Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 11:11

Lurel ka pati… en campagne

Face à Victorin Lurel que le gouvernement avait espéré voir ébranlé par le mouvement du LKP, Marie-Luce Penchard pourrait bien tenter de reprendre la Région perdue par sa mère. Analyse.

L’élection du premier des socialistes sur les listes pour les régionales de mars 2010 aura lieu dans les fédérations, les 1er et 2 octobre (selon qu’il y aura un ou deux tours). Victorin Lurel a d’ores et déjà déclaré à France-Antilles : « Je suis candidat à la candidature. » Il sera d’ailleurs à Paris le 12 septembre pour le conseil national du PS qui doit préciser ces questions. Le président sortant est donc prêt à entrer en campagne et le plus tôt possible sera le mieux pour lui. Lurel n’a pas encore communiqué sur son bilan de la mandature écoulée. Il a fait du travail mais ça ne se sait pas forcément. Il a un problème de communication et doit donc partir tôt en campagne et cogner sur Marie-Luce Penchard et sa politique pour casser les sons de cloche, la concentration de communication que n’a pas manqué (et ne manquera pas) de provoquer l’action de la première ministre ultramarine de l’Outre-mer… Plus Victorin Lurel se déclare tard, plus le piège Penchard peut se refermer sur lui. Les mouvements sociaux l’ont écorné, même si moins que prévu. Lurel est reconnu compétent, mais on le voit hautain, lointain, donnant parfois une image de ti’kok. Il a donc un déficit d’image, une côte de popularité à remonter. Il a été ciblé par le LKP que d’aucuns traduisaient ironiquement par Lurel ka pati ! Le gouvernement (et Marie-Luce Penchard, alors conseillère au Château) voyait le mouvement ainsi à ses début… Avant qu’il ne se retourne contre lui. Même le consensuel Jacques Gillot l’a constaté à ses dépens.

Fédérer les TSL

Qu’y a-t-il en face de Lurel, se demandait encore récemment un proche de ce dernier. Sarkozy aurait nommé Marie-Luce Penchard à l’Outre-mer avec une mission secrète : qu’elle aille lui reprendre la Région. Or, si elle était élue, elle devrait, conformément aux vœux du président, démissionner. Elle n’aurait donc été nommée que pour huit mois… Une nomination bien opportune alors ! Elle n’a objectivement pas intérêt à y aller mais elle doit capitaliser pour les élections suivantes, celles de 2014 ou 2016 (voir hors texte). Sa mère, Lucette Michaux-Chevry est mal vue à l’Elysée mais son audience populaire, pense-t-on au Château, peut profiter à la fille. Marie-Luce Penchard cherche donc un dispositif. La ministre a, au mois d’août, demandé à Laurent Bernier, maire de Saint-François, de fédérer les TSL (Tout sauf Lurel), y compris les LKPistes sur une liste qu’elle pourrait venir chapeauter au dernier moment. Problème : Bernier n’est pas très aimé du LKP... Elle chercherait aussi, via Daniel Marsin, à détacher Eric Jalton de Victorin Lurel pour disperser l’électorat de gauche et tirer ainsi son épingle du jeu… Mais de son côté, elle doit compter sur la dissidence de Gabrielle Carabin, Philippe Chaulet, voire Blaise Aldo… Pas simple ! Et puis si un élu de droite émergeait, en 2014 ou 2016, elle aurait de l’ombre ! Elle recherche aussi un préfet pour remplacer Nicolas Desforges, jugé trop proche de Jégo, un préfet pour l’aider à conforter son élection. Signe des temps : M. Cyprien, ancien responsable du bureau des élections à la préfecture a été nommé membre du cabinet du préfet désormais chargé des affaires politiques. Et comme il y aura les législatives avant, le redécoupage des circonscriptions en Guadeloupe (suite au détachement de la 4e de Saint-Martin et Saint-Barth), prévoit d’adjoindre à la droite les deux secteurs de Capesterre-Belle-Eau, mais, contrairement aux préconisations de la commission Guena, et petit cadeau à Jeanny Marc (suite à son vote favorable en juillet 2008 à la réforme constitutionnelle), pas la commune socialiste de Pointe-Noire. De quoi affaiblir encore son rival.

FXG, agence de presse GHM


Marie-Luce le plus tard possible

 

Marie Luce Penchard a intérêt à se déclarer candidate aux régionales le plus tard possible. Elle a un déficit d’image et de notoriété. La ministre ne s’appelle pas Michaux-Chevry mais porte un nom assimilé, en Guadeloupe, à une agence de voyages ! Elle va donc devoir éviter de prendre des positions difficiles. L’exemple du dossier de l’essence est typique : elle aurait dû monter le prix de l’essence beaucoup plus (il est de 1,27 euros le litre en métropole) et elle a pris garde d’associer les élus locaux à ce travail… ingrat.

Elle va s’efforcer dans le cadre de sa mission ministérielle de surfer sur les bonnes idées issues des états généraux, qu’elle pourra faire valoir lors du très attendu conseil interministériel de l’Outre-mer, et pourra même s’aider du train de décorations mises en route par Yves Jégo qu’il lui reviendra de remettre ! Tant qu’elle ne dévoilera pas ses ambitions régionales, nul ne pourra l’attaquer frontalement. Depuis sa nomination au SEOM, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut lui laisser le temps de prendre ses marques. Elle est en état de grâce et cet état doit durer… longtemps, jusqu’à ce que sa notoriété soit assise. Elle ne s’est pas rendue en Nouvelle-Calédonie au moment du pic de la grippe A, a été très discrète, derrière Roseline Bachelot, à la Réunion. Elle fait un service minimum car son objectif est la Guadeloupe, en silence. Elle hésite bien sûr. Faute de notoriété. Et sa réputation reste à faire. Jacques Gillot lui a dit lors de la réunion de l’observatoire des prix que ses dossiers n’étaient pas aussi bien ficelés que ceux d’Yves Jégo…


Un mandat de 4 ou 6 ans

L’élection de 2010 pourrait n’être que d’une durée de 4 ans, en fonction de la réforme Balladur qui prévoit une transformation des régions et départements en collectivités territoriales avec assemblée délibérante unique. Bien sûr, en Guadeloupe, cela passera par un référendum local… L’enjeu de la campagne séparera donc les tenants d’un article 73 à collectivité unique et ceux d’un article 74 avec pouvoirs élargis. Victorin Lurel y voit une séparation entre les républicains et les anti-Français. Le président de la République s’est dit ouvert à tout dans le respect de la Constitution : « Tant que je serai là, l’indépendance ne sera pas à l’ordre du jour… » Un engagement fort mais qui crédibilise l’option de l’article 74 !

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

herve 11/09/2009 01:17

C est vrai que ce n est pas gagner pour Marie luce....Enfin quand meme : Michaud , Nicolas comme partenaire c est pas rien. Et vous voyez 4 ans Marie Luce au gouvernement?...trop dangereux pour Nicolas. Et puis un peu de manipulation avec la tele , une ou deux bonne nouvelle venant du chateau pour la guadeloupe just avant les elections, une petite triangulaire et toto... ka pati.

Articles Récents