonitruante diatribe, hier après-midi aux rencontres nationales du tourisme outre-mer à Paris. (photo FXG)

Le coup de colère d'Alfred Marie-Jeanne

Alfred Marie-Jeanne d'un côté, Serge Létchimy et Josette Manin, de l'autre, étaient au ministère des Outre-mer lundi. Le premier devait être reçu à 11 h 30 par la ministre Annick Girardin. Les deux autres, qui participaient aux rencontres nationales du tourisme au même endroit, ont été reçus sans que cela paraisse à l'agenda officiel ministériel, à 10 h 45.

Les deux parlementaires ont ensuite expliqué à la presse qu'ils avaient demandé à la ministre un moratoire sur les contrats aidés ainsi qu'un rendez-vous avec le Premier ministre. Dans la foulée Serge Létchimy a taclé la Collectivité territoriale et son président en indiquant que ça ne servait à rien de mettre la pression si on ne consommait pas tous les contrats aidés concédés à la Martinique... Il a cité 66 emplois aidés consommés sur un total de 500.

Puis, Alfred Marie-Jeanne a été reçu par la ministre. "J'ai toujours été contre par principe, a-t-il indiqué. Cela conduit à payer quelqu'un 600 euros, je suis contre ! Il faut remplacer petit à petit ces emplois aidés par de vrais contrats." Puis ayant appris les propos de Serge Létchimy à son égard, le président Marie-Jeanne s'est rendu vers 15 h 30 dans la salle Félix-Eboué où se tenaient les rencontres nationales du tourisme outre-mer. Là, il a pris le micro et a longuement parlé devant un public sidéré pour indiquer que même s'il n'était pas d'accord avec les emplois aidés, il avait fait "néanmoins" voter 2,8 millions d'euros pour financer sa part de contrats aidés ! Sitôt dit, il a quitté les lieux pendant que quelques uns ont salué sa sortie par une salve d'applaudissements.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents