Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 05:31
Di Falco à Saint-Pierre en mai et au bal Blomet en juin

Di Falco chante l'histoire du théâtre de Saint-Pierre dans ses ruines

La fresque musicale, "Begin the biguine" de Fabrice di Falco et l'ensemble classique, Les Sauvages", sera donnée le 8 mai à 18 heures dans les ruines du théâtre de Saint-Pierre dans le cadre du festival "Mai à Saint-Pierre".

C'est quand il était étudiant au Lycée de Bellevue dans les années 90, que sa professeur de musique Gisèle Oberic lui a fait découvrir que nous avions à Saint-Pierre un monument culturel ! Des années plus tard, à  l'occasion d'un concert avec la pianiste Lydia Jardon dans le cadre du festival  Musiciennes en 2016 à l'Atrium, Fabrice di Falco est retourné à Saint-Pierre. Il s'est assis dans les ruines pour rêver, imaginer les opéras qu'on y a joués et qui ont donné tant de valeur à ce lieu majestueux. "J'ai essayé l'acoustique et ma surprise fut grande de constater que le lieu avait gardé une acoustique malgré que ses murs disparus depuis le 8 mai 1902." Le 8 mai 2018, Fabrice di Falco et ses musiciens, Jonathan Goyvaertz, Julien Leleu et Aurélien Pasquet, seront sur la scène du théâtre de Saint-Pierre, au milieu des ruines, et fonneront le spectacle qu'ils donnent depuis le mois de décembre au bal Blomet à Paris, "Begin the biguine". Si à Paris, la version proposée était jazz, à Saint-Pierre, ce sera du lyrique avec des arrangements musicaux spécifiques qui rendent hommage aux biguines créoles ou aux chants comme "Fanm Matinik douce" ou encore "Maladie d'amour"...

Réalité virtuelle

Pour sa scénographie, l'artiste lyrique s'accompagnera des créations Martial Bazabas. Ses photos et documents en 3D rétabliront virtuellement ce qu'était le théâtre opéra de Saint-Pierre avant la funeste éruption. "Il nous parlait souvent de ce théâtre, avec passion, et comme une certaine nostalgie", confie son pianiste Jonathan Gouvaertz. "Il prouve que l'opéra est un art qui était bien présent aux Antilles, poursuit son contrebassiste, Julien Leleu, et qu'il a inspiré la musique des rues antillaises telle que nous la connaissons aujourd'hui."

Fabrice di Falco réalise ainsi son plus grand rêve en donnant la version classique avec l'ensemble Les Sauvages dans les ruines et ainsi donner à Saint-Pierre le même spectacle que les Parisiens pourront voir et entendre au Théâtre du Gymnase en 2019.

FXG, à Paris

Le 7 juin au bal Blomet

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents