Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 octobre 2020 2 06 /10 /octobre /2020 04:41
Camarade Jean, un film sur l'histoire contemporaine de la Guadeloupe

Un film sur le père de l’UGTG et de l’UPLG

Entre 1970 et 1973, trois organisations syndicales ont vu le jour en Guadeloupe. Elles ont toutes en commun un homme : Louis Théodore connu sous son nom de marronnage, Kanmarad Jan qui donne son nom au film de Franck Salin. Plus que l’histoire de cet homme, ce documentaire raconte celle des luttes contre les inégalités en Guadeloupe.

Le passé récent est souvent le parent pauvre de l’histoire, comme si les événements vécus par la génération de nos parent et grands-parents n’avaient pas encore droit aux lettres de noblesse. Avec Camarade Jean, le film documentaire réalisé par Franck Salin, c’est l’histoire contemporaine récente, politique, économique, sociale, culturelle de la Guadeloupe qui est revisitée. Avant que Kanmarad Jan (il était alors inséparable de feu Kanmarad Max, alias Sonny Rupaire) ne disparaisse, le réalisateur est allé recueillir sa précieuse mémoire pour la transmettre à la jeunesse et au monde. Sa mémoire, mais également celle de Claude Makouke, de Luc Reinette, de Serge Glaude et de ces autres qui ont refusé le système post-colonial français en Guadeloupe. L’histoire de Louis Théodore a d’abord été clandestine et ceux qui, comme lui, ont vécu ces quatre dernières décennies du XXe siècle, savent ce qu’il en coûtait d’affirmer ses idées anticolonialistes : lajol ! La mémoire fut donc elle aussi clandestine. Franck Salin fait revivre à travers la vie de Louis Théodore ce courant de pensée anticolonialiste, moqué par le général de Gaulle en 1964, dénigré par le président Mitterrand en 1985, mais salué par Che Guevara et Mao Tsé Toung ! Rien que pour ces images, il faut voir ce film qui rappelle à la jeunesse guadeloupéenne qui étaient ces gens à l’origine du syndicat UGTG. Ce film peut permettre aussi à ceux qui n’attendent rien ni des indépendantistes, ni des syndicalistes au moins de comprendre sa ki té passé adan péyi gwadloup, sa ki ka passé adan tèt ayo. Franck Salin a le mérite d’avoir fait ce film avant que plus personne ne soit là pour en témoigner.

FXG

Après sa diffusion en Guadeloupe, le film est diffusé mardi 6 octobre au soir sur Martinique et Guyane La 1ere. Et à Paris, il passera à la mairie du 13e arrondissement le 27 octobre à 19 heures dans le cadre du Festival Kréyòl

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents