Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par fxg

ECHOS

Par FXG (agence de presse GHM)

Sarko et le kamarad Jan

Au programme de la visite présidentielle en Guadeloupe, Nicolas Sarkozy aurait du aller visiter une plantation d’ananas, dans le cadre de la politique agroalimentaire du développement endogène. Il apparaît que l’exploitation agricole choisie était celle de Louis Théodore. Un choix qui se conçoit aisément si l’on en juge par la thématique des conférences que ce syndicaliste agricole a données récemment : « L'agriculture en Guadeloupe : de la production coloniale à une production guadeloupéenne ». Reste que, sous le pseudonyme de Kamarad Jan, Louis Théodore fut l’un des fondateurs de l’UTA, de l’UPG et de l’UGTG, et un militant de la première heure du GONG et de l’UPLG. Il a été aussi l’une des consciences du LKP pendant la crise sociale de 2009. Nul ne sait qui a alerté le président de la République, mais cette visite a été biffée de son programme. Nul doute que le président Lurel se serait fait un plaisir de lui donner un petit cours d’histoire récente du mouvement séparatiste guadeloupéen, à moins qu’il ne l’ait donné au préfet Fabre.

 


Carla en Martinique

L’épouse du chef de l’Etat qui accompagne son mari lors de son déplacement, ce week-end aux Antilles, aura son propre programme samedi matin en Martinique. Si l’Elysée n’a pu indiquer précisément, hier, ce que la première dame ferait de sa matinée sans son mari, cela relèvera d’une « problématique sociale ».

 


Une nuit au Cap Est

La suite présidentielle passera la nuit de vendredi à samedi à l’hôtel du Cap Est au François. Un choix destiné à montrer que la Martinique dispose elle aussi d’une hôtellerie de qualité, car « la crise sociale de 2009 a abîmé l’image des Antilles », selon l’Elysée. Même si l’hôtel de la Batelière à Schoelcher a été retenu pour accueillir la table ronde sur le tourisme, et s’il bénéficie des mesures de la LODEOM pour sa rénovation, le vieil établissement qu’aimait fréquenter l’ancien président Jacques Chirac, n’avait pas laissé un bon souvenir au candidat Sarkozy lors de sa visite en mars 2006 !

 


Le choix de la Guadeloupe

Après la « crise sociale grave de 2009 », le choix de la Guadeloupe s’est imposé au président de la République pour y présenter ses vœux aux Français d’outre-mer. « La Guadeloupe, c’est la République, c’est, la France », a martelé le conseiller outre-mer du président qui a ajouté qu’il fallait « traduire en mots ce que pense l’immense majorité des Guadeloupéens ». Quant aux relations entre le président de la République et le président socialiste de la Région, Victorin Lurel, l’Elysée a juste affirmé que M. Lurel était « un vrai républicain ».

 


La Nouvelle-Calédonie dans les vœux du président Sarkozy

Selon une confidence d’un conseiller du président, Nicolas Sarkozy devrait annoncer publiquement, lors de ses vœux aux Français d’outre-mer qu’il prononcera dimanche en Guadeloupe, sa venue en Nouvelle-Calédonie à l’occasion des Jeux du Pacifique, en août ou septembre prochain. Le conseiller élyséen a insisté sur l’importance de ce déplacement (promis de longue date), d’une part parce que c’est la première fois que les Jeux reviennent en Nouvelle-Calédonie depuis l’affaire d’Ouvéa en 1988, d’autre part parce que ces Jeux seront la première occasion, devant les nations du Pacifique, de hisser le double drapeau calédonien.

 


« La réforme du scrutin en Polynésie sera faite cette année »

L’Elysée a indiqué, mercredi, que « la réforme du scrutin en Polynésie française, serait faite cette année ». Le conseiller outre-mer du président a précisé, à l’occasion d’une rencontre avec la presse en préalable au déplacement de Nicolas Sarkozy aux Antilles, que le texte du projet de loi portant réforme du scrutin serait présenté à l’occasion du dernier conseil des ministres de janvier, ou au début du mois de février, et que la loi serait votée dans l’année. L’Elysée a encore confirmé qu’une étude complémentaire avait été confiée au secrétariat général du gouvernement « pour tenir compte des observations, avec un esprit critique ». Allusion aux critiques émises par les parlementaires Christian Cointat et Didier Quentin, sur les différences de mode de scrutin entre les archipels n’ayant que trois élus et ceux en ayant huit au moins.


 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

herve 07/01/2011 20:11



Je sait qui a prevenue le president...mon petit doigt.