Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 08:33

Un thriller familial, sentimental et psy entre Paris et la Guyane

Mike-fedee.jpgJusqu’au 6 novembre, en attendant la tournée aux Antilles et en Guyane, le Martiniquais Mike Fédée et la Guadeloupéenne, Nathaly Coualy sont à l’affiche au théâtre Clavel à Paris dans « A l’homme qui m’a donné envie » par la compagnie théâtrale d’Ile de France et d’Outre-mer.

Emancipation et quête de soi, de l’identité et de l’unité familiale sont les ingrédients de la pièce de théâtre de Stéphane Clerget que met en scène Gilles-Marie Valet. Yvan (Mike Fédée) est un jeune homme prisonnier du souvenir de sa mère… « Laisse-moi cesser de vivre tranquille », lance Nathaly Coualy avec une pointe légère d’accent créole. Elle est Rose, ex-reine du carnaval de Cayenne, et la mère névrosée, d’Yvan, lui-même fan des pilotes de ligne... Yvan a des comptes à régler avec son père et pousse la porte d’un psychanalyste… Il va s’y découvrir… Cette histoire se passe à Paris, mais parle aussi métaphoriquement des liens entre la France et ses territoires d’outre-mer. La Guyane y apparaît comme le lieu des origines (la mère) et celui de l’avenir. Car Rosa est Guyanaise et Yvan, métis. Ce dernier va rejoindre sa grand-mère dans la capitale…

« Les dauphins sont des requins pédés »

affiche-Fedee-Coualy-Herbez.jpgTout ou presque se passe dans le cabinet du psychanalyste (Antoine Herbez). On y parle debout, laissant le divan inutile… Une rencontre singulière offre à chaque personnage un miroir aux origines et permet la traversée des apparences. « Les dauphins sont des requins pédés », lâche le jeune homme. En une métaphore, surgit la thématique de « la différenciation toujours condamnée à la solitude et au manque »… Evidemment, le psy n’est pas n’importe qui (l’auteur et le metteur en scène sont tous les deux pédopsychiatres à la ville et dans les medias). «  C’est une comédie dramatique avec des passages assez drôles, disait l’auteur lors de la création de la pièce au festival Autrement gay de Saint-Etienne, notamment avec la mère, très piquante. En tout cas, ce n’est pas une tragédie puisque ça se termine bien. Disons que c’est un drame très familial. » Ca ressemble pourtant un peu à une tragédie grecque mâtinée de la problématique contemporaine de la diversité dans la France du mariage pour tous…

FXG, à Paris

Jusqu’au 6 novembre, 3 rue Clavel, Paris 19

 

  

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

thierry 02/10/2013 20:42


Ce qui unit le Clergé de Rome, celui de Grèce ou de Grasse, c'est une même religion. Le lumineux Stéphane brûlait d'envie de mettre en scène ou de faire mettre en scène des choses banales de la
vie humaine vues sous un angle Psy, c'est fait c'est bien. Maintenant dire : "une tragédie grecque mâtinée de la problématique contemporaine de la diversité dans la
France du mariage pour tous… " peut être compris comme : " Une problématique humaine dans la France contemporaine" ...Mais , ce qui est imagé
concernant cette pièce est un idéal difficile à atteindre surtout (et c'est ce qui est drôle) lorsqu'il s'agit en fait d'essayer d'atteindre un idéal passé tout en voulant s'accrocher à un
idéal du Futur. C'est le serpent qui se mord la queue, les serpents à 3 têtes et 3 queues à la fois sont très rares.

Articles Récents