Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 19:13
Les députés de la majorité ont applaudi le retour de Lénaïck Adam réélu dimanche dernier dans un duel serré face à Davy Rimane

Les députés de la majorité ont applaudi le retour de Lénaïck Adam réélu dimanche dernier dans un duel serré face à Davy Rimane

Retour remarqué de Lénaïck Adam au palais Bourbon

Lénaïck Adam, a été accueilli mardi à l'Assemblée nationale par un mot de bienvenue du président François de Rugy et une salve d'applaudissement de ses collègues. Le jeune député a retrouvé, à côté du mathématicien à la lavallière Cédric Villani la place, au sein du groupe En marche !, qu'il avait perdue le 8 décembre dernier et qu'il a regagnée dimanche. Pour marquer ce retour, Lénaïck Adam a posé une question au Premier ministre dans laquelle il s'est voulu le porte-parole d'une Guyane unie, à l'instar des manifestants du 28 mars 2017 à Cayenne : "La Guyane, mon territoire, est multiculturelle ; les questions identitaires y sont souvent posées, mais elle a su et pu démontrer son unité le 28 mars 2017 quand des milliers de Guyanais ont défilé ensemble, unis, toutes composantes et origines confondues pour porter leur même revendication. Ensembles, tous solidaires, sans distinction sociale, catégorielle et idéologique, nous avons obtenu les accords de Guyane, inaugurant un nouveau rapport avec la République. M. Le Premier ministre, je viens d'être réélu après une élection invalidée et les accords de Guyane ont été au centre d'une campagne très dure. Je me suis donc engagé à défendre ces accords et à les porter jusqu'à leur plus parfaire concrétisation. Je sais que tous vos services concernés y travaillent et que les avancées réelles sont mises en oeuvre, mais le manque de temps...

Il faut aller vite tant est pressante la situation dans les domaines de l'éducation, de la sécurité, de la santé et de l'immigration clandestine qui ronge la société guyanaise. Le 28 mars 2018, c'est dans quelques jours, nous voulons l'aboutissement d'une révolution guyanaise. Envoyez-nous des signaux forts pour éviter un retour aux barricades. Les enfants et les entreprises de la Guyane ne le supporteraient pas. La population guyanaise dans son ensemble a besoin d'être rassurée et de ne plus douter de la République, et surtout, elle a besoin de la pleine effectivité des accords de Guyane pour retrouver son unité, sa cohésion après cette agitation électorale perturbatrice. Cela devra passer par des simplifications administratives pour accélérer sa mise en oeuvre. C'est mon leit-motiv et je sais pouvoir compter sur vous et votre gouvernement. M. le Premier ministre, que proposez-vous aux Guyanais qui de demandent qu'à voir ?" Edouard Philippe lui a répondu : "Mon gouvernement a confirmé l'engagement qui a été pris au nom de l'Etat par un gouvernement précédent. Le budget 2017, tel qu'il a été revu par mon gouvernement, et le budget 2018, tel qu'il a été conçu, offrent les traductions concrètes du respect par l'Etat de la parole donnée." Comme il l'avait déjà déclaré le 20 février dernier en réponse au député Gabriel Serville. Il a rappelé les crédits exceptionnels pour les écoles (150 millions sur dix ans) et les collèges et lycées (250 millions sur cinq ans). Il a encore rappelé qu'au 1er janvier 2019, l'Etat reprendrait à son compte le paiement du RSA (comme à Mayotte) et qu'en attendant cette date, il avait abondé en 2017 comme en 2018 le budget de la CTG de 50 millions. Concernant la sécurité, il a répété que la Guyane faisait partie des zones prioritaires pour la le déploiement de la police du quotidien, de même qu'elle serait à compter du mois de juin une zone d'expérimentation pour réduire les délais d'instruction de la demande d'asile. Enfin, il a indiqué que le CNES allaient augmenter de 10 millions d'euros sa participation au titre des retombées économiques. "L'objectif de l'Etat, a conclu le Premier ministre, c'est d'avancer résolument dans le sens des accords qui ont été signés, des engagements qui ont été pris pour le développement réel, ambitieux de la Guyane."

A l'issue de cette séance de questions d'actualités, Lénaïck Adam devait s'occuper de son agenda, car à Matignon comme à l'Elysee, on lui a demandé de passer les voir...

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents