Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 15:01
Rivalité fratricide dans le monde des festivals Caraïbes à Paris
celle du festival Influences Caraïbes. Elles avaient monté ensemble le festival Variations Caraïbes
« Soutenu par le ministère de la Culture et la mairie de Paris, parrainé par la commission française pour l'UNESCO, cet évènement de l'automne rassemblera plus de 60 artistes et intervenants pour montrer au public parisien ce que sont les Influences Caraïbes. » De l’aveu des organisatrices de l’association Le Cri du peuple, « il s'agit du premier festival caribéen à Paris d'une telle durée avec une programmation de qualité loin des clichés exotiques ».  De l’avis de l'organisatrice du festival Vibrations Caraïbes (qui aura lieu début octobre à Paris, autour du jazz…), Influences Caraïbes n’est qu’une « simple kermesse associative à dimension locale et folklorique » ! Cette brouille vient du fait que les premières comme la seconde revendiquent leur filiation avec le festival Variations Caraïbes qui s’est déroulé, non sans succès, à l’Alliance Française à Paris, l’an dernier. Surtout, les organisatrices d'Influences, Audrey et Marianne, n’apprécient pas d’être traitée de « voleuse de festival ». Coline, la patronne de Vibrations leur reproche d’avoir déposé le nom de Variations Caraïbes à l’INPI dans son dos.
10 000 euros de pertes
Désormais les relations sont plus que tendues entre les anciennes copines de douze ans. Audrey se souvient qu’en 2005, elles se rendent compte qu’elles ont chacune un projet de festival assez proche. «  L’idée était de faire une co-production entre Le Cri du peuple et Amazone Caraïbe que son amie était en train de monter. Alors quand Coline relègue leur collaboration au simple rang de producteurs exécutifs, Audrey, la présidente, et Marianne, la directrice générale du Cri du peuple, se hérissent. « En juin 2006, son association n’était toujours pas enregistrée ! C’est nous qui avons signé tous les contrats, les assurances et c’est nous qui assumons les pertes financières du festival… » Une somme avoisinant les 10 000 euros. « Elle raconte qu’on lui a volé son festival ! Mais c’est faux, on a travaillé ensemble, un millier de mails en témoignent, mais cette année, on change. On n’utilise pas le nom. Nous avons préparé avec Coline le dossier de l’INPI et nous avons déposé Variations Caraïbes aux noms du Cri du peuple et de Coline, pas même de son association, Amazone Caraïbes. » Elles dépensent une énergie folle à contrer la communication de Coline qui revendique la deuxième édition. «  Coline était directrice artistique de la première édition et elle peut dire que l’entier succès lui revient… » Il y a un brin de regret dans la voix d’Audrey : « On pouvait très bien se revendiquer toutes les deux de Variations Caraïbes et faire nos deux festivals très différents… »
Deux festival valent mieux qu’un !
Influences Caraïbes aura lieu du 20 octobre au 17 novembre 2007 dans plusieurs lieux de la région parisienne : des salles de spectacles et de concerts (La Bellevilloise, Le Divan du Monde, La Dynamo), une galerie (Cargo 21), des cafés, des lieux institutionnels (La Maison de l'Amérique Latine, La Cité de l'histoire nationale de l'Immigration, Université Paris 8 à St Denis...). Une exposition d'art contemporain rassemblant 12 artistes plasticiens, peintres et vidéastes, cinq concerts avec Bibi Louison, Dédé Saint-Prix, Prince Koloni, Gabriel Rios, un week-end cinéma/débats autour des tabous caribéens, des conférences, des ateliers sur le créole ainsi qu'un appel à courts-métrages.
saxo-profil-2091.JPG

Vibrations Caraïbes aura lieu du 3 au 7 octobre. A l’Alliance française : une exposition résidente d’Arts visuels intitulée « Paradis perdus-Paradis brisés » accueillera les oeuvres d’artistes plasticiens et vidéastes de la Caraïbe ; deux cafés littéraires « Jazz et Littérature », « Diasporas noires, genre et identité ». A la Maison des cultures du Monde : cinq nuits de concerts live entre biguine, gwo ka jazz, créole blues jazz (avec Daniel Maximin, Alain Jean-Marie, Rhizome, Mario Canonge Quartet, Joby Bernabé Trio, Blue Mango Sextet, Emosion Bèlè, Ich Yda, David Walters, Roland Brival sextet, Adjabel et Jacques Schwartz-Bart quintet).

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents