Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 06:57
Max Dubois pa kontan

Interview. Max Dubois, président de République & Développement Outre-mer.

Dans une tribune publiée sur le site de Médiapart*, Max Dubois qui fut le coordinateur Outre-mer de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, se livre à un violent réquisitoire contre la politique menée par la ministre des Outre-mer.

"Est-ce que j'ai le droit d'être macroniste et dire que c'est le bordel en outre-mer  ?"

Qu'est-ce qui vous a motivé pour écrire cette tribune plutôt violente à l'encontre de la locataire de la rue Oudinot ?

Je tiens d'abord à vous dire que macroniste j'étais, macroniste je suis. Un macroniste c'est un social-démocrate et aujourd'hui Emmanuel Macron incarne cette ligne sociale-démocrate. Je n'ai pas attendu pour avoir des convictions sociales et républicaines qu'Emmanuel Macron incarne aujourd'hui. Pour autant être fidèle à une ligne politique, ce n'est pas être fidèle à la totalité de ce qui se passe dans la tête des gens qui incarnent cette ligne et pour les Outre-mer, le compte n'y est pas. Les Outre-mer sont les laissés pour compte de la politique actuelle. On peut être macroniste et dire que ça ne va pas quand ça ne va pas.

La trajectoire 5.0 (0 Déchet, 0 Carbone, 0 Intrant chimique, 0 exclusion, 0 vulnérabilité) promue par Annick Girardin ne vous a pas convaincu ?

Et pourquoi pas 0 vie chère et 0 chômage ? C'est un quintuple écran de fumée. Ce sont cinq intentions louables, mais là-dedans, il n'y a aucune intention économique. Depuis 1945, on a un traitement social du chômage. Moi, je veux un traitement économique du chômage. Quoi de neuf depuis Hollande, depuis Sarkozy ? Si aujourd'hui, on ne change pas les paradigmes économiques, on va continuer à faire du traitement social et plus personne n'en veut.

Mais Annick Girardin n'applique-t-elle pas la politique que lui demandent d'appliquer le Premier ministre et le président de la République ?

A chaque fois que j'ai pu parler avec le président de la République, à chaque fois que je l'ai entendu parler publiquement, il a parlé du développement des filières économiques. Pourtant depuis deux ans qu'Emmanuel Macron est au pouvoir et nous sommes dans la continuité de ce qui s'est passé jusqu'à maintenant. Le président change de paradigme partout mais pas dans les Outre-mer. La fin des contrats aidés était pour moi un signe avant-coureur de développement économique. On a supprimé les contrats aidés mais je n'ai pas vu arriver l'effort économique. De même le rabotage de l'abattement fiscal, la TVA NPR qu'on a perdue sont des éléments qui viennent s'enlever au budget. Ca ne fonctionne que si derrière vous avez un vrai projet. Et à quoi servirait d'enlever la surrémunération des fonctionnaires qui pour l'instant maintient à peu près l'équilibre économique des territoires si derrière on n'a pas fait notamment une révision de la grande distribution alimentaire dans les territoires. La question n'est pas aujourd'hui d'envoyer des contrôleurs pour vérifier si les nouilles n'ont pas augmenté de 50 centimes, la question est comment fait-on pour que le prix baisse. Tant que les gens qui détiennent la grande distribution peuvent continuer à importer au motif que l'importation coûte moins chère que la fabrication sur place, on continuera à vivre dans une économie de comptoir ! La politique de relance économique doit passer nécessairement par le développement des filières. Tant que ce ne sera pas fait, on ne va pas développer de PIB supplémentaire. Mme Girardin est soumise à la pensée magique de notre énarchie panurgiste française ! C'est quoi son bilan au bout de deux ans ?

La "pensée magique", qu'est-ce que c'est ?

C'est la pensée des énarques. Quand un énarque a pensé, derrière, c'est terminé ! Quand un énarque a décrété qu'une idée n'était pas bonne, les autres ne se posent plus de question. On assiste à une forme de panurgisme de l'énarchie ! Et en Outre-mer, depuis des années, les énarques ont décidé qu'il n'y avait rien à faire, pas de développement possible ! C'est quand même incroyable un truc pareil !

Le président Macron est lui-même un énarque...

Oui, c'est un énarque, mais il est président. Et puis, c'est un homme qui a l'amour de France. Simplement, l'Outre-mer, c'est 2,5 millions de personnes et le problème de Macron, c'est Poutine, la Corée, l'Afrique... Si ses ministres ne s'emparent pas des dossiers, qui va le faire ?

Vous voulez devenir ministre des Outre-mer ?

Je ne veux aucun poste ! J'ai créé R&DOM il y a plus d'un an et j'ai essayé sincèrement de faire valoir cette nécessité qu'il y avait à développer le business dans les Outre-mer et arrêter d'imaginer que le chômage dans les Outre-mer ne devait être traité que socialement. Je n'ai pas été entendu. J'ai eu affaire à cette pensée magique qui sait tout, qui dit qu'il n'y a rien à faire ! Je ne veux pas être un oiseau de mauvaise augure, mais les trois ans qui restent d'ici la fin du quinquennat ne se passeront pas dans la joie et l'allégresse si on continue à prendre les Ultramarins pour ce qu'ils ne sont pas.

Revenons en à vos propositions alors...

Mon souhait profond est qu'Annick Girardin prenne conscience qu'on ne peut pas traiter les territoires d'Outre-mer à coup de porte-voix. C'est bien de prendre des porte-voix pour expliquer aux gens que demain ça ira mieux, mais ça ne suffit pas. Les porte-voix ne font pas de politiques ! Est-ce que j'ai le droit d'être macroniste et dire que concernant les Outre-mer, c'est le bordel ?

Concrètement ?

Ce que je propose, je le fais aujourd'hui à travers R&DOM** : rapprocher des gens pour les aider à constituer des filières, c'est-à-dire prendre un métier de bout en bout, demander aux gens ce qu'ils veulent faire et les aider à le faire. Je le fais à Mayotte avec la pêche, mais ça concerne la biodiversité, les richesses sous-marines, le tourisme... Et c'est l'Etat qui doit investir ! On préfère mettre des ronds pour indemniser 350 000 chômeurs plutôt que de les transférer sur ces filières avec un compte d'exploitation prévisionnel sur une dizaine d'années. C'est un effort national qu'il faut faire ! J'appelle l'ensemble de la nation française à venir en soutien pour pousser les économies domiennes. L'économie domienne appartient à tout le monde. Il n'y a pas d'un côté les citoyens des DOM et de l'autre, les citoyens français. Ce sont les mêmes !

Propos recueillis par FXG, à Paris

**République et développement des Outre-mer (R&DOM) est une association 1901 fondée en février 2018 et présidée par Max Dubois. Elle revendique d'être un think tank et 2000 adhérents.

Max Dubois est par ailleurs à la tête d'un cabinet de conseil nommé "Paloloproduction", basé dans l'Hexagone et dont les clients sont tous des entreprises privées ultramarines.

*https://blogs.mediapart.fr/maxduboisrdom/blog/080319/aucune-societe-avec-30-de-chomeurs-ne-peut-eviter-l-explosion-sociale-0

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents