Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 07:53
Pascal de Izaguirre, pdg de Corsair, et Peter Oncken, managing director d'Intro-Aviation, mardi 19 mars au Royal Monceau, Paris

Pascal de Izaguirre, pdg de Corsair, et Peter Oncken, managing director d'Intro-Aviation, mardi 19 mars au Royal Monceau, Paris

Corsair racheté par l'allemand Intro-Aviation

Après la tentative avortée de rachat par Air Caraïbes il y a autre ans, c'est un spécialiste de la restructuration des compagnies aériennes qui a repris une partie des part de TUI dans l'actionnariat de Corsair.

"C'est un basculement dans un monde nouveau." C'est par ces mots que le pdg de la compagnie aérienne Corsair, Pascal de Izaguirre a salué, hier à Paris, la cession de sa compagnie à son nouvel actionnaire Intro-Aviation représenté pat son pdg, l'Allemand Peter Oncken. L'accord de cession signé lundi 18 mars engage à la fois TUI, l'actionnaire sortant, et Intro -Aviation pour une durée minimum de trois ans. La compagnie allemande, spécialiste des restructurations de compagnies aériennes, a d'emblée indiqué sa priorité : moderniser, unifier et développer la flotte de Corsair qui comporte actuellement sept appareils. Exit donc les deux Boeing 747 qui seront remplacés chacun par deux Airbus A 330-900. Trois sont en commande. Le premier est attendu pour septembre 2020 et deux autres au début 2021. Le nouvel actionnaire entend par ailleurs s'équiper d'Airbus d'occasion pour arriver au chiffre de 13 appareils en 2023. Tous seront loués en leasing. Cette restructuration de la flotte va permettre à Corsair de rationaliser ses coûts d'exploitation, de développer son réseau depuis Orly (où elle n'utilise que 80 % de ses créneaux horaires) en densifiant ses destinations actuelles dont les Antilles et la Réunion et en ouvrant de nouvelles lignes (Montréal toute l'année et Miami), s'il le faut au départ de Roissy ou d'ailleurs, insiste Peter Oncken.

Prix confidentiel et recapitalisation à hauteur de 35 millions par TUI

La cession financière dont le montant n'a pas été dévoilé, organise le nouvel actionnariat au sein d'une holding de droit irlandais, Diamondale, ainsi : 53 % pour Intro-Aviation, 27 % pour TUI (qui s'engage à revendre ses parts dans trois ans selon un tarif pré-négocié à Intro-Aviation) et 20 % à une société fiduciaire appartenant aux salariés de Corsair. Intro Aviation aura deux voix au conseil d'administration, TUI une et les salariés une également.

Pour accepter faire accepter le deal à Intro-Aviation, TUI a remis au capital de Corsair 35 millions d'euros et a acquis pour le compte de Corsair ses deux B747 qu'elle pourra donc revendre sur le marché de l'occasion. Quant au nouvel actionnaire, il s'est engagé à ne pas licencier, à ne pas remettre en cause les accords salariaux, ni à sous-traiter pendant une période de 24 mois. Le comité d'entreprise de Corsaire a donné son avis favorable à la cession.

Quand à l'équipe dirigeante de Corsair, son COMEX ne changera pas. Intro-Aviation indique simplement qu'au côté de Pascal de Izaguirre qui reste pdg, trois cadres de chez elle viendront l'épauler. Il s'agit d'Helmut Weixler (opérations), George Lioumpis (finances) et Claus Fisher (commercial).

Pascal de Izaguirre sera dès jeudi à la Réunion pour présenter le nouveau visage de Corsair, puis la semaine prochaine aux Antilles en compagnie de Peter Oncken.

FXG, à Paris

Corsair en chiffres

Comme Intro Aviation et TUI, Corsair ne dévoile pas ses chiffres si ce n'est son chiffre d'affaires 2017-2018 : 470 millions d'euros, ses 1,2 millions de passagers, ses 17 000 tonnes de fret et ses 1200 salariés. La compagnie a fait des bénéfices en 2015-2016 et 2016-2017. Mais en 2017-2018, elle a été déficitaire en raison d'un choc sur un de ses B747 en plein mois d'août (6 millions d'euros de frais) et de pertes d'exploitation (retards, annulations avec les indemnités en corrolaire). En outre, elle a perdu sans crier gare la destination de Dakar qui marchait très bien au profit d'Air Sénégal. Néanmoins, selon Pascal de Izaguirre, sa trésorerie est "florissante".

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents