Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 23:37

Le Pr. Belpomme s’explique devant Estrosibelpomme-et-Marie-Laure-Sanghare.jpg

« Il n’y a pas de désastre sanitaire aux Antilles, mais une bombe à retardement. » En sortant de sa rencontre, hier soir avec le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, le Pr Dominique Belpomme pondérait davantage ses propos que lorsqu’il a présenté son rapport au quotidien Le Parisien, la semaine dernière. Après un entretien qualifié de convivial par le scientifique, ce dernier a tenu à rectifier les propos qui lui auraient été prêtés par la presse : « Il n’y a pas de lien de causalité entre le chlordécone et les cancers de la prostate, mais il est possible que ces cancers soient liés à l’utilisation d’autres pesticides. » Puis il est revenu sur ce qu’il avait qualifié de « désastre sanitaire » : « Il y a une bombe à retardement sanitaire avec le risque d’apparition de maladies liées à d’autres pesticides. Pour sauver les Antilles de la pollution, il va falloir organiser une réduction drastique des pesticides. Il ne faut pas que les Antillais soient pris de panique, car des solutions sont possibles à condition qu’il y ait une volonté politique. » Une volonté que le secrétaire d’Etat a réaffirmé. D’ailleurs les deux hommes ont décidé de garder le contact. Christian Estrosi a indiqué qu’il était de son devoir d’écouter tous les avis sur cette question. « Je veux privilégier la santé à tout autre intérêt ! Je serai sans faiblesse aucune et j’ai à mettre en place un plan d’action qui garantisse la transparence», a-t-il déclaré. Le ministre a proposé que des échanges se fassent entre le Pr. Belpomme, les équipes de recherche du CHU et de l’Inserm et la direction des fraudes. « Que chacun puisse se confronter pour que le gouvernement mette en place son plan d’action qui garantisse la transparence et la qualité des productions antillaises. Si je ne le faisais pas, il y aurait à nouveau du tapage médiatique. » L’enjeu pour le ministre, c’est ni plus ni moins l’attractivité des Antilles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents