Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 04:58

ITW Serge Romana, président du CM98Le-president-du-CM98--Serge-Romana-photo-A--Jocksan.jpg

« Nous avons voulu inverser l’image de l’esclave »

Aujourd’hui, vous lancez un appel pour une adhésion massif au CM98. Pourquoi ?

Il faut un engagement réel. Car il ne suffit pas de dire :  « Je suis avec vous. » On doit être capable de faire des commémorations avec deux fois plus de personnes et il faut qu’on y arrive. Notre objectif est de créer un vrai groupe basé sur son identité et être capable, avec ce groupe, de s’insérer dans la République.  Peser aussi  au sein de cette République. L’intérêt pour ce mouvement est de ne pas rester dans le passé.

13 ans après la marche  de 1998. Quel bilan faites-vous ?

On a fait bouger les concepts. Avant, personne ne parlait des victimes de l’esclavage. C’était de l’abolition qu’on parlait. Lorsque nous avons introduit le terme de « parents », d’ « aïeux », des « victimes de l’esclavage », tout le monde nous traitait de victimaires, voir de sectaires. Aujourd’hui, même le président de la République en parle. Ce qui veut dire que nous sommes arrivés à faire bouger les choses. Tout notre travail a donné des fruits. Pour moi, c’est fantastique.

Après la sortie du livre « Non An Nou », un travail de généalogie sur les patronymes guadeloupéens, et l’annonce par le président Lurel que chaque commune de son département procède à l’installation d’une stèle, estimez-vous avoir atteint votre objectif ?

Dés le début nous avons voulu inverser l’image de l’esclave. D’une image négative, nous avons voulu faire une image positive.  On savait qu’on partait pour très longtemps, une génération peut-être...  Finalement, ça a été un peu plus rapide. Il y a eu des moments clef, comme l’adoption de la circulaire instituant le 23 mai par le Premier ministre François Fillon par exemple. Sans elle, je pense que beaucoup de gens auraient été fatigués et découragés. Cela a été quelque chose d’extrêmement  important.

Propos recueillis par Alfred  Jocksan (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents