Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

25 octobre 2017 3 25 /10 /octobre /2017 06:18
Drapeau contesté en Martinique

Le CRAN dénonce le drapeau de la Martinique

"Rejetons le drapeau des esclavagistes !" Le cri de Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), a été sacrément entendu en Martinique puisque une longue liste de personnalités allant du Goncourt Patrick Chamoiseau, aux maires du Prêcheur et du Diamant, en passant par Mireille Fanon-Mendès-France, Audrey Pulvar ou Euzhan Palcy, a décidé de soutenir son appel.

Le président du Cran justifie cet appel en expliquant que le "prétendu drapeau officiel de la Martinique est en fait celui des esclavagistes". Un décret de 1766 enjoint « tous les propriétaires de vaisseaux, bâtiments, goélettes et bateaux de la Martinique et de Sainte-Lucie (de) pourvoir leurs bâtiments d’un pavillon bleu avec une croix qui partagera ledit pavillon en quatre. Dans chaque chaque carré bleu, et au milieu du carré, il y aura la figure d’un serpent en blanc, de façon qu’il y aura quatre serpents en blanc dans le dit pavillon, qui sera reconnu dorénavant pour celui de la Martinique et de Sainte-Lucie. »

C'est ce même pavillon aux quatre serpents qui pavoise encore le mur du commissariat de police de Fort-de-France, comme les uniformes de la gendarmerie. "On demande donc aux descendants d’esclaves d’honorer le drapeau des esclavagistes, c’est insupportable, s'insurge Louis-Georges Tin qui rappelle qu'il existe un autre drapeau créé il y a bientôt 50 ans, alliant le rouge, le vert et le noir ("Le drapeau futur de la nation africaine doit être rouge comme le sang versé au cours de l'histoire, noir comme la couleur dont on doit tirer orgueil et non la honte, et vert comme l'espérance", congrès de Lagos 1920), celui que Garsin Malsa, lui aussi signataire de cet appel, faisait déployer sur la mairie de Sainte-Anne lorsqu'il était encore maire de cette commune.

Si le président du CRAN reconnaît que le drapeau rouge, vert et noir n’est pas officiel, il rappelle que le drapeau aux quatre serpents ne l’est pas non plus. "Il n’a jamais été validé par la République française et encore moins par les Martiniquais eux-mêmes. C’est un drapeau illégal et immoral à la fois. Par conséquent, nous devons le rejeter."

A travers cet appel, le président du CRAN et les nombreux signataires demandent au président de la Collectivité Martinique, au préfet de la Martinique et à la ministre de l’Outre-mer de "prendre les mesures pour que le drapeau de la honte soit à jamais écarté, et remplacé enfin par le drapeau de la dignité."

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents