Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 18:12

REPORTAGE

A la table des Jurés

Les jurés spécialistes du rhum du concours général agricole se sont retrouvés hier matin au salon international de l’agriculture pour distribuer les médaille aux nouveaux crus.

Trois médailles d’or pour la Guadeloupe, 4 pour la Martinique, 6 d’argent pour la Martinique, 2 pour la Guadeloupe,5 de bronze pour la Martinique et 1 pour la Guadeloupe !

En une matinée, la soixantaine de jurés (dont 30 fournis par l’académie du rhum de Charles Claude), répartis sur 12 tables, ont scellé pour une année l’image des rhums agricoles et punchs en compétition. Ces goûteurs viennent de tous horizon : Paul Luu, directeur de l’ODEADOM (c’était son premier concours), Alfred Jocksan, reporter chez Amina, Marcel Morvany de la chambre d’agriculture de Guadeloupe, Grégory Grob du syndicat des AOC Martinique, Roland Darosa, président de la Copcaf Guadeloupe, Aurélien Bémol, retraité martiniquais du ministère de l’Agriculture, Laurent et Charles Claude (académie oblige), notre confrère Gabriel Galion, le distillateur de Marie-Galante, Dominique Thierry, et même un des Frères ennemis, l’humoriste et chanteur André Gaillard ! Sur les tables, outre les bouteilles aux étiquettes mystérieuses, du pain, de l’eau, des verres et du papier pour noter. Au sol, un crachoir… Côté punchs passion, « on cherche à détecter des anomalies dans les couleurs et les goûts », confie Christian Bidonnot (Top moun). On sent qu’il regrette de ne pas goûter les rhums tandis que sur les tables des rhums blancs, certains regrettent de ne pas goûter les rhums vieux… Pau Luu regrette quant à lui de devoir les déguster sans sucre et sans citron ! Jocelyn Daniel (à la même table) demande à vérifier le degré d’alcool de deux bouteilles… « Ca dégage, ça arrache… Mais on a un bon cru avec les vieux ! »

Couleur, limpidité, impressions olfactives et gustatives

A la table des rhums blancs de Martinique à 50°, Dominique Thierry observe qu’ils ont affaire à cinq très bons rhums : « C’est difficile de préciser son choix. » Pour faciliter leur décision, les dégustateurs doivent noter la couleur, la limpidité, donner leur impression olfactive et leurs impressions gustatives, une première impression et un seconde, en longueur. A la table de Charles Claude, on goûte le blanc Guadeloupe à 59°. Tout le monde sait qu’il boit du Marie-Galante. « Le bielle est meilleur que le père Labat. Tu peux déjà dire que le Bielle a l’or », annonçait lors de l’apéritif suivant le concours le patron de l’académie du rhum. Manqué, c’est Bellevue qui coiffe Bielle ! En revanche, ils ne se sont pas trompés sur le Séverin 50°, « transparent, agréable, harmonieux ». A la table de Marcel Morvany on goûte les rhums blancs Guadeloupe 55°. Ils n’auront aucune médaille. Beaucoup de rhums sont jugés « rapeux, brûlants, agressifs, durs… » A la table des rhums blancs de Martinique à 50°, on considère que « il n’y a pas de mauvais produits ». « Deux sortent du lot », confie Laurent Charles. Vers 11 h 30, tout est plié et tous les jurès se retrouvent au stand des AOC Martinique pour, enfin, boire du rhum !

 (Photos : Régis Durand de Girard)

Trois questions

Aurélien Bémol, juré

« Notre verdict est un accompagnement »

Comment vous êtes-vous retrouvé juré ?

Je suis juré depuis quinze ans et économiste en retraite au ministère de l’agriculture. Je suis de Basse-Pointe. Voilà mes accointances avec le rhum et le salon !

C’est facile de faire un choix ?

Non, c’est difficile de choisir parce qu’on nous propose de déguster des produits de qualité et que nous devons déceler les efforts du producteur. Notre verdict est avant tout un accompagnement. Il doit être positif même s’il n’accorde pas de médaille.

Vous avez dégusté les rhums traditionnels de la Réunion, pour un Martiniquais, ce n’est pas difficile ?

C’est un plaisir de déguster les rhums blanc et les rhums vieux de la Réunion. Ils ne sont pas moins bons que les rhums antillais, ce n’est pas le même produit et les Réunionnais doivent cultiver leur différence et conserver la spécificité de leurs produits. On ne peut comparer. Et même si le rhum agricole reste le premier produit, chacun a sa valeur.

Le palmarès

Rhum blanc Martinique 50°

Or : Fleur de canne Saint-James

Argent : Neisson

Argent : Clément

Rhum blanc Martinique 55°

Or : La Mauny

Argent : Bally

Bronze : JM

Rhum vieux Martinique, 3 à 4 ans d’âge

Or : Trois-Rivières, Réserve spéciale

Argent : Depaz

Bronze : Habitation Saint-Etienne

Rhum vieux Martinique, plus de 4 ans

Or : Clément 10 ans

Argent : Dillon, réserve du Comte Arthur

Bronze : Habitation Saint-Etienne XO

Rhum blanc Guadeloupe 50°

Or : Séverin

Bronze : Bielle

Rhum blanc Guadeloupe 59°

Or : Bellevue

Rhum vieux Guadeloupe, 3 à 4 ans d’âge

Argent : Reimonenq 2003

Rhum vieux Guadeloupe, plus de 4 ans

Or : Damoiseau 15 ans

Argent : Reimonenq 2000

Schrubb

Bronze : Biguine-Dubois (Socara, Fort-de-France)

Punch passion

Bronze : Isautier (Sopavi, La Réunion)

Punch Coco

Argent : Dillon

Bronze : La Mauny

Punch planteur

Argent : Séverin

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents