Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 04:34
Un album de musique bushinengé chez Buda Musique

Buda musique vient de sortir dans sa collection "Musiques du monde" (distribué par Universal) l'album "Les Bushinengé , Nèg mawon de Guyane" dont la direction a été confiée au Pr Apollinaire Anakesa Kululuka, directeur des recherches à l'Université des Antilles.

"Partager une part de la richesse de notre humanité, et donc du bonheur recherché par tous"

 Comment est née l'idée de cet album ?

La production de cet album est la conséquence logique de la valorisation et de la vulgarisation de mes recherches sur les cultures musicales guyanaises, en l’occurrence bushinengé, recherches que j’ai débutées en 2007, en tant que chercheur du CNRS/LACITO en mission, puis en tant qu’enseignant-chercheur à l’Université des Antilles et de la Guyane jusqu’en 2014.

Pourquoi la culture bushinengé particulièrement ?

Cette culture relève incontestablement du patrimoine, riche en mémoires, en valeurs et en significations, dont la Guyane, et au-delà, la France voire le monde, se doivent de valoriser les connaissances, savoirs et savoir-faire sous-jacents, car cela contribue à un meilleur développement durable et une meilleure cohésion de la société, au sens large du terme.

Comment avez-vous choisi les artistes et le répertoire ?

Le choix, d’abord du répertoire, puis des artistes le représentant, m’a été édicté par les sujets et/ou problématiques abordés (l’homme, la société, la nature, le sacré et les relations ainsi que les interactions sous-jacentes, en lien avec les traditions et leurs évolutions dans les pratiques tradi-modernes, notamment par les jeunes), en les inscrivant dans le passé et dans le présent. En fonction de ces thématiques, tout en tenant compte de la diversité des lieux et des personnes ressources (femmes, hommes, jeunes, vieux, autorités traditionnelles, porteurs des savoirs et savoir-faire — Sabima, Obiaman, Sabiuman, Obiauman —, des associatifs et des anonymes, au sein des villages, des bourgs et des villes.  

Quand et comment ont été enregistrés les morceaux ?

Les enregistrements de ce CD datent entre 2009 et 2014. Ce sont des enregistrements réalisés en situation sur le terrain, soit chez les personnes ressources, soit lors des manifestations (festivals, levées de deuil, puu baaka), pendant des rencontres fortuites et consenties.

Cela a-t-il été facile de convaincre un label de vous sortir ?

Oui et non, car les labels visent d’abord la rentabilité (cela se conçoit, puisqu’il s’agit avant tout de structures commerciales). Mais fort heureusement, certains vont au-delà du seul intérêt financier, car il s’agit également d'enjeux socioculturels d’importance ; c’est là aussi le moyen de partager une part de la richesse de notre humanité, et donc du bonheur recherché par tous. C’est donc à la personne qui apporte la culture concernée de convaincre pour montrer que par-dessus l’argent, il y a aussi des valeurs, avec des apports très significatifs, souvent insoupçonnés et qui n’ont pas de prix et dont les effets peuvent être incommensurables, car ils participent à créer réellement de la richesse, dont regorge l’homme premièrement, ensuite produire de l’argent directement ou indirectement à partir du produit commercialisé ou non.

Propos recueillis par FXG, à Paris

Les bushinengés en images

Maison traditionnelle ornée de tembé, Apatou

Accueil des chasseurs de retour au village pendant le puu baaka

Les chasseurs prêts à débarquer, puu baaka

Sonnailles kaway

Obia Man

Apollinaire Anakesa Kululuka est l'auteur de toutes ces photos

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents