Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

13 juin 2019 4 13 /06 /juin /2019 08:56

Les 38 millions d'aide à la filière canne ont disparu du prochain budget

Où sont passés les 38 millions pour surmonter la fin des quotas sucriers ? C'est la question au gouvernement que devrait poser ce mardi la députée réunionnaise Huguette Bello au nom de ses collègues de l'Assemblée. Il y a deux ans, le gouvernement ayant acté la fin des quotas sucriers, a prévu de compenser les productions de sucre de la Réunion et de la Guadeloupe avec une enveloppe de 38 millions par an (28 pour les deux sucreries de Réunion et leur 100 000 tonnes de sucre, 10 pour la Guadeloupe). En contrepartie, les sucreries s'engagent à toujours acheté la totalité de la production des planteurs tout en garantissant le maintien du prix de la tonne tel qu'il était avant la fin des quotas. Or, voilà que les députés ont découvert que cette aide compensatoire ne figurait pas dans le document préparatoire du projet de loi de finances 2020. "Il y a eu un accord du président Macron, explique le député LR David Lorion, il a été respecté pour les campagnes 2018 et 2019 et on apprend que ça ne figure plus sur les documents budgétaires..." Le président du syndicat du sucre de la Réunion, Philippe Labro, et son homologue de l'Assocane Guadeloupe, Sylvain Icart, ont écrit au président de la République le 27 mai dernier pour le mettre en garde : "Une telle décision serait non seulement contraire aux principes défendus dans la notification de l'aide à Bruxelles, mais aussi aux engagements pris par l'Etat." Ils lui rappellent ses propos tenus en mars 2017 à la Réunion : "Cette filière sera, avec moi, soutenue et encouragée." Ils le préviennent ensuite des conséquences de cette décision : la renégociation de la convention canne et des accords interprofessionnels avec les représentants des planteurs d'une part, le risque pour les 7000 planteurs et les 30 000 emplois directs et indirects de la filière canne-sucre. "Sans ces 38 millions d'euros, c'est la faillite de la filière", insiste le député Lorion. Sans cette somme, on vendra du sucre à perte, donc ça ne ne durera pas plus qu'une campagne..."

Pour le moment, il ne s'agit que de documents budgétaires de cadrage, mais les députés redoutent de voir disparaître ce qui jusqu'alors était une aide structurelle, à moins qu'elle ne soit désormais financée par le budget du ministère des Outre-mer...

Annick Girardin a convenu, mardi à l'Assemblée que le "sujet était en débat entre les différents ministères". La ministre des Outre-mer a indiqué que la filière canne disposait d'une enveloppe POSEI de 69 millions d'euros (Europe) et une de 90 millions versée par l'Etat lors de chaque campagne. A ces aides, s'ajoute l'aide compensatoire de 114 millions depuis mai 2017 et la fin des quotas sucriers. Mais là où les parlementaires et les professionnels voyaient un aide structurelle, la ministre a expliqué que cette aide avait été prévue pour une durée de trois ans. C'est dans ces conditions que les ministères de l'Agriculture, du Budget et le sien s'interrogent sur le maintien ou pas de cette aide. Elle a promis une réponse rapide.

FXG, à Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents