Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 18:48

Divers-cités féminines

La danse, comme un amusement

Les Compagnies Difé Kako et Le Miroir des Songes présentent, à l’Encre, le 21 avril, leur métissage féminin. Les Guyanais savent depuis la précédente venue de  Chantal Loïal avec « Aski Paré », en Novembre 2004, que la danse contemporaine peut rimer avec ouverture, dialogue et mélange des genres. Elle vient, cette fois, accompagner de deux grands talents, Sabine Novel (Montalvo-Hervieu) et Mélanie Lomoff (ballets C de la B, en Belgique, Alain Platel).


Dans sa  « Divers-cités féminines » qu’elle réalise avec Sabine Novel, une fois encore, elle nous emmène dans une aventure. Ici, celle des femmes avec leurs corps divers, leurs gestes divers, et leurs visages, divers encore. Ainsi en écoutant la voix du griot et percussionniste congolais, Mav Mavoula, nous voyons dialoguer devant nous les lignes épurées de la danse classique et celles déliées de la danse afro-antillaise de Chantal.

Pour être sûr de déjouer la scène, Edouard Lepec qui joue du balafon, vient poser une question triviale : « Chantal pourquoi tu fais la tête ? » A Sabine, de dos, il pose plusieurs fois la même question sans obtenir de réponse, mais une étrange tension s’installe. Tension, action, réaction pour libérer les énergies et les mouvements. Claire Joubert, contorsionniste, nous fait voir la scène à l’envers, la tête en bas et nous rappelle ainsi que nous ne sommes pas installés devant un rêve. La lenteur des mouvements de Sabine Novel met le temps en suspension et nous hypnotise. Son costume évoque les femmes des siècles passés mais la calebasse qu’elle porte sur la tête est intemporelle et symbolique de l’activité des femmes.

Des choeurs étranges vont s’élever (une musique vocale de George Aperghis matinée de créolisme) qui vont réunir toutes ces femmes dans une chorégraphie tourbillonnante et pleine de propositions. Un spectacle à recommander, comme un jeu !

R. D.G.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents