Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 13:53
Me Falla condamné pour diffamation publique envers le juge Sargenti
Avant un dossier Franz-Olivier Gisbert contre André Guelfi (Dédé la sardine) et un autre opposant un journal à Gérard Depardieu, la 17e chambre correctionnelle de Paris a rendu, hier, son ordonnance concernant l’affaire opposant la juge pointoise Catherine Sargenti aux avocats du barreau de Guadeloupe, Me Falla et le bâtonnier Rodes. Les plaidoiries avaient eu lieu le 10 juin dernier. La défense avait tâché de démontrer que le juge Sargenti et le procureur Vogt avaient ourdi un complot visant à obtenir la radiation de Me Falla du barreau. Catherine Sargenti était défendue par le bâtonnier Fred Hermantin. Hier, le président Bonal a déclaré Me René Falla coupable de diffamation publique à l’encontre du juge et l’a condamné à payer une amende de 1 500 euros, et à verser à titre provisoire à Mme Sargenti une somme de 1500 euros de dommages-intérêts et 4000 pour les dépens. Le tribunal a considéré que sur les trois imputations diffamatoires relevées par la partie civile (les 6 et 7 juillet 2005, sur RFO et Canal 10), deux relevaient de la bonne foi et de la liberté de parole des avocats, mais que la troisième alléguait un intérêt personnel. Seul Me Falla était poursuivi pour cette imputation, d’où la relaxe pour le bâtonnier Rodes.

Me Jean-luc Benjamin, représentant des conseils des avocats guadeloupéens, et Armel Guéret, chroniqueur judiciaire parisien du Progrès social, le journal du bâtonnier Rodes, devant la salle de la XVIIe chambre correctionnelle. (Photo : Alban Fatkin)

Me Falla est condamné, en outre, à faire publier ce jugement dans deux quotidiens guadeloupéens de son choix à hauteur de 3000 euros maximum chacun. Enfin, le président Bonal a rappelé à Me Jean-Juc Benjamin, seul avocat de la défense présent lors de la lecture de ce délibéré, que Me Falla bénéficierait d’une réduction de 20 % s’il réglait son amende dans le mois. Me Benjamin s’est félicité de la relaxe de son client, Félix Rodes, et a indiqué concernant l’appel de ce jugement par Me Falla : « C’est évident. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents