Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 06:26
Une allée Clarissa Jean-Philippe à Paris

Paris honore Clarissa

Au coeur du jardin du serment de Koufra, à la porte d'Orléans, l'allée surmontant l'aire de jeu pour enfants a vu surgir, sous l'oeil bienveillant d'un nu du sculpteur Martial, deux beaux candélabres portant chacun une plaque de rue dédiée à Clarissa Jean-Philippe : "Allée Clarissa Jean-Philippe... Victime du terrorisme dans l'accomplissement de son devoir"

Autant la cérémonie d'hommage à Clarissa Jean-Philippe du mardi 4 janvier à Montrouge, avec les deux ministres de l'Intérieur (Castaner et Nunez) et leur collègue des Outre-mer, était emprunte d'une gravité toute républicaine, autant celle qui s'est déroulée vendredi matin à Paris avait quelque chose de plus intime, de plus familier... Et ce malgré la présence de très nombreux élus de la région parisienne, du grand rabbin de France et du procureur de la République de Paris, Rémi Heitz. "Aujourd'hui, indiquait Justine Nordin, la tante de Clarissa, c'était plus personnel... Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de monde." Autant de monde, mais surtout beaucoup d'amis, de proches et de compatriotes antillais de la capitale. L'ancienne ministre et députée de Paris, George Pau-Langevin, le délégué interministériel, Jean-Marc Mormeck, la députée de Sainte-Marie, Manuela Kéclard-Mondésir, les comédiennes Firmine Richard,  Mariann Mathéus et Sourya Adèle, les élus parisiens et franciliens, Nathalie Fanfant, Rosy Stanislas et Pierre Kanuty, les présidents des principales associations antillaises, Jean-Michel Martial, René Silo, Jacques Ambrosio, José Pentoscrope, Jean-Paul Saffache et encore l'ancien patron de LADOM, Jean-Claude Cadenet...

"Nou sé Clarissa"

"Ce qui est inscrit sur la plaque, commente sa tante, ça fait chaud au coeur. Je pense à ma soeur au pays qui est malade... Quand elle va voir cette plaque, je pense qu'elle va être très contente et ça va lui faire du bien !"

Après un discours introductif de Carine Petit, maire du 14e arrondissement, suivi du maire de Montrouge, Etienne Longereau, le contre ténor Fabrice Di Falco, accompagné du contrebassiste Julien Leleu, a interprété "Mon Ange", d'Edith Lefel. Samuel Nordin et son épouse ont exprimé leur gratitude avant de laisser Anne Hidalgo, maire de Paris, saluer "le geste fort et symbolique d'inscrire le nom de Clarissa au coeur de Paris". "Clarissa représentait l'ordre républicain, a poursuivi Mme Hidalgo, elle était aussi elle-même une jeune femme pleine de vie qui représentait aussi ce que Paris et ses communes voisines doivent aux Ultramarins. C'est en étant fidèle à ce que  nous sommes que nous serons fidèles à Clarissa..." Cette plaque se veut un rappel quotidien pour tous ceux qui passeront devant, qui emprunteront cette allée dans ce jardin pour ne jamais oublier cette terrible tragédie. "Clarissa continuera, a conclu le maire de Paris, de faire partie de notre vie. Nou sé Clarissa !"

FXG, à Paris

Elles ont dit

Nathalie Fanfant conseillère de Paris (LR)

"Je suis très heureuse et très honorée que la ville de Paris ait mis cette plaque en l'honneur de Clarissa Jean-Philippe dans le 14e arrondissement. Clarissa est morte pour la République, pour les Français, pour les Parisiens et les habitants de Montrouge. Il était normal et légitime qu'un tel hommage lui soit rendu. C'est aussi une façon de marquer dans le temps et l'histoire cet événement : Elle aura été une victime du terrorisme, mais le fait que son nom soit marqué ici, c'est une façon de dire aussi qu'on n'oublie pas, on ne plie pas, on ne se rend pas... Soyons fiers de ce que Clarissa a fait pour nous !"

Manuela Kéclard-Mondésir députée (GDR)

"Je suis saisie de deux sentiments qui se chevauchent. La raison pour laquelle, cette plaque est installée, c'est parce que Clarissa n'est plus là, qu'elle est morte dans des conditions tragiques... Et en même temps, c'est une reconnaissance. Elle n'est pas tombée dans l'oubli comme gens qui meurent de froid... Il est très important de rappeler l'histoire, de rappeler les conditions dans lesquelles ça s'est passé, la période lors de laquelle la France a été touchée. La Martinique a été aussi touchée à travers Clarissa et cette plaque permet à chacun de se rappeler. Les promeneurs, les scolaires, le milieu professionnel de Clarissa, policiers, gendarmes, tous pourront se retrouver dans cette allée. Ce sera une façon de saluer de saluer le travail, la profession, le métier, l'engagement et le don de soi !"

En images

Jacques Ambrosio, président de l'association Accolades qui fête ses 32 ans cette année

Nou sé Clarissa

Jean-Michel Martial et René Silo

Julien Leleu et Fabrice di Falco

Pierre Kanuty, Nathalie Fanfant, Bernard Bresler et José Pentoscrope

Jean-Marc Mormeck

Firmine Richard et George Pau-Langevin

Samuel et Justine Nordin

Jean-Claude Cadenet et Joby Garnier de la ville de Paris

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents