Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 18:48
Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Solidarité, secrétaire général-adjoint de l’UMP, en Martinique samedi, en Guadeloupe dimanche.
« Je viens préparer la reconquête »
Votre programme ministériel prévoit la visite de deux centres de retraite médicalisés. Pourquoi ce choix ?
C’est la première fois que je me rends en Guadeloupe et en Martinique en tant que ministre du Travail et de la Solidarité et certainement pas la dernière. Je m’y étais déjà rendu en tant que ministre de la Santé et je sais que la solidarité est une valeur ancrée dans la tradition antillaise.  Cette solidarité, je vais la constater sur le terrain et j’ai l’intention de faire des propositions concrètes et je reviendrai dans quelques mois pour voir l’état d’avancement des dossiers. Je vais proposer un plan de rattrapage en matière de solidarité pour les personnes âgées dépendantes mais aussi pour la prise en charge de la maladie d’Alzheimer. Je peux déjà garantir que sur les cinq années qui viennent, il y aura la création de 200 places pour les personnes âgées par an à la Martinique et 150 places à la Guadeloupe. Au bout de ces cinq années, on aura créé 500 emplois soignants aux Antilles, 220 en Guadeloupe, 280 en Martinique. Et j’avance ces chiffres avec le financement correspondant : 22 millions d’euros. On avait parlé de création de  places depuis des années. Je viens les confirmer et les garantir sur place.
Pensez-vous que l’on puisse améliorer l’offre de ce type de soins aux Antilles ?
Sur tous ces sujets, il n’est pas question d’oublier dans la mise en place du cinquième risque* ni la Guadeloupe, ni la Martinique. Si nous voulons créer des places supplémentaires, notamment en service de soins à domicile, c’est tout simplement parce qu’il y a un besoin. La solidarité familiale est importante ici, ce n’est pas pour autant que la solidarité nationale ne doit pas jouer. Par contre, j’ai besoin des acteurs locaux, les collectivités et les associations… Voilà pourquoi je proposerai ce week-end un programme de rattrapage de l’offre médico-sociale dans toute cette Région. Je veux aussi simplifier les procédures de création de structures. Aujourd’hui la durée pour qu’une structure naisse est de six ans, c’est beaucoup trop long. Nous voulons réduire ce délai comme la question du reste à charge pour les familles. Et j’irai même plus loin en ajoutant que je veux que l’on aide à l’investissement. Si je viens c’est que j’ai bien conscience que c’est sur place que l’on se rend mieux compte des besoins. Et je veux voir si ce que je propose aujourd’hui sur place correspond bien aux besoins.
Je n’oublie pas l’offre pour la petite enfance, les places de crèche et les postes d’assistantes maternelles. J’y travaille avec Nadine Morano, Secrétaire d’Etat chargée de la famille.
Vous aurez le reste du temps votre casquette politique de secrétaire général-adjoint de l’UMP, qu’aurez-vous au programme avec les fédérations départementales UMP de Guadeloupe et Martinique ?
Préparer la reconquête très clairement. Je dirai aux militants que l’UMP a besoin d’eux, que le président de la République a besoin de leur soutien et je leur proposerai aussi une nouvelle stratégie politique. Toutes nos instances vont être renouvelées localement à partir de novembre et, en mars prochain, ce sont les militants qui vont choisir la tête de liste pour les élections régionales. Ca n’est plus Paris qui choisira, mais les militants de Martinique et de Guadeloupe qui choisiront leur tête de liste.
La Martinique n’a qu’un seul élu national UMP. Est-elle devenue pour votre parti une terre de mission ?
Le terme de reconquête correspond bien à mon état d’esprit. Nous avons des élus locaux, des cadres du mouvement mais aussi un fort potentiel à la fois de militants et de sympathisants. On a vu l’enthousiasme qu’il y a toujours eu autour de Nicolas Sarkozy et de ses idées. Pour m’en être entretenu avec Patrick Devedjian, je veux sur place passer un message très clair : pas question de querelle de personnes. Ce que nous voulons, ce sont des idées novatrices, propres au développement des Antilles, comme je l’ai dit dans toutes les régions de France. Il faut qu’on soit offensifs ! Pas passifs, pas agressifs, mais offensifs. Je vais dire aux militants et sympathisants qu’aujourd’hui, nous avons toujours besoin d’eux pour le soutien au changement voulu par Nicolas Sarkozy, mais aussi pour préparer la reconquête au niveau local.
Vous emmenez dans votre suite Marie-Luce Penchard, secrétaire nationale UMP pour l'Outre-mer, que Gabrielle Louis-Carabin refuse de voir. Comment comptez-vous mettre tout le monde en ordre de marche à deux ans des régionales ?
J’en appelle à la responsabilité de chacun. Il faut tourner la page des querelles. Ce qui intéresse les militants ce sont d’autres questions : Quel est le projet de l’UMP ? Au niveau national quel est le projet de l’UMP pour la Guadeloupe ? Il n’y a que çela qui les intéresse. Ne nous trompons pas, le sujet aujourd’hui n’est pas de refaire les querelles du passé. C’est complètement dépassé. Il ne faudra pas compter sur moi pour que je passe un quart de seconde sur ces questions de querelle. J’ai le sentiment que les militants sont sur la même longueur d’onde. Ils n’ont pas envie d’être enfermés, paralysés par ce débat.
La clé d’une victoire en Guadeloupe passe par une trève entre Michaux-Chevry et Carabin…
Ce sont les militants maintenant qui  détiennent la clé de la victoire !
Le débat local autour de la loi de programme ne facilite pas votre tâche, même si ça s’est quelque peu calmé…
C’est calmé maintenant. Je m’en suis entretenu avec Yves Jégo, secrétaire d’Etat chargé de l’Outre-mer, je crois que chacun a compris que ce que Nicolas Sarkozy a proposé est véritablement une chance. Là aussi, à l’UMP, on doit jouer un rôle à la fois de soutien et de pédagogie. Nous devons expliquer ce que nous allons faire et comment. Vous savez aussi que le Revenu de solidarité active n’oubliera ni la Guadeloupe, ni la Martinique et sera mis en place  en janvier 2011. Et le RSA, c’est le retour vers le travail. Une des réformes parmi les plus ambitieuses du quinquennat.
De quelle manière le ministre et le secrétaire général de l’UMP se partagent ces frais de déplacement ? Qui paie ?
C’est l’UMP qui paie mon billet d’avion comme celui de Marie-Luce Penchard. Sur place, pour mon déplacement au centre de retraite médicalisé, ce sera un véhicule de la préfecture qui me conduira. Et je ne pense pas que quiconque pourra y trouver à redire. Pour le reste, c’est à la charge de l’UMP et c’est normal.Photos : Regis Durand de Girard

*Le cinquième risque est un nouveau champ de la protection sociale. C’est une branche qui s’ajouterait à celles qui couvrent la maladie, la famille, les accidents du travail et les retraites. Le cinquième risque est également nommé le « risque dépendance » ou le « risque perte d’autonomie ».


Partager cet article

Repost 0

commentaires

pruvost 02/09/2008 13:06

et puit faire des promesses aux gents atteint d'Alzheirmer, c'est facile.

kelidoma 30/08/2008 17:32

Voilà un ministre bien dans le rang de son président, près à conquérir et à bien vendre l'UMP. Il parle jsutement des promesses que N.SARKOZY avait faite avant son élection, en ce qui concerne le prix de billets d'avion, notamment, Monsieur avait laissé entendre qu'une aide serait attribué aux ressortissants des DOM, pour l'instant rien ne transparaît de ce côté ? Alors, à l'heure où de nos jours, domiens de Province, nous économisons 2 à 3 ans pour pouvoir retourner au peyi, il serait temps de proposer quelquechose (ouverture à la concurrence par exemple ?), de plus, grâce à la merveilleuse idée de financement du RSA avec les 1% retenus sur l'épargne, il risque encore d'être plus dur de revoir nos terres natales...

Articles Récents