Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 06:29
Ratenon veut un jour férié national pour l'esclavage

Ratenon propose de faire du 4 février un jour férié

Le député Jean-Hugues Ratenon a profité du 23 mai, journée d'hommage national aux victimes de l'esclavage, pour présenter la proposition de loi qu'il a co-signée avec les députés de son groupe politique à l'Assemblée, La France insoumise, Bastien Lachaud et Muriel Ressiguier, et le député de Corse non inscrit, Paul-André Colombani. Jean-Hugues Ratenon a eu l'idée de cette proposition de loi le 20 décembre dernier lors d'une prise de parole dans l'hémicycle de palais Bourbon. "J'ai expliqué que le 20 décembre était un jour férié à la Réunion et tout le monde semblait l'ignorer..." Ainsi est née la proposition de loi relative à la création d'un jour férié national commémorant l'abolition de l'esclavage par la République française. "L'esclavage n'est pas que l'affaire des Outre-mer, a déclaré Jean-Hugues Ratenon, l'esclavage, c'est l'histoire de France et elle ne doit pas être commémorée que dans ses outre-mer." Il a encore expliqué que les ultramarins qui vivent dans l'Hexagone ne disposent pas, contrairement à leurs compatriotes dans les territoires, de journée spécifiquement fériée. Plus globalement, il estime qu'il faut permettre "aux Français dans leur ensemble d'avoir une date pour se poser et réfléchir à l'esclavage, qui fait partie de notre histoire" ! Et si le 10 mai est une journée officielle de commémoration de l'esclavage, de la traite et de leurs abolitions, le député réunionnais assure que "rares sont les personnes à connaître le 10 mai". Même chose pour le 23 mai qui est pourtant la deuxième date nationale officielle dédiée à la mémoire des aïeux esclaves. Alors aux dates du 27 avril à Mayotte, 22 mai en Martinique, 27 mai en Guadeloupe, 10 juin en Guyane et 20 décembre à la Réunion, le texte de la proposition de loi instaure une date nationale et hexagonale faisant du 4 février, date de la première abolition par la Convention de la 1ère République en 1794, un jour férié et chômé.

La proposition de loi sera débattue lors de la prochaine niche parlementaire du groupe La France insoumise.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents