Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:04
Pour une stratégie visible du tourisme en outre-mer
Les premières assises nationales du tourisme d’outre-mer se sont déroulées vendredi à Paris sous la présidence d’Yves Jégo qui annonce l’appel aux compagnies low coast.Des professionnels du tourisme ultramarins (Yann Monplaisir, Patrick Vial-Collet, Franck Chaulet…), deux préfets (Guyane, Saint-Martin), des maires et des élus locaux (Le Robert, Saint-François, Sainte-Anne, Le Gosier…), deux secrétaires d’Etat, (Outre-mer et Tourisme) et une journaliste modératrice, Christine Kelly, ont participé aux premières assises du tourisme de l’outre-mer, à Paris, vendredi, tandis qu’en Guadeloupe, la fréquentation a chuté de 10 % et, en Martinique, de 20 %, voire 25 ! Yves Jégo a plaidé pour une « stratégie visible » des outre-mers, « un tourisme ultramarin renouvelé et des centaines de milliers de touristes français et d’ailleurs à qui on va offrir ces perspectives ». La démarche de telles assises a été saluée unanimement mais beaucoup sont restés sur leur faim quant à la façon d’entrer dans le débat qui a tourné autour des thèmes développés en table ronde : les agences de voyage et les destinations ultramarines, comment s’achètent les voyages, s’adapter à la diversité des tourismes et es territoires, le tourisme à l’heure du développement durable. « Des thèmes trop vagues et trop bateau pour faire un débat de fond, regrette Patrick Vial-Collet mais il y a de petits bouts de phrase qui lèvent les problèmes… »
Compétitivité et internationalisation de la clientèle
Donald Monplaisir (président de la Fédération martiniquaise du tourisme et deuxième personnage à gauche de la photo) a regretté que les destinations Guadeloupe, Martinique et Guyane ne travaillent pas ensemble pour la demande Caraïbe. « Seuls 2 à 3 % des Français veulent partir aux Antilles », a fait remarquer le tour opérateur qui a lancé en 1993 la destination Saint-Domingue. Yan Monplaisir a regretté le choix d’Orly comme hub : « Cela montre la volonté politique de nous fermer le marché européen. » Le directeur Caraïbes Océan Indien d’Air France s’est défendu en rappelant que les lignes Antilles mettaient en concurrence un trafic touristique relativement faible et un trafic d’ultramarins majoritaire et adepte d’Orly. « On souffre de cette situation qui ne se trouve ni à Cuba, ni à Saint-Domingue ! » Marc Rochet, pour Air Caraïbes, a eu aussi sa petite passe d’armes avec Yann Monplaisir… « L’avion, on en fait tout un plat », a rebondi M. Vial-Collet pour qui le prix du billet d’avion est un faux problème : « Il y a des billets à 5 ou 600 euros. C’est sans doute le seul secteur où nous soyons compétitifs sauf aux grandes vacances quand les Antillais rentrent chez eux… » Il rappelle qu’Air France a quitté le hub de Roissy car la compagnie ne remplissait pas ses vols. « Nous pouvons développer une stratégie pour les niches de marché vis à vis des Suisses ou des Italiens, mais il n’existe pas de second marché européen ! » Face à la concurrence de Cuba ou Saint-Domingue, les professionnels auraient préféré débattre de la manière d’offrir une hôtellerie qui tienne la route et soit compétitive, du rapport qualité prix ou encore de la nécessité d’internationaliser la clientèle.
Les mesures annoncées par Jégo
1 L’Etat financera la réalisation de projets de plans d’actions par le groupement d’intérêt public ODIT France, sur le modèle de l’étude réalisée à La Réunion.
2 Création, dans chaque département d’un comité stratégique opérationnel associant le préfet, les collectivités et les professionnels, permettant de fédérer les acteurs et de coordonner leurs actions dans la mise en œuvre des orientations stratégiques.3 La LODEOM fera du tourisme un secteur prioritaire des futures zones franches d’activité (réduction de 80 % de leur base imposable d’impôt sur les sociétés, de taxe professionnelle et de taxe foncière. Subvention de rénovation pour les hôtels de moins de cent chambres en sus de la défiscalisation. Exonération totale des charges jusqu’à 1,6 SMIC (dégressives jusqu’à  4,5 SMIC).
4 Création d’une nouvelle plate-forme de promotion et de commercialisation en ligne voyageoutremer.com opérationnelle en 2009.
5 L’alignement de l’outre-mer sur la métropole en terme de délivrance des visas.
6 La mise en place d’une nouvelle filière dédiée à la formation continue aux métiers du tourisme, au sein de l’Agence nationale pour l’insertion et la promotion des travailleurs d’Outre-mer (ANT). Cette filière de formation en métropole répondra aux besoins en formation continue exprimée par les acteurs du tourisme et complètera les actions locales des Conseil Régionaux, compétents en terme de formation. Le Service Militaire Adapté sera aussi appelé à développer une filière tourisme.
7 Renforcer la concurrence entre compagnies aériennes et à favoriser la desserte aérienne e démarchant les compagnies low coast
Encore un sondage désagréable
Un sondage réalisé par Isama à la demande du secrétariat d’Etat à l’Outre-mer a été présenté au début des travaux. Son objet : l’image du tourisme en outre-mer auprès de l’opinion métropolitaine. 25 % des sondés ont l’outre-mer au bout de leurs rêves contre 44% pour l’international et 30 % pour la métropole. Tahiti est en tête avec 27 % suivi par la Réunion à 26 %. La Martinique et la Guadeloupe sont loin derrière à 12 et 10 %. 23 % ont à redire sur l’accueil et la moitié pensent que le prix du séjour est plus élevé. Les gens regrettent l’absence de formule all inclusive et surtout estiment manquer d’informations sur le tourisme en outre-mer (53 %) et ont le sentiment que les richesses naturelles sont insuffisamment mises en valeur. La force des Antilles sont la francophonie, la bonne desserte avec Orly, l’approche écotouristique et une bonne hôtellerie de 2 et 3 étoiles. Les faiblesses sont la qualité de l’accueil dans certains hôtels, l’offre limitée en hôtellerie 3 étoiles et plus et enfin, les grèves et autres perturbations de service.

Choses vues
Pointe des châteauxLaurent Bernier, maire de Saint-François (à droite), a demandé à Yves Jégo de l’aider à activer les collectivités pour passer à la troisième phase du programme Pointe des Châteaux, opération grand site. La phase d’exploitation exige l’installation de superstructures pour ouvrir le produit au tourisme. Jégo a parlé de financement exceptionnel.

Confidences en confiance« Confiance et confidence », a suggéré le sarkozyste historique Yann Monplaisir surpris par le photographe en train de cause à l’oreille du ministre « Après Pons, Le Pensec et Girardin, Jégo s’est vraiment impliqué par rapport aux autres ministres qui se sentaient moins concernés par le devenir de l’outre-mer.

Les Guyanais sont prêtsAlain Moderne et Marc Ho-A-Chuck de Guyanevoyages.com et Franck et Angélique Chaulet du zoo ont bien écouté les débats : « Nous avons le meilleur accueil et le meilleur taux de satisfaction ! » Et c’est vrai que la Guyane a tout pour plaire : du vert, du patrimoine, de la culture et de l’authenticité. Les atouts mis en avant par le sondage d’ISAMA. « Il nous reste à travailler l’image et les infrastructures d’accueil. » Vivement les lodges et un Novotel tout neuf !




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents