Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 20:34
Ary Durimel, aujourd'hui maire de Pointe-à-Pitre, est l'un des avocats à l'origine de cette plainte pour empoisonnement

Ary Durimel, aujourd'hui maire de Pointe-à-Pitre, est l'un des avocats à l'origine de cette plainte pour empoisonnement

Des dysfonctionnements inquiétants dans la procédure

L’audition des parties civiles dans le dossier d'empoisonnement de la population au chlordécone, le 21 janvier en Guadeloupe et la veille en Martinique, par deux magistrats instructeurs du pôle santé du tribunal judiciaire de Paris, a révélé d’une part la potentielle prescription des faits poursuivis, d’autre part la curieuse disparition de certaines preuves. Ces éléments qui pourraient ainsi conduire les juges à classer le dossier par un non-lieu, quatorze ans après le dépôt de la plainte, posent néanmoins question. Du point de vue de la prescription, on peut se demander si les avocats des parties civiles ont agi comme il se devait pour l’interrompre. En effet, dans toute procédure pénale, quand se profilent des risques de prescription, les avocats peuvent ou doivent demander aux juges de procéder à des actes qui peuvent être par exemple une expertise ou une contre-expertise afin de repousser la date à laquelle les faits poursuivis seraient prescrits. Quels actes, quelles expertises les avocats des parties civiles ont-ils demandé ? Et s’ils ne l’ont pas fait, pourquoi ?

Par ailleurs, concernant les preuves qui auraient disparu, cela voudrait dire que des pièces du dossier pénal auraient disparu. Lesquelles et quand ont-elles disparu ? Y’a-t-il eu une enquête interne ? Toutes ces questions ont-elles été posées par les avocats des parties civiles ? Mais au-delà de ces dysfonctionnements, si le pôle santé du tribunal judiciaire de Paris dispose d’un dossier, le parquet de Paris en a en tout état de cause une copie, tout comme les avocats de la partie civile… Toutes ces interrogations conduisent à cette ultime et cruciale question : mais qui veut donc tuer dans l’œuf cette procédure ?

FXG

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents