Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 21:51
Faible mobilisation à Paris
Jean-Jacob Bicep et Alain Lascary, coordonnateurs pour la région parisienne du mouvement Lyanaj kont pwofitasyion (LKP), avaient donné rendez-vous aux Antillais d’Ile de France, samedi, place des Antilles à Nation, dans le XXe arrondissement, à 14 heures. Malgré le soutien de l’association des élus de métropole originaires d’outre-mer (AMEDOM), du Collectifdom, du CIFORDOM, de nombreuses associations antillaises et d’un bon soleil (froid), seule une petite centaine de personnes est venue manifester son soutien aux revendications des Guadeloupéens contre la vie chère. Il est vrai que l’autre manifestation organisée par Choukaj mas Pari qui devait démarrer place de la République à 15 h 30 avant de faire jonction avec les troupes de Bicep, n’a pas défilé. Ils sont restés à République, estimant qu’ils n’auraient pas le temps de rejoindre leurs camarades à Nation avant 17 heures, heure à laquelle la manifestation de Nation devait prendre fin…
Mais ce n’est qu’un début, a martelé Jean-Jacob Bicep. Celui-ci s’en est pris aux média qui ne relaient pas assez à son goût ce qui se passe en Guadeloupe, mais surtout à Yves Jégo dont le déplacement à la Réunion a été fort mal perçu. Lutte Ouvrière a profité du rassemblement pour vendre son journal et Marie-Georges Buffet du PCF avait mandaté Marie-France Astegiani-Merrain, élue communiste de Joinville et vice-présidente de l’association des descendants d’esclaves noirs pour représenter le Parti. Jean-Pierre Passe-Coutrain, élu socialiste de Sarcelles, Jeannine Maurice-Bellay, élue radical de gauche de la Région Ile de France ou encore Jean-Claude Cadenet, délégué général à l’Outre-mer de la mairie de Paris, représentaient la droite de la gauche. Evidemment, aucun représentant de la droite n’était là. Patrick Théophile et son fils Loïc ou encore Tony Mango et Colin Serin ont lancé un refrain repris en chœur par la foule : « komba la engagé, nou ké gannyé… » Une adresse e-mail a été mise en circulation pour tout connaître des suites du mouvement à venir : msguadeloupe@gmail.com. Prochain rendez-vous attendu, samedi prochain.

Et Jégo réunit son think tank
Pendant que les Antillais étaient à Nation, Yves Jégo réunissait son think tank (réservoir de pensées), le réseau NS (comprendre Nicolas Sarkozy) dans le XVIe arrondissement de Paris. Un club fondé en juin 2007 et réunissant selon Yves Jégo 12300 membres et une soixantaine de parlementaires et élus. Au programme de cet après-midi studieux, une introduction par Henri Guaino avant une première table ronde sur le thème « comment nous réconcilier avec le capitalisme ? », une intervention de Jean-François Copé et une deuxième table ronde : « Quel nouveau contrat social au XXIe siècle ? » Autour de cette thématique, Valérie Pécresse, Christine Boutin, Gabrielle Simon (CFTC), Marc Mulet (Ministère de la Justice), Julien Damon (Sciences po Paris) et Claude Ribbe (écrivain et ancien président du Collectifdom). Yves jégo a conclu les débats au moment où se dispersait la manifestation de Nation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Didier LEVY 23/02/2009 13:32



ALLEZ LES BLEUS !

Et s'il y avait un moyen simple de s'en sortir ?Ceci est le message LE PLUS IMPORTANT que vous allez lire depuis le début de la crise en Guadeloupe !c'est LA SOLUTION, je vous demande d'y consacrer les 3 minutes nécessaires...Tout le monde a vu le film "Retour vers le futur", dans lequel le héros, McFly (Mac La Mouche) ne supporte pas qu'on le traite de couard. C'est ce qui lui permet de se surpasser, et c'est ce qui lui sauve la vie, dans chaque épisode !Entrepreneur, ton entreprise va mourir, si tu est un couard  !Comment, vous étes plus de 10000 patrons, commerçants, artisans dont la vie est menacée par une poignée de fous aux visées destructrices, et vous NE FAITES RIEN pour vous défendre ?Sur beaucoup de posts (commentaires postés sur Internet), j'ai lu : "On voudrait bien manifester contre le LKP, mais comment faire, comment nous organiser ?Et encore : manifestons contre la prise en otage de la Guadeloupe, marche Samedi à Bergevin !Puis, se rendant compte de la difficulté - pas d'essence, éloignement, risques de débordements - enfin des tas de bonnes raisons, l'opération est annulée.Il y a toujours des tas de bonnes raisons pour remettre au lendemain !=============Alors voilà ce qu'il faut faire :Vous qui recevez ce message, téléphonez à 3 ou 4 personnes proches de chez vous, et  dont vous savez qu'elles sont contre le bloquage du pays : patrons, mais aussi employés, conjoints, fonctionnaires, valides et invalides, boiteux et unijambistes, enfin TOUS CEUX QUI SONT MOTIVES !.Passez les prendre en voiture (pas avec le 4x4 BMW, avec la Clio de madame !) et rendez-vous devant la boulangerie du coin ou le parking de la superette ou du supermarché local.Munissez-vous chacun d'un morceau d'étoffe bleue dans la poche.../...Lire la suite de l'article dans mon Blog : http://surfer.over-blog.fr

negmawon 22/02/2009 02:05

Je constate qu'il existe encore des gens comme vous complètement ignorant ou d'une imbécilité invétérée pour sortir de telles analyses.Vous devriez sincèrement revoir votre copie.Comme on dit chez nous :"WÒCH KI AN LONBRAJ PA KONNÈT SOUFWANS WÒCH KI AN SOLÈY..!!!", "SA OU PA KONNÈT PLI GRAN PASÉ'W"...À bon entendeur...NM

furgole 21/02/2009 07:17

Chers amis,Sur cet intéressant sujet, je ne résiste pas à l'envie de vous citer in extenson, l'excellent article paru sur le site www.polemia.com : "Les mouvements de protestation aux Antilles ont des causes économiques et sociales mais aussi, et surtout, des causes raciales et idéologiques.Le mouvement « Liyanna Kont Pwofitasyon » (LKP) est parti de Guadeloupe le 20 janvier 2009, jour de l’investiture d’Obama. La première rencontre des manifestants avec le secrétaire d’Etat à l’outre-mer, Yves Jégo, a été fixée au 4 février, jour où, en 1794, la Convention avait aboli l’esclavage ! Les agitateurs savent choisir leurs dates et utiliser les symboles.Cent soixante ans après son abolition définitive en 1848, c’est encore la « mémoire » de l’esclavage qui sert de socle idéologique aux revendications antillaises. Le chef syndical guadeloupéen, Elie Dumata, surnommé Moïse, porte un tee shirt (1) ainsi libellé : « Sé neg ki libéré neg ».Selon le discours dominant, la majorité noire serait exploitée par la minorité blanche des métropolitains et des békés qui contrôlent la grande distribution. Qu’il puisse y avoir dans une situation insulaire, donc de semi-monopole, des abus de position dominante de la part des pétroliers et des épiciers, c’est incontestable. Que cela rende pleinement compte de la situation économique et sociale des Antilles, assurément pas ! Et la mise en avant de « l’esclavage » comme facteur justificatif des revendications n’est pas intellectuellement recevable.La « mémoire » de l’esclavage : une arnaque idéologiqueUne première remarque chronologique s’impose. L’esclavage a été aboli aux Antilles françaises il y a 160 ans : six générations plus tard, l’idée qu’il puisse y avoir un peuple « bourreau » et un peuple « martyr » (2) n’est pas acceptable.Elle n’est pas acceptable moralement puisqu’elle suppose une responsabilité collective, de surcroît transmissible de génération en génération.Elle n’est pas acceptable historiquement, car si presque tous les peuples ont pratiqué l’esclavage (y compris les Africains qui en faisaient commerce), seuls les Européens l’ont aboli.Elle n’est pas acceptable génétiquement : l’immense majorité des métropolitains, y compris ceux implantés aujourd’hui aux Antilles, n’ont jamais eu d’ancêtres maîtres ou négociants d’esclaves ; en revanche – et ce n’est pas le moindre des paradoxes – l’immense majorité des Antillais qui sont des métis ont souvent pour souche originelle l’union d’un maître blanc et d’une esclave noire. « Le Monde » (3) souligne à l’envi que le chef agitateur guadeloupéen Elie Damota est un « chabin » – affectueux terme créole pour désigner un Afro-Caribéen de carnation… claire. Elie Damota a donc, selon toutes probabilités, des ancêtres maîtres d’esclaves… ; ce qui n’est pas le cas de l’immense majorité des métropolitains qui subventionnent les Antilles avec leurs impôts. Les Antilles : une économie de transferts en provenance de la métropoleL’Institution d’émission de l’outre-mer, l’IEDOM, équivalent local de la Banque de France, publie des bilans économiques pour chacun des DOM. Il apparaît clairement à travers leur analyse que ces départements vivent essentiellement des transferts financiers effectués depuis la métropole : traitement de fonctionnaires nationaux et locaux, retraites, allocations chômage, RMI.L’exemple de la Guadeloupe (4) est à cet égard éclairant.En 2007, sur une population de 450.622 habitants, il y avait 167.306 actifs dont 39.786 chômeurs ; il y avait aussi 32.052 allocataires du RMI.En 2006, le PIB s’élevait à 7,750 milliards. La consommation finale (des ménages et des administrations), considérée comme « moteur de la croissance », en représentait près de 100%. Signe du transfert massif de biens venus de l’extérieur, les exportations ne représentent que 3,2% du PIB contre 30,9% pour les importations. Le déficit commercial s’élève à 28% du PIB. Et même en tenant compte des dépenses des touristes (tourisme affinitaire ou tourisme de loisir), le déficit commercial reste à la hauteur de 25%.Le compte de l’Etat en Guadeloupe affiche, lui aussi, un déficit massif. En 2007, les recettes fiscales de l’Etat s’y élevaient à 594 millions d’euros et ses dépenses à 1.400 milliards dont 854 millions pour les charges de personnel. L’Union européenne apporte aussi sa contribution aux investissements réalisés en Guadeloupe.L’Etat fait bénéficier les Antilles de nombreux allégements, sociaux et fiscaux : cotisations sociales allégées, abattement sur les impôts sur les revenus et les bénéfices des sociétés, taux de TVA exceptionnellement bas. La « vie chère » évoquée par les Antillais n’est donc pas la conséquence des impôts d’Etat. Elle s’explique, en revanche, en partie par la fiscalité des collectivités territoriales : communes, groupements de communes, départements et régions prélèvent en effet une taxe spéciale sur les produits pétroliers ainsi que l’octroi de mer : ce droit de douane, issu du régime colonial, est peu protecteur d’une production locale souvent inexistante, mais c’est une vraie source d’augmentation des prix. Ce prélèvement sur le consommateur est versé aux collectivités territoriales ; celles-ci le redistribuent localement sous forme de salaires et de prestations sociales selon des logiques souvent « clientélistes ». A titre d’exemple, en Guadeloupe, les charges de personnels des communes se sont élevées, en 2006, à 265 millions d’euros et les dépenses d’intervention sanitaire et sociale du département à 393 millions d’euros (en 2007).La « mémoire » de l’esclavage, alibi commode de l’exploitation de l’immigration caribéenne ?Alors que la situation économique et sociale de la Guadeloupe se caractérise par un pourcentage exceptionnellement fort de chômeurs et d’assistés, ce département français est pourtant de plus en plus concerné par l’immigration étrangère.Selon les statistiques officielles, la Guadeloupe comptait, en 2004, 27.800 immigrés : venus pour moitié de Haïti et pour le reste de Saint-Domingue et de la Dominique. A ce chiffre il convient d’ajouter 3.680 demandeurs d’asile. Et selon l’IEDOM : « La population vivant en situation irrégulière était estimée entre 10.000 et 20.000 clandestins ». Cette situation peut s’expliquer de différentes manières. D’abord, par l’attrait d’un département français pour les habitants des îles voisines indépendantes.A cet égard le cas de Haïti est exemplaire : cette île, entrée dans l’histoire avec la révolte de Toussaint Louverture, est indépendante depuis plus de deux siècles. Mais à Haïti (5) le revenu par tête en 2007 est de 1.900 dollars (contre 17.721 euros en 2006 en Guadeloupe, soit dix fois plus !) ; l’espérance de vie est de 57 ans à Haïti (79 ans en Guadeloupe). Il est facile dans ces conditions de comprendre pourquoi beaucoup de Haïtiens se tournent vers le paradis antillais : cet « enfer colonial » où il y a un distributeur automatique de billets de banque pour… 1.534 habitants. Pour les mêmes raisons les Haïtiens se tournent aussi vers la Martinique et la Guyane. Toutefois, l’arrivée en Guadeloupe de nombreux immigrés des pays voisins n’est pas due seulement au système sanitaire et social français. Elle s’explique aussi par la répugnance de certains Guadeloupéens, protégés par le filet de l’Etat providence, à accomplir certaines tâches matérielles. Pourtant réputé « progressiste », le voyagiste Jacques Maillot a déclaré de manière un peu abrupte : « Il y a quelque chose qu’il faut faire remarquer : on ne trouve pas de barman guadeloupéen parce que cela leur rappelle l’esclavage. Je n’ai jamais trouvé un Guadeloupéen compétent pour être directeur d’hôtel et, quand je proposais à certains de le devenir, ils ne voulaient pas » (6). Il n’est d’ailleurs pas rare que certains Guyanais, Guadeloupéens ou Martiniquais que la « mémoire » de l’esclavage conduit à délaisser les métiers de service et les tâches manuelles, jugées dévalorisantes, recourent pour les effectuer, chez eux, dans leur jardin ou leur entreprise, à une main-d’œuvre étrangère souvent clandestine sinon… quasi servile ! De même, le contrôle par des familles blanches des grands réseaux de distribution n’explique pas la mise en place, d’abord en Guyane puis progressivement en Guadeloupe et en Martinique, de nombreux petits commerces de dépannage et de restaurants tenus par des… Chinois.Vers un dénouement de la crise à un milliard d’euros ?Nul ne sait encore comment se dénouera la crise dans les Antilles françaises. Mais il est probable qu’elle se terminera par de nouveaux transferts de fonds de la part des contribuables métropolitains. Alors même que le calme était loin d’être en voie d’être rétabli, le gouvernement avait déjà accepté, au 12 février 2009, tout ou partie de 132 revendications : mise en place généreuse et accélérée (dès 2009) du revenu de solidarité active (RSA), amélioration de l’allocation logement, aide à la restauration scolaire ; au passage en caisse, le « caddie » du gouvernement valait déjà au bas mot 190 millions d’euros, soit 2.000 euros par ménage.Etendu à l’ensemble de l’outre-mer (Guyane, Martinique, Réunion, en particulier) c’est 1 milliard d’euros supplémentaires (et plus peut-être) qui pourrait peser sur le budget de l’Etat et grever un peu plus le déficit public. « La Danseuse des Caraïbes » abuse de la culpabilité métropolitaine Bien entendu, cette manne supplémentaire ne contribuera pas plus que les aides précédentes au développement autocentré des départements concernés. C’est simplement la poursuite d’une politique finement analysée, en 1998, par un haut fonctionnaire d’inspiration démocrate chrétienne. Dans « La Danseuse des Caraïbes aime trop son père » (7) Nicolas Delahaye écrivait : « Le conflit-séduction trouve son origine dans l’acte fondateur de la société antillaise : la colonisation. Elle a installé chacun des partenaires dans un rôle dont il ne parvient plus à sortir. L’un s’autoflagelle pour une défaite dont il n’est pas responsable mais qu’il revendique en victime. L’autre, par mauvaise conscience, cherche le pardon dans une attitude de laisser-faire qui irrite les frustrations (…) Les relations Antilles françaises/métropole sont typiques d’un rapport parent/enfant. Tous les aspects de la vie sociale et politique ramènent à cette analyse. »Rien n’a changé depuis, ou plutôt si : de nouveaux transferts ont aggravé les effets pervers de l’Etat providence. Et l’idéologie de la culpabilisation, véritable fonds de commerce de la classe politique et syndicale antillaise et des associations noires en France, s’est encore renforcée. L’agitation des années 1960 et des années 1980 se faisait sur fond d’indépendance. L’agitation d’aujourd’hui s’adosse à un fond de repentance et de demande de « réparation ». C’est moins… risqué et plus… rentable. Car dans la France multiculturelle et multiraciale du début du XXIe siècle, les Français blancs de souche européenne sont déclarés toujours plus coupables : coupables de la défaite de 1940 comme de l’Occupation et de la Collaboration qui l’ont suivie, coupables de la colonisation, coupables de l’esclavage. Coupables, coupables, coupables !Et pour cela les Français blancs doivent payer tribut. Tribut moral et tribut financier. Jusqu’où ? Jusqu’à quand ? Jusqu’à ce qu’à leur tour ils se révoltent et brisent les grands tabous de l’idéologie dominante que leur impose la cléricature médiatique !Polémia16/02/09Notes :(1)    Selon Le Monde du 12 février(2)    Idée dérivée du chaudron idéologique de la fin de la seconde guerre mondiale, qui a fondé la culpabilité allemande, qui s’est étendue ensuite à l’ensemble de l’Europe.(3)    Op.cit.(4)    http://www.iedom.fr/doc/RA2007_Guadeloupe.pdf; sauf mention contraire l’ensemble des chiffres cités dans cet article sont issus du rapport de l’IEDOM consacré à la Guadeloupe ; le même type d’analyse pourrait être valablement appliqué à la Martinique et à la Guyane.(5)    http://www.statistiques-mondiales.com/haiti.htm(6)    http://www.lepost.fr/article/2009/02/12/1421349_on-ne-trouve-pas-de-barman-guadeloupeen-parce-que-cela-leur-rappelle-l-esclavage_1_0_1.html(7)    Triades éditions."

johnnysimon 18/02/2009 16:04

ma compo faites circuler un maxhttp://www.dailymotion.com/user/johnnysimon/video/x80zp9_clip-sarkozy-mon-zizi_newshttp://www.everyoneweb.fr/johnchrist/

laurent 02/02/2009 22:48

un appel splendidehttp://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/02/02/yon’n-a-lot-se-ansan-‘m-nou-ke-rive/ 

Toto 02/02/2009 08:49

A la lecture des revendications de l’UGTG, il est à noter qu’il présente une forte odeur de racisme. Il évoque « la priorité d’embauche pour les guadeloupéens » ce qui rappelle sans équivoque la priorité d’embauche pour les français défendue par le Front National. De même le slogan  « Guadeloupe sé tan nou » (la Guadeloupe est à nous) vaut la France aux Français. Si la revendication salariale est nécessaire elle n’excuse pas le racisme.

Hector Quidal 02/02/2009 01:01

Monsieur,Nous venons de découvrir l'existence de votre blog par erreur. Le récit des informations que vous délivrez sur le soutien aux grévistes Guadeloupéens est complètement erroné au moins sur deux points.Tout d'abord, il n'y avait aucune jonction prévue entre la manifestation à laquelle l'association ATOME (départ 16h00 à la place de la république)  à pris en part en étant à l'initiative avec TNT et Choukaj, avec le rassemblement organisé à la place de la Nation (14h00) à l'initiative du collectif dom.Il s'agit bien au contraire d'une action vécue par nos différents groupes comme étant une manipulation car visiblement le délai d'appel du collectif est nettement inférieur au notre et les horaires des deux manifestations révèlent sans conteste qu'il ne pouvait y avoir jonction possible, encor emoins un accord. Voir site de l'UGTG sur la date d'appel.Deuxièmement, en reconnaissant la faiblesse de la mobilisation du rassemblement de place de la nation vous êtes dans le vrai car les RG signalent la présence de 70 à 150 personnes. Or, s'agissant de notre déboulé, ils en notent la présence de 1000 à 1200 personnes. Par conséquent, de notre point de vue, en dépit de la division organisée ici et là, de la malveillance, du froid, de la singularité et de la spontanéïté de cette manifestation, il s'agit la pour nous d'un véritable succès par la présence de très jeunes et moins jeunes, de Guadeloupéens, de Martinquais, de Guyannais, de Réunionniais d'Haîtiens et d'Hexagonaux venus en nombre pour répndre à cet appel solidaire.Je vous saurais donc gré de bien voiloir tenir compte de la réalité de cette mobilisation qui en appelle à une suite en fonction du résultat des négociations et de bien vouloir rectificier ce chiffre de 100 qui en révélant la composition effective des groupes, sème le trouble car elle dénigre et fait fi des efforts de soutien de ceux qui se sont déplacés à république ce samedi.Deux communiqués vous parviendront pour vous permettre de mieux faire votre travail, quelques médias tels que France Ô, Canal 10 et plusieurs indépendants vous donneront confirmation...Bonne continuationPour le groupement associatifHector QUIDALPrésident de l'Association ATOMEassociation-atome@wanadoo.fr

fxg 02/02/2009 01:26





Jean claude PRIMEON 01/02/2009 13:23

ferdinand 01/02/2009 02:54

ROBESPIERRE IS BACK ...

ferdinand 01/02/2009 02:53

Robespierre is back....

Articles Récents