Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 06:44

Vaval sur GaronneChaye-Yo-1.jpg

 Le défilé de Bordeaux, ce dimanche, est devenu au fil du temps un rendez-vous incontournable pour les antillais qui vivent en métropole.

Chaye-Yo-3.jpgAu carnaval de Bordeaux, il y a le programme officiel… et l’autre, celui qui draine des milliers d’antillais des 4 coins de l’hexagone. Le défilé démarre, sous un petit crachin, avec les personnages géants du Pays Basque mais, très vite, la température monte au fur et à mesure que les notes de tambour résonnent. Et les groupes défilent sur le pont de pierre qui relient les deux rives de la ville : Siwo Battery (groupe de Pau), Chayé Yo ou encore Vak Band (Paris). A chaque fois, 50 ou 60 carnavaliers dansent sur les rythmes des Vidés dans la plus pure des traditions antillaises.

Bordeaux, carnaval des antillais de l’hexagone

Vaka-band-1.jpgLa communauté estudiantine antillaise de toute la France se retrouve sur les rives de la Garonne. « On est venu en bus de Paris. Nous étions 150. Depuis jeudi soir, nous enchainons les soirées où l’on retrouve vraiment l’ambiance de chez nous. On a même fait un vidé dans le tramway ! » raconte Aurélia Bracha, étudiante parisienne de 27 ans qui fait le déplacement pour la troisième fois. Car des associations développent un programme complet de festivités autour de ce carnaval bordelais avec, en point d’orgue cette année, un concert de Jean-Philippe Marthély. Le succès est tel que les places se vendent en un clin d’œil sur les réseaux sociaux.

Le défilé du dimanche est l’apothéose de ce week-end de folie. Les bouteilles de rhum s’échangent de mains en mains, le spectacle est autant aux abords du cortège que dans les groupes qui se succèdent. Chayé Yo ne rate plus un seul rendez-vous bordelais depuis sa première participation il y a 4 ans. « Pour moi, c’est le plus important après celui de Paris en juillet » à en croire Chrisna Chafograck, le leader.

Vak Band, groupe martiniquais né à Bordeaux

Le-groupe-Siwo-Battery-de-Pau.jpgLes étudiants martiniquais de Bordeaux ont créé un groupe en 2006, Vak Band, avant de prolonger l’aventure en Martinique depuis un an, tant ils ont noué de liens forts lors des carnavals sur les rives de la Garonne.

La grisaille, ni la pluie fine n’entament en rien la bonne humeur des participants comme des spectateurs qui assistent, ravis, à ce carnaval métissé dans toute la ville.

Epuisés, les carnavaliers reprennent le chemin de Paris, Montpellier ou encore Toulouse en fin d’après-midi pour reprendre le fil de leurs études… en attendant l’année prochaine.

Texte et photos :  Guillaume Decaix (agence de presse GHM)Vaka-Band-2.jpgVaK BandChayé Yo 4

Chayé YoChrisna-Chafograck--leader-du-groupe-Chaye-Yo.jpg

Chrisna Chafograck, leader du groupe Chayé YoDavid--Aurelia-Mayline-et-David-sont-venus-de-Paris-pour-l.jpgDavid, Aurélia,Mayline et David sont venus de Paris pour les festivités autour du carnaval de Bordeaux


Partager cet article

Repost 0

commentaires

birahima2 06/03/2012 20:43


tu crois peut-être que les gens sont fiers d'avoir des ancêtres serfs au moyen-âge aussi


et qu'ils ont fait la révolution juste pour se marrer parce que en fait, ils adoraient bosser comme des nègres.


ben voyons.


alors ça va te coûter cher. Ta tête, elle va finir au bout d'un pique.


 


 

birahima2 06/03/2012 19:50


tu es encore saoûl.


tu devrais avoir honte !


Tu es mal barré pour la lutte des classes.


l' esclavage, c'est l' exploitation.


Ose me dire que l'exploitation ne se poursuit pas aujourd'hui ?


il s'agit pas d'être fier d'avoir des ancêtres esclaves ; On en a rien à branler.


 


 

thierry 06/03/2012 18:53


J'ajoute (pour cette oirée) que la qualité de l'éducation occidentale qui a été dispensée au-delà de l'éducation africaine, aux esclaves, est d'une bien meilleure qualité (subjectivement) que
celle qui a été donné lors de la colonisation révolutionnaire et post-révolutionnaire. Il n'a qu'à voir le niveau de qualité de service de nos jours, pour se dire que "travailler comme un nègre"
peut être pris comme un compliment et pas que par les moins intelligents.

thierry 06/03/2012 18:45


Etre "jaloux" des esclavages passés est bien malheureux au 21è siècle. La pwofitasiyon en outre-mer n'est pas seulement imputable à ceux qui étaient responsables de l'esclavage. Aujourd'hui
d'autres familles "parvenues" depuis peu s'y enrichissent aussi. De même que dans l'hexagone à l'endroit ou à l'encontre (c'est selon) de tout français.


l'esclavage consistait à sélectionner les meilleurs éléments, ce qui ne "dédouane" rien...Et créé des tensions passionnelles parfois de la part de gens qui n'ont pas eu d'ancêtres directs ayant
connu l'esclavage.


Peut-on être fier d'avoir eu des ancêtres esclaves ? Je réponds oui.

birahima2 06/03/2012 18:01


c'est remarquable.


manifestement les Antillais ont compris que la rancune n'aide pas à construire quoi que ce soit ; alors que  ceux qui ont fondé leur fortune sur l'esclavage, toujours pas.


Ils continuent encore en 2012. Ils ne comprendront jamais rien. Faudrait leur parler en élevant la voix et en leur tirant l'oreille.


 


 

thierry 06/03/2012 16:45


Chayé yo est un grand groupe qui se produit dans toute la France, c'est bien d'en avoir quelques uns.

birahima2 06/03/2012 10:52


ils n'ont pas fait assez de bordel, les riches familles bordelaises impliquées dans le commerce des esclaves, faut qu'elles paient à la fin !


Rendez-nous nos femmes !


 

Articles Récents