Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 11:15
Le Sénat exclut du champ de la Constitution les langues régionales
Adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale, la modification de l’article 1 de la Constitution visant à introduire les langues régionales comme une partie du patrimoine national a été rejetée mercredi par le Sénat à une large majorité qui a vu l’union des forces de l’UMP mais aussi des communistes et de personnalités socialistes comme Robert Badinter ou Jean-Luc Mélanchon. Notons que si les sénateurs de Guadeloupe et Martinique apparentés PS, Claude Lise, Jacques Gillot et Serge Larcher ont voté contre la suppression de cette disposition, les sénateurs de Guyane et de Guadeloupe apparentés RDSE ou UMP, Georges Othily, Daniel Marsin et Lucette Michaux-Chevry ont voté pour.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aurel 30/01/2012 05:37


Langues minoritaires: si le jacobinisme a des défauts, le fédéralisme aussi. Les deux ne sont pas à sens unique!


 


Contrairement à Mélenchon je trouve que le fait que la république connaît les langues régionales au même titre que le français est une évolution. Les langues régionales font partie de la richesse
culturelle de la France et de l'Europe aussi pour certaines d'entre elles. Je ne sais pas si c'est vraiment nécessaire que la France ratifie la Charte des langues régionales qui certes ne
mènerait pas forcément à des tensions fascisantes comme connaît la Belgique mais je pense qu'on puisse faire en sorte d'une meilleure évolution des langues régionales. Autant une partie de
l'extrême droite menace les langues régionales, autant une autre partie fait exactement la même chose envers la langue commune de la république. Si le jacobinisme n'est pas parfait le fédéralisme
non plus. Mélenchon de part son vécu sait de quoi il parle et certains autonomistes extrême-gauchistes (ceux qui approuvent le terrorisme et n'aiment pas quand les gens parlent français) au lieu
de donner des leçons devraient en prendre de la graine et comprendre qu'ils ne sont pas les seuls sur sur la planète. Les bons côtés du fédéralisme doivent s'additionner aux bons côtés du
jacobinisme sinon il peut y avoir des tensions totalitaires. Mélenchon même si je ne roule pas pour lui a néanmoins le courage d'aborder ce sujet important en tant que républicain de gauche aux
idées révolutionnaires bien avant qu'il se désigne candidat aux présidentielles où il peut très bien revenir sur ce sujet. Comme vous le savez je soutiens François Hollande mais celui-ci peut
très bien reprendre à son compte ce sujet important.


 


Ces autonomistes d'extrême gauche qui mettent Mélenchon dans le même panier que Marine Le Pen devraient balayer devant leur porte. Ce que j'appellerai des rouge-brun car ils ne condamnent pas le
terrorisme (ne pas confondre avec l'activisme et saccage le terrorisme c'est quand il y a des crimes et qu'importe de quel bord qu'il soit c'est un fascisme que je combats et condamne) et ne
savent pas ou peu parler français en dehors de leur langue régionale. Ces gens-là oublient peut-être aussi que le monarchiste antisémite Maurras était fédéraliste. C'est une minorité
d'extrémistes qui me fait penser à des intégristes religieux que ça soit les gens du Pir ou les cathos réacs du Club de l'Horloge par exemple. Ces gens-là sont dans la même optique. RPS (Régions
et Peuples Solidaires) qui est un rassemblement de partis fédéralistes et républicains ne réunit pas toutes les régions françaises d'où leur manque de crédibilité. L'horrible terme "français de
souche" n'aurait plus lieux d'être à part pour les fascistes, réactionnaires et autres racistes d'extrême droite. Le fédéralisme aura un peu plus de crédibilité quand il réunira au même niveau
toutes les régions françaises quelque soit leur histoire sinon il y aura encore plus d'europhobie que je contribue à combattre le mieux possible.


 


Ce n'est guère étonnant que l'extrême droite néo-nazi du Bloc Identitaire qui sont par le reconnaissance des langues régionales au même titre que ces autonomistes d'extrême gauche malgré les
divergences d'idées opposées hésite à soutenir Bayrou en 2012. Républicain qui a honte d'être de droite en se disant centriste en fustigeant le ni droite ni gauche avec un populisme décomplexée
tout en allant sur les plates-bandes de Sarkozy dans son programme économique très libéral. Ils ne peuvent pas soutenir Joly car ils sont profondément racistes envers les musulmans même si dans
ce parti sur ces sujets-là la laïcité et le fédéralisme, une partie parmi les tenors d'EELV ne sont pas clairs et caressent dans le sens du poil les fascistes et/ou intégristes qui se disent de
gauche alors qu'ils véhiculent des thèses d'extrême droite. En disant tout ça je pense que beaucoup d'écolos de gauche vont se tourner vers Mélenchon. C'est un choix raisonnable! Je ne roule pas
pour lui, j'ai été assez dur parfois mais il a bien compris qu'il était parfois excessif avec certaines formules je ne peux que lui souhaiter bonne chance. Tant qu'à moi je reste fidèle à mes
idées en soutenant François Hollande qui je pense peut aller sur cette thématique aussi bien que son ancien camarade et concurrent de gauche.

Victor 19/06/2008 13:32

Langues régionales : Un Sénat « HAS BEEN »
 
 
Il y a une trentaine d’année, un alsacien et un badois, un français et un allemand en l’occurrence, communiquait dans leur dialecte qu’est l’alémanique. Aujourd’hui pour communiquer avec leurs voisins allemands les jeunes de ma génération, j’ai 19 ans, ils utilisent majoritairement l’anglais. A l’heure où nous construisons l’Europe l’anglais domine. Au début des années 1990 on a inscrit le français dans la Constitution, et non pas dès son origine comme on laisse à le croire. Cela fut fait pour lutter contre l’anglicisation de langue française. Inscrire le français comme langue de la république rend inconstitutionnel les langues régionales. De fait le préfet peut faire annuler n’importe quel acte qui encourage les langues régionales. Si vous suivez ma réflexion, du fait de la lutte contre les langues régionales jusque dans les années 80, celles-ci tendent à disparaître, et obligent les basques où les niçois à s’exprimer en anglais avec leurs voisins. Le fait de ne pas reconnaître les langues régionales (alémanique par exemple) qui constituent un lien entre les nations européennes, on anglicise la France.
 
Voilà en fait l’explication de mon titre, le Sénat est « has been », il est passéiste. J’utilise un mot anglais pour montrer comment le français s’anglicise. Le Sénat en refusant l’amendement sur les langues régionales vient de montrer le côté réactionnaire du Sénat qui a un siècle de retard, il en est de même pour l’Académie française. Est-ce que la jeunesse de notre pays doit vivre dans ce passéisme ? On veut sauver la francophonie par l’intolérance linguistique. Notre jeunesse parle plusieurs langues, celle de notre nation, celle de notre voisin, celle du « business » commerce, pourquoi ne pas aussi pouvoir promouvoir les langues régionales ? De par cette intolérance le Sénat se tire une balle dans le pied !
 
Le pays des droits de l’Homme serait-il le pays de l’intolérance linguistique ? La commission mixte paritaire qui doit se réunir du fait d’un point de vu différent entre les assemblées à la question entre ses mains. Le débat est même un faux-débat puisqu’il ne s’agit pas de supprimer le français et de mettre l’administration dans les langues régionales, il s’agit de permettre de les sauver et de les promouvoir !

Articles Récents