Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 15:20

Banane : Le marché européen en hausse de 11 %
Sacrée banane, profits et passion
est l’exposition présentée depuis le mois de février (jusqu’au 31 août 2007), à l’Agropolis muséum de Montpellier. Profitant de cette animation, l’Odeadom (Office de développement de l’économie agricole des départements d’outre-mer) et le Cirad ont choisi Montpellier pour réunir leur comité de suivi du marché de la banane. Les acteurs de la filière (Antillais et Africains) ont fait un tour d’horizon complet des problématiques liées au monde de la banane-dessert. « La banane-dessert dont la production mondiale est de 14 millions de tonnes par an provient essentiellement de la  variété Cavendish », selon Thierry Lescot, chercheur à l’Unité de recherche Systèmes bananes et ananas du Cirad. La consommation annuelle de l’Union européenne s’est accrue de 11 % en 2006 pour atteindre 4,8 millions de tonnes. L’européen moyen consomme quelques 10,6 kg par habitant et par an, ce qui classe la banane dans le trio de tête des fruits frais les plus consommés. L’approvisionnement européen s’organise autour de trois pôles : Canaries et Antilles, pays ACP et pays latino-américains. « L’enjeu est multiple : maintenir une production communautaire vitale pour l’économie des régions ultrapériphériques concernées, tout en sensibilisant le consommateur européen aux conséquences du choix de l’origine de la banane qu’il achète, le tout en conservant nos liens historiques forts avec nos fournisseurs caribéens et africains » précise Paul Luu, directeur de l’ODEADOM. Le marché unique bananier est à un tournant de sa courte mais très mouvementée histoire. Après avoir réformé son système de soutien aux filières de productions européennes, les Etats membres doivent décider sans doute d’ici la fin 2007, de l’avenir du statut des bananes importées quelles soient ACP ou latino-américaines. C’est une des questions de fond dont les professionnels et les autorités françaises auront à traiter tout au long de cette année.
En attendant, et parce que l’exposition de Montpellier (montée par Nestlé) était « très Chiquita », l’ODEADOM s’est attelée avec la cité des sciences de la Villette à Paris à monter une exposition de même ampleur, mais autour de la banane (et de la canne) antillaise. C’est prévu pour fin 2008.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents