Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 05:24
La couverture est signée Richard-Viktor Saincily-Cayol

La couverture est signée Richard-Viktor Saincily-Cayol

Zandwonis éditorialise sur le journalisme en pays colonisé

Il n'y a pas que la Route du rhum qui affiche ses quarante ans au compteur, Danik Zandronis aussi affiche, à travers son livre, "Journaliste en pays colonisé", ses quarante ans d'activité journalistique en Guadeloupe. Le fondateur de Jougwa, Magwa et de Cari Créole News (CCN) a été journaliste à Radio ICS, Eclair TV, la Une Radio et la Une Guadeloupe, Radio Gayak, Canal 10, les Nouvelles étincelles... Mais ne cherchez pas Zandro dans ce qu'il appelle les médias officiels (RCI, l'ex-RFO ou France-Antilles), l'homme qui se définit comme un cari-guadeloupéen reste fidèle à ses engagements : l'indépendance, qu'elle soit professionnelle ou celle de son île... Danik Zandwonis s'est toujours considéré comme un journaliste en pays colonisé. Et pour appuyer le fait, il a appelé Raphaël Confiant en renfort pour préfacer son ouvrage.  En un peu moins de 400 pages, Zandro réédite ses éditoriaux parus entre 2008 et 2017. Pourquoi un tel choix ? Il l'explique ainsi : "Dans un pays colonisé et pas prêt d'être décolonisé, les journalistes sont vraiment les historiens du quotidien." On relit, à l'aune des événements passés, ses éditos enflammés lors de la crise sociale de 2009, ses fausses prophéties sur la fin de RFO, mais on relit aussi non sans déplaisir les traits qu'il décochait à un Yves Jégo, un Toto, un Jako ou une Marie-Luce Penchard-Chevry ! Ses confrères aussi en prennent pour leur grade, souvent à juste raison ! Ce journaliste connaît parfaitement ses sujets et a la mémoire du pays qui coule dans l'encre de son stylo. On peut regretter qu'il ne se soit contenté que de rééditer ses papiers déjà parus à l'instar d'un Jacques Canneval ("Sur la brèche") ou d'un Edouard Boulogne (qu'il honnit), "France, Garde-nous"... Mais, nous a-t-il confié, il est déjà en train d'écrire la suite et, promet-il, "quand ça sortira, j'irai me planquer à Singapour !"

FXG, à Paris

"Journaliste en pays colonisé", édition Nestor, 373 pages, 23 euros

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents