Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

31 janvier 2019 4 31 /01 /janvier /2019 06:02
GIP mission de la mémoire de l'esclavage, des traites et de leurs abolitions

Les débuts difficiles de la fondation pour la mémoire de l'esclavage

Alors que le conseil d'Etat devait examiner la demande de reconnaissance d'utilité publique de la future fondation pour la mémoire de l'esclavage fin décembre, la frilosité des mécènes et les tensions entre administrateurs met le projet en danger.

Jean-Marc Ayrault, président du groupement d'intérêt public (GIP) pour la fondation de la mémoire de l'esclavage, parviendra-t-il à réunir les fonds nécessaires, 2 millions de capital et 3 à 4 millions pour un fonctionnement sur cinq ans, et décrocher ainsi le feu vert du conseil d'Etat. Seuls 1,2 millions d'euros auraient été réunis pour l'instant et le dossier qui devait être présenté avant fin décembre devant le conseil d'État pour obtenir la "reconnaissance d'utilité publique", a dû être reporté en février. Mais lors de son déplacement à la Réunion en décembre, Jean-Marc Ayrault ne disait plus qu'avoir "l'espoir que tout soit installé d'ici le mois de juin"... Un calendrier confirmé par le ministère des Outre-mer. Soit tout juste dans les clous du planning présidentiel puisque c'est en avril 2018 au Panthéon qu'Emmanuel Macron a repris l'idée que François Hollande avait proposée en 2016 et relancée en 2017. A la mi-décembre, l'équipe administrative du GIP indiquait avoir contacté une soixantaine d'entreprises dont un tiers aurait déjà dit non, telles Air Caraïbes ou Pernod-Ricard. Et si Air France, Total, La Poste et la CDC ont dit ok, le compte n'y est pas. Quand au groupe Bernard Hayot, il était question d'un don de 400 000 euros, mais ce n'est pas encore fait... Jean-Marc Ayrault, lit-on dans Le Point, "multiplie les prises de contact pour mobiliser les bonnes volontés. Mais si les choses ne se cristallisent pas dans les temps, la fondation aura peu de chances de survivre", s'inquiète un permanent qui ajoute : "La suppression de l'ISF a, paradoxalement, porté un coup au mécénat associatif, car les grandes fortunes ne sont plus encouragées à faire des dons pour récupérer un abattement fiscal."

"Puydufouïsation de la mémoire"

Pourtant, côté société civile, l'enthousiasme est réel. Le dernier week-end de novembre, à la Maison de la chimie à Paris, plusieurs centaines de personnes ont rejoint Jean-Marc Ayrault, Christiane Taubira, mais également les administrateurs du GIP, Olivier Laouchez, Doudou Diène, Françoise Vergès, Leïla Sy, Lionel Zinsou... Il s'agissait des "ateliers de la Fondation pour la mémoire de la traite, de l'esclavage et de ses abolitions" pour mobiliser les forces vives impliquées au niveau de l'action mémorielle et explorer les enjeux, les objectifs et les moyens attendus, et encore réfléchir aux statuts. Mais aucun mécène n'était là. Le PDG du groupe Trace, le Martiniquais Olivier Laouchez, qui vit entre la France et l’Afrique du Sud, estime que "les accusations de communautarisme" ne sont pas forcément étrangère à la frilosité des mécènes.

Dans un article de Libération, l'ancien rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme, Doudou Diène, déclarait redouter "l'Etat profond" qui a conduit "une politique  du silence et de l'occultation". A cela, il ajoute une opposition des historiens qui voudraient réhabiliter les "bienfaits de la colonisation". Il s'agit donc pour le Sénégalais de "combattre la puydufouisation de la mémoire", à savoir celle de la France comme "une communauté strictement blanche, catholique et réactionnaire". Il n'en a pas fallu davantage pour que réagisse vivement la présidente de la Route des Abolitions, dans l'Est de la France, Marie-Claire Faivre, et s'en émeuve auprès de l'Elysée et de Matignon : "A travers ces déclarations, écrit-elle, la Fondation se positionnerait donc désormais et très clairement comme une organisation militante, partisane et politisée qui s'aligne sur le langage d'un noyau dur de militants décoloniaux et identitaires et qui n'hésite pas à cibler la droite, l'Etat et  les hauts fonctionnaires ou les Blancs, catholiques et réactionnaires." Ambiance... Face aux administrateurs "politiques", les entrepreneurs de mémoire veulent privilégier aux "approches idéologiques et agressives trop militantes", les projets concrets et opérationnels qui privilégient "les volets républicains, le développement du tourisme mémoriel, et non plus les seules visions tournées vers le passé et vues comme de la repentance."

FXG, à Paris

L'autre fondation qui marche

Serge Romana, ex-président du CM98 et désormais président de la Fondation Esclavage et Réconciliation qui a su attirer l'intérêt et les fonds des descendants des esclavagistes martiniquais entre autres, observe que ceux qui ont joué un rôle fondamental dans l'histoire de la mémoire de l'esclavage, à savoir les descendants d'esclaves eux-mêmes, ne sont pas, dans le GIP, au coeur du dispositif... Le directeur général est l'ancien préfet Henri Jean. A ses côté, l'ex-plume de François Hollande, Pierre-Yves Bocquet, administrateur, ou encore Florence Pizzorni du ministère de la Culture comme directrice adjointe... Mais il préfère ne pas attiser les braises, car l'essentiel pour lui qui aurait eu toute légitimité à présider ce GIP, est que l'Etat ait donné suite au projet du CM98 du mur des noms au jardin des Tuileries. Quant à la fondation qu'il préside, Esclavage et Réconciliation, Serge Romana ne voit aucun obstacle à ce qu'elle soit habilitée par la future fondation nationale puisque son objet est tourné vers les patrimoines matériels et immatériels liés à l'histoire de l'esclavage en Guadeloupe et en Martinique. Pourvu que Jean-Marc Ayrault parvienne à la porter sur les fonts baptismaux.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents