Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 10:42
Marcé & Toumpak, Kassav, Magic System,Jane Fostin, Medhi Custos, Corneille, Princess Lover, Admiral T, Harry Roselmack et Pascal Légitimus auréolés des Césaire de la musique.

Salle comble,hier soir, au Casino de Paris, pour la première cérémonie de remise des Césaire de la musique. Mais aussi des cafouillages…
Après un faux départ (qui a fait fuir Dieudonné), les organisateurs ont dû interrompre le show pour recaler les choses. Souria Adèle (qui joue actuellement à la Scène Bastille, Marie Thérèse Barnabé, négresse de France) en a profité pour monter sur scène avec Tony Mango pour promouvoir une pétition pour l’enseignement du créole en métropole. Ils ont parlé mais ont été gentiment et fermement invités à regagner le public.
Les choses sont reparties, à peu près normalement, un quart d’heure plus tard. La présentation a été assurée, dans ces conditions très difficiles, de main de maître, par le conteur Elie Penont. Valérie Louri a ouvert le bal avec Bay lanmen.
Pierrot Batry a suivi. Puis Célia Johnson est venue rendre son hommage : « Merci pour ce concert dédié à César Musique ! » RFO capte la soirée. Le réalisateur Jean-Michel Sooprayan dispose de 4 caméras. Patson, un Africain de la stand up ironise sur le ratage de début de soirée : « Les Noirs quand ils organisent quelque chose, c’est toujours comme ça ». Il rafole de l’humour africain qui épingle l’Antillais, se moque de Corneille qui clame sur tous les toits : « Je viens de loin ». Et d’enchaîner : « Sarkozy t’a entendu ! » Corneille se lève et vient le saluer.
Un autre stand uper arrive : Mamane Keïta. Il a son Bescherel pour répondre aux contrôles de police et sait qu’on ne laissera pas couler l’Afrique, « par souci écolgique, pour éviter une marée noire ». Le premier trophée, le Césaire de la musique traditionnelle est remis à Michèle François-Eugène de la maison de disque Hibiscus par Mouss Diouf et Charly Nestor.
Eric Virgal, couronné du prestigieux Césaire de meilleur compositeur, vient chanter Aimé Césaire, neg fondamental. Puis Mouss Diouf et Charly Nestor appellent Corneille pour le Césaire du meilleur album. « Merci pour cet honneur que vous me faîtes pour cette première d’une longue série de Césaire de la musique. » Queen Etémé chante un hommage à Myriam Makéba et Edith Lefel. La tension monte dans la salle quand arrive Jane Fostin.

«  La voix un peu fatiguée par le voyage », elle assure Dis moi pourquoi avant d’enchaîner en duo avec Medhi Custos un langoureux Pas de glace.
« Le prince de la Caraïbe » se voit décerner le Césaire de meilleur interprète masculin. Medhi entame Elle demande du zouk, Evelyne Marlin assure : « Je prends le pari que ça sort cété été chez Sony. »Christine Kelly vient annoncé le lauréat des révélations. Elle appelle Admiral T qui s’exclame : « Oy bel ! » en prenant le trophée réalisé par le fondeur Ruddy Jean-Jacques.

Christine Kelly vient annoncé le lauréat des révélations. Elle appelle Admiral T qui s’exclame : « Oy bel ! » en prenant le trophée réalisé par le fondeur Ruddy Jean-Jacques.

Thierry Cham, insolent beau gosse, vient chanter Océans. Claudy Siar, dans la salle, se lève pour applaudir. Cham enchaîne sur une nouveauté : « Tu m’as laissé sur les lèvres un léger goût de sel… » Teeyah se lance derrière lui avec son Couper Décaler. Admiral T chante Enfant des îles et arrache des tonnerres d’applaudissements. Corneille se lève !

McDoom/Krys, Roselmack/Karam

« Etre heureux est une chose, être fier en est une autre », Claudy Siar salue Claude Ribbe, Evelyne Marlin, Pascal Légitimus et Kathy Jean-Louis depuis la scène où il remet le trophée du meilleur duo.
Claudy fait applaudir Aimé Césaire représenté par un portrait à l’huile posé sur un chevalet, et appelle Jane Fostin et Mehdi Custos. Jane jette son bouquet dans la salle. La Guyanaise Sylvianne Cédia l’attrappe au nez et à la barbe de Pascal Légitimus.
Les Congolais d’Extramusical enchaîne, suivi de Krys. «  An vin pou chanté on reggae. Neg, neg, neg ! Mizik a Karibéens, mizik a Africains, mizik a neg ! On a une réelle richesse et elle est dignement fêtée. Merci à tous ceux qui travaillent pour l’avancement de notre représentation dans l’hexagone. » Il achève son slam en dénonçant « ceux qui invitent les artistes pour les piéger ». Applaudissements nourris. Krys songe à Cauet et à Vincent Mc Doom qui n’est pas bien loin… Mamane Keïta remet le Césaire du meilleur groupe à Magic System. Ils sont absents car, Good Saga, un de leur proche est décédé. Christine Valejo et Bruno Bias attaquent en duo D’accord, avant le coup de maître de Davy Sicard.

Le Réunionnais se lâche « au nom de ses pères, de ses fils et des sains d’esprits » : « Allons enfants des colonies… » « Il est fort », lâche Charles Dagnet du Collectifdom. Il n’est pas le seul à le penser. La salle entière se lève. Frankie Vincent vient remettre le Césaire du meilleur clip à Thierry Cham. Gage assure un Pense à moi inédit avec Fred Deshayes et Yann Négrit aux guitares.

Vincent Mac Doom, accompagné de Patrick Karam, arrive sur scène pour remettre les Césaire d’or et de légende. Vincent Mac Doom est hué, sifflé. Impassible, il appelle Harry Roselmack pour le Césaire d’or.
« C’est grâce à vous, lance le présentateur de TF1, que j’ai pu dire, après cette première, le 10 juillet, presque pas peur. La France découvre sa diversité, mais nous on la connaît depuis longtemps ! » Harry Roselmack dédie son trophée à ses proches mais aussi à Christine Kelly, Audrey Pulvar et Michel Reinette.
Patrick Karam, pour le Césaire de légende, appelle Pascal Légitimus. « Je te serre la main, tu peux faire la bise à Vincent. » Karam rappelle le parcours du comédien, « à une époque où l’ambiance ne portait pas dans son cœur les minorités ». Le patron du Collectifdom prend des accents de tribun. Harry Roselmack intervient brusquement : « J’espère que cette cérémonie ne sera pas récupérée par un parti politique ou une association… » Ambiance.
Légitimus reprend les rennes : « J’étais le mal blanchi, l’ami Ricoré, je suis désormais une minorité très visible. Dans la joie et dans la négresse, je remercie ceux qui ne m’ont pas aidé, car c’est la jungle et la jungle, ça me connaît ! » Sael vient chanter Pa moli, Waren, jeune Guyanais de 26 ans fait le show avec ses quatre danseurs. Ali Angel, alias Alerio Rojas-Fanon, vient chanter un duo avec son épouse. Puis Nathalie Fanfant et Awilo Lagomba remettent à Kassav, représenté par Jean-Claude Naimro, le Césaire du meilleur interprète de la décennie. « Les autres ne sont pas là, car on prépare le prochain album qui sortira en 2007. »



Après le prestation de Perle Lama, Elie Penont et Pascal Légitimus rappellent Kassav pour le Césaire du groupe de légende. Ils récompensent aussi Lord Kossity pour le meilleur tube. Princess Lover reçoit le Césaire de meilleure interprète féminine et termine le show.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents