Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 15:27
Jégo et la Guadeloupe
Yves Jégo est à la Réunion tandis que la Guadeloupe est dans sa deuxième semaine de blocage.

Dix jours de grève générale en Guadeloupe et Elie Domota, leader du collectif contre la vie chère, Lyanaj kont profitasyion, annonce poursuivre le mouvement. Victorin Lurel et Jacques Gillot, présidents des conseils régional et général de Guadeloupe, ont demandé au secrétaire d’Etat à l’Outre-mer « de se rendre sur place dans les meilleurs délais », dans un courrier du 23 janvier. La veille, Yves Jégo assurait qu’il serait en mesure de présenter un tableau de revendications avec les réponses, pour ce qui concerne l’Etat, dans les vingt-quatre heures, soit le jour où les deux élus guadeloupéens l’invitaient. Depuis plus rien sur le sujet du côté du SEOM. Mardi, à l’Assemblée nationale, il n’a été question que de la motion de censure avec une brève allusion à la Guadeloupe lors du discours de Jean-Marc Ayrault : « Entendez-vous, monsieur le Premier ministre, la colère qui monte dans le pays ? Elle s'exprimera massivement jeudi prochain. Elle touche tous les territoires, y compris l'outre-mer… » Le président du groupe PS s’est entretenu avec Victorin Lurel, ce week-end et il a rendu groupe au groupe. Mardi soir, le bureau politique du PS lâchait un communiqué enjoignant le gouvernement à négocier en Guadeloupe.
« La Réunion, c’est courage, fuyons ! »
Yves Jégo peut être sûr qu’il ne sera pas interrogé sur le sujet à l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement ; le groupe PS continue de boycotter ces séances. « 80 % des revendications relèvent de la politique de l’Etat, confie un proche de Lurel, le SMIC, le gel des loyers, le personnel dans les hôpitaux et les écoles… Jégo a voulu en profiter pour déstabiliser Victorin Lurel, maintenant, ça se retourne contre lui... » Les deux hommes se sont parlés au téléphone au moins une fois, et mardi soir, le secrétariat du ministre essayait encore de joindre M. Lurel. Mais son déplacement à la Réunion, jeudi et vendredi, passe mal : « Il n’est venu que deux ou trois fois en Guadeloupe et c’est son septième déplacement à la Réunion. Il va poser la première pierre d’une usine photovoltaïque alors que c’est la crise en Guadeloupe… La Réunion, c’est courage, fuyons ! »
Hier, le secrétariat d’Etat à l’Outre-mer (SEOM) confirmait le déplacement du ministre à la Réunion. Yves Jégo ne s’exprime pas sur la Guadeloupe, et renvoie toute communication au préfet Nicolas Desforges,  « représentant de l’Etat sur place ». « On nous rend compte minute par minute, explique un conseiller, et nous tenons plusieurs conférences par jour avec la préfecture. » Mais on dit que la protestation est à son comble, qu’il y a des tensions dans la population, le ministre en sait-il quelque chose ?… « C’est le préfet qui s’exprime en tant que représentant de l’Etat sur place… »
Finalement, à 18 heures (de Paris), Yves Jégo s'exprimait sur les ondes de RCI dans le journal de 13 heures et proposait une lettre ouverte à France-Antilles.

Jégo s’est finalement exprimé sur Radio Caraïbes
Hier soir, 18 heures, heure de Paris, Yves Jégo est finalement sorti de son silence et s’est exprimé sur les indes de Radio Caraïbes Internationale en direct dans le grand journal de 13 heures, le plus écouté de l’île ! Le secrétaire d’Etat s’est dit avec les Guadeloupéens et a proposé d’envoyer des brigades de contrôles dans les magasins pour voir s’il y a des spéculateurs qui s’enrichissent sur le dos des Guadeloupéens et que s’il s’en trouve, ils seront châtier. Yves Jégo a rappelé que le rapport d’inspection de la mission qu’il a dépêchée sur le prix du carburant serait remis fin février. Par ailleurs, il a proposé non pas une hausse du  SMIC, mais une baisse des charges sociales et, sur cette base, que patronat et syndicats repartent en négociation. Au final, ce sont des choses concrètes qu’a proposé le ministre, mais ça n’a pas empêché Elie Domota de rétorquer que la chose se réglerait dans la rue.



L’esprit maron
C’est la première confrontation de l’Etat Sarkozyste avec l’esprit maron guadeloupéen, après de simples mises en bouche en juin et décembre derniers. « Les grèves sont aux DOM en colère, ce que les barricades étaient à la révolution de 1848 », écrivait Félix Rhodes, l’avocat nationaliste guadeloupéen. L’UGTG, qui mène le collectif LKP, appartient à la mouvance indépendantiste née du Groupement des organisations nationalistes guadeloupéennes (GONG), avec le parti UPLG (Union populaire pour la libération de la Guadeloupe). Son système de lutte syndicale est radical ; il n’a d’autres buts que déstabiliser l’économie pour démontrer la faillite du système français en outre-mer, système toujours taxé par ses détracteurs de colonialiste. « L’indépendance n’est pas à l’ordre du jour », affirme M. Domota. Mais il en reste question dans les statuts de la centrale syndicale guadeloupéenne. Le président de la République a dit un jour : « Désormais quand il  y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit… » La Guadeloupe est en train de lui démontrer l’inverse. En faisant beaucoup de bruit… Parce qu’elle est loin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Disco 09/01/2010 18:04


Ne nous faisons aucune illusion : nous sommes dans un piège ! Nous n’avons qu’une seule manière de nous en sortir.
Accepter les nécessaires corrections de notre système, puis Travailler, Parlez, Expliquer, ne pas laisser le champ libre à ces « grévistes » qui veulent tout et encore plus si possible un
peu comme des enfants gâtés que nous aurions mal éduqués.

N’ayons pas peur non plus de dire notre mécontentement. Les Parents d’élèves unis pour une fois réclament déjà la réouverture
des écoles… Ils savent ce que coûtent en termes d’échecs scolaires ces jours de grève. Que vont répondre les Syndicalistes enseignants ? Eux aussi sont conscients du drame qui se joue pour
l’avenir de ces gosses qui prétendent aux Grandes Ouvertures locales nationales et internationales que leur offre notre système Français. Ils ont besoin de nous pour dire que trop c’est trop.
Trop longue cette grève, trop lourdes ces conséquences. C’est demain que s’ouvre les inscriptions pour les Grandes Ecoles et quelques professeurs sont tout simplement empêchés de regrouper leurs
élèves candidats à ces filières de l’excellence.



steve 30/01/2009 02:37

Un résumé de la situation en images :http://setayo-quotations.over-blog.com/

Articles Récents