Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 14:28

Les radicaux renoncent à la candidature Taubira

525 délégués se sont rangés derrière le patron du Parti radical de gauche et sa stratégie d’alliance avec le PS. 220 ont porté leur soutien à la candidature radicale autonome de Christiane Taubira, lors du vote, dimanche midi, à l'issue du congrès extraordinaire du PRG, à Paris. Il y a deux jours, Jean-Michel Baylet avait signé un accord électoral avec le PS, réservant 35 circonscriptions législatives aux radicaux contre un soutien à la candidature socialiste. Bernard Tapie soutenait l’option de ne décider qu’une fois le nom du présidentiable socialiste connu : « Où se situe l'espace radical? Il se situe au centre-gauche. Est-ce que Ségolène Royal remplit plus cet espace-là que Laurent Fabius ? La réponse est oui », a affirmé l'ancien ministre de la Ville. Emile Zuccarelli, poids lourd du PRG s’est posé contre la Guyanaise : « Pas plus qu'en 2002, je ne me retrouve, au plan des idées, dans la démarche de Christiane Taubira. » Les opposants à Christiane Taubira l'ont accusée d'instrumentaliser le PRG pour « asseoir sa carrière politique », d'avoir pour seul projet d' « être une nuisance » pour le PS. Ses partisans ont accusé les notables du parti de se laisser bercer par « la douce musique alléchante des sièges ou des portefeuilles ministériels ».

"Parole radicale"

« Elle doit être entendue cette parole radicale, parce que la responsabilité serait lourde, terriblement lourde dans quelques temps (...) d'assumer d'avoir renoncé », a argumenté la députée de Cayenne, regrettant que « le vote utile soit devenu le seul projet politique de leaders raisonnables ». « Si vous ne voulez pas exister, je ne vois pas pourquoi les autres vous feraient exister », a-t-elle lancé. Comme on lui rappelait l'échec du 21 avril 2002, elle renvoie le PS face à lui-même, affirmant que « 80% de son électorat n'aurait de toute façon pas voté pour Lionel Jospin ». Aujourd’hui, ses partisans n’ont pas l’intention de soutenir Royal « et ses solutions militaires » ou Fabius, « le populiste ». « On préfère que les électorats populaires viennent voter Taubira plutôt que de brûler leurs abribus », a déclaré le président de la coordination pour la candidature Taubira, et secrétaire général adjoint du PRG, Eric Montes. L'ancien président de SOS-racisme et adhérent de fraîche date au PRG, Fode Sylla, a fait valoir lui aussi que la candidature de Christiane Taubira attirait des gens, notamment dans les banlieues, qui « depuis des années ne font plus confiance à l'action politique ». Et il s'est étonné que M. Baylet ait signé un accord avec le PS, au demeurant incomplet, « à la veille d'un congrès ». Le PRG a concédé un comité directeur spécial une fois le nom du candidat socialiste connu. Un rendez-vous qui ne remettra pas en question cette « lourde responsabilité d’assumer d’avoir renoncé ».

FXG

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents