Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 17:14
Top départ pour la deuxième édition de la Bouvet Rame Guyane
Le prologue de la course trabsatlantique en solitaire à la rame qui partirale 8 mars prochain à Saint-Louis du Sénégal pour rallier Cayenne, s'est déroulé samedi dernier à Saint-Martin de Ré. Victoire sans surprise de Jean-Jacques Gauthier dans une régate où les 7 Guyanais ont connu des fortunes diverses.

« C’était le but de gagner d’autant que je n’ai pas cassé mon matériel. » Jean-Jacques Gauthier (photo à droite), vainqueur du prologue de la 2e édition de la course transatlantique à la rame en solitaire qui s’est tenu samedi dernier à Saint-Martin de Ré, caresse enfin l’espoir de réussir cette transat après son échec il y a deux ans. Il a mis 55 minutes pour franchir 3,9 milles nautiques devant les remparts de Ré. Le premier Guyanais, Jean-Pierre Lacroix n’arrive que 8e : « On n’est jamais assez près pour ce genre d’événement, mais on s’est assez entraîné pour une traversée de l’Atlantique parce que nous sommes des amateurs. » Patrick Hoyau fait 10 devant Charles Bergère. « La mise à l’eau de mon bateau à Ré m’a bien excitée. Maintenant, le bateau reste ici et à la fin de la semaine, il sera prêt comme si le départ était pour le lendemain, avec la nourriture ! », relate , heureux de sa course, Patrick Hoyau. Henri Georges Hidair finit 15e devant Karl Barranco, stressé :  « Il y a pas mal de paramètres à gérer, entre la formation qu’on reçue toute la semaine, la logistique, le timing… Avant la course, j’étais un petit peu sous pression. » La Guyane n’est pas première, mais elle n’est pas la dernière non plus, laissant la lanterne rouge au Breton Christophe Lemeur. Mais ces 3,9 milles ne sont rien en rapport au 2600 milles qui séparent le Sénégal de Cayenne. « Le prologue, ça sert autant à faire de la formation. Ca permet de remettre un peu les niveaux météo, sécurité… La course, c’est une petite régate d’exhibition. Un peu de rigolade, pour le plaisir et le fun. C’est une récompense ! Tout le monde a travaillé dur, le prologue, c’est la récré ! » , selon Michel Hoareau de 54°West, organisateur de l’événement.
La galère
Le soleil était au rendez-vous samedi, la houle absente et le vent léger. Mais si Gauthier et Bonnier ont rapidement pris de l’avance, d’autres ont été confrontés pour la première fois aux difficultés de la rame en mer. Karl Barranco (photo ci-dessus) qui se faisait expliquer avant le départ ce qu’est un nœud de chaise (le B-A-Ba du marin !) n’avait pas prévu les ampoules aux mains et il a dû apprendre à synchroniser ses mouvements de rames en se protégeant les paumes à l’aide de tissus de fortune… « Je n’arrive pas à tourner », l’entendait-on sur l’eau alors que son cap était trop à la côte… Henri-Georges Hidair est resté d’un calme olympien quand il s’est rendu compte qu’avec ses pieds, il n’atteignait pas les chaussons. Non content d’avoir des coulisses mal réglées, il a oublié sa dérivé dans le coffre de la voiture d’un ami qui n’est arrivé que le soir de la course… Il l’a remplacée par une pagaie. Charles Bergère qui a fait la totalité de sa course dans le sillage Patrick Hoyau, avait rempli ses ballast, pensant que le vent serait là. Jean-Pierre Lacroix a compris que si Jean-Jacques Gauthier était bien celui qu’il imaginait, il fallait compter aussi sur Michel Bonnier (à Trois minutes), Remy Alnet (3,30 minutes), Bertrand de Gaullier (5,30 minutes). Même le doyen Jean-Pierre Vennat (62 ans et ancien commando Hubert) était devant lui. Patrick Deixonne et Pascal Vaudé n‘ont pas couru. Leurs bateaux sont toujours de ce côté-ci de l’océan. En attendant le 8 mars, il leur reste le rameur d’appartement !


« Derrière Jean-Jacques et trois ou quatre autres, la grande victoire pour la majorité des skippers, ce sera d’être sur la ligne de départ. », Michel Hoareau.

Classement
1. Jean-Jacques Gauthier (Ramencoeur) - 55 minutes
2. Mathieu Bonnier (Hill’s / SanteVet) – 58 minutes
3. Rémy Alnet (Areva) – 58 minutes et 30 secondes
4. Bertrand De Gaullier (Easydentic) – 60 minutes et 30 secondes
5. Jean-Pierre Vennat (Oytech)
6. Gilles Ponthieux (Ram Atao)
7. Eric Lainé (Twinéa)
8. Jean-Pierre Lacroix (Ibis Rouge)
9. Jean-Luc Torre (Dago Vera)
10. Patrick Hoyau (SDVI)
11. Charles Bergère (Le Brigandin)
12. Henri Deboulogne (Innovatys)
13. Pierre Katz (Le Quinze)
14. Didier Lemoine (Mercator)
15. Henri-Georges Hidair (Défi Nofrayane)
16. Karl Barranco (Alea Jacta Est)
17. Jean-Pierre Habold (La Rebelle)
18 .Christophe Lemur (Triskell)


Leurs objectifs
Jean-Pierre Lacroix
« Faire un top 3. Jean-Jacques Gauthier paraît intouchable. Il reste un peu de place derrière, je vais essayer de m’y glisser. »
Charles Bergère
« L’objectif c’est la gagne ! »
Patrick Hoyau
« Mon objectif, c’est d’arriver premier Guyanais (rires) ! Déjà, mon premier objectif est de traverser en entier avec mon bateau… »
Karl Barranco
« Je n’ai pas une approche compétitive, mais plutôt existentialiste : optimiser mes émotions au niveau de l’aventure et l’objectif de ne pas me blesser, arriver entier et, si possible, terminer la course. »
Pascal Vaudé
« Mon objectif ? Le faire ! Arriver en Guyane, arriver à la maison. »
Patrick Deixonne
« La première fois, je voulais jouer un peu les trouble-fêtes au niveau du podium… Là, j’y vais avec davantage de recul pour plus en profiter. »
Henri-Georges Hidair
« C’est une course exceptionnelle, alors être premier ou dernier, c’est tout de même faire partie des rares hommes à avoir traversé l’Atlantique à la rame. »

La solidarité
Jean-Pierre Lacroix
« Très bonne camaraderie entre Guyanais. Après s’il le faut, on se tirera la bourre si on a envie, mais tout le monde n’a pas les mêmes objectifs. »
Charles Bergère
« Entre les Guyanais, c’est très solidaire mais aussi avec les autres. Les marins sont avant tout une bande de copains. Bien sûr, il y a de la compétition mais dans le monde liquide de l’océan, c’est la solidarité qui prime avant tout. »
Patrick Hoyau
« Certains ne parlent pas trop et préfèrent garder leur expérience pour eux-mêmes et avec d’autres, c’est vraiment sympa. »
Karl Barranco
« On est plus dans la solidarité que dans la compétition. Sur les 7, il y en a deux qui ont des chances de podium, les autres, on a une démarche plus cool, plus relax, plus aventurière. »
Patrick Deixonne
« On est très solidaire et cette année, on est très complémentaires. Sur 7, il y en a bien qui va arriver à faire un podium. On en a parlé entre nous, mais c’est vrai que de battre des métropolitains, ça nous ferait plaisir ! »
Henri-Georges Hidair
« On est plutôt dans le bricolage que dans la compétition ! Et je fais plutôt le tour du bateau avec la perceuse que le tour de l’île… »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents