Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 06:48

Jean-Claude Saffache, nouveau président du CASODOM   

Saffache-et-Dorion-photo-A-Jocksan.jpgJeudi dernier Georges Dorion président du Casodom depuis 1994, a passé  la main à son successeur, l’énarque  Jean-Claude Saffache. Mais, Il garde un pied dans la maison de la rue du Louvre pour s’occuper des jeunes et  les aider à promouvoir leur réseau. « Je pars un peu, mais je n’ai pas l’intention de ne pas vivre », ainsi a-t-il terminé son discours d’adieu.  Jean-Claude Saffache, successeur expérimenté et motivé, reprend le flambeau. Un énarque chasse l’autre.  Le nouveau président est un grand commis de l’Etat originaire de Saint-Joseph en Martinique. Il a débuté sa carrière à la direction générale des douanes, été directeur du Tracfin, président directeur général de l’Imprimerie nationale, trésorier payeur général dans la Midi-Pyrénées et le Nord Pas de Calais. Retraité, commandeur de la légion d’honneur, c’est aujourd’hui un passionné de course à pied qui a plusieurs marathons au compteur. Il reconnaît que son expérience associative est peu développée mais il considère « le soutien aux plus démunis de nos compatriotes comme une mission  éminemment noble ».La-section-feminine-du-Casodom-dirigee-par-Y-Minatchy-pho.jpg

Le Casodom est né en 1956, à l’aube des mouvements migratoires importants qui ont frappé les DOM. Robert Attuly  son premier président, a voulu donner un repère à ces premiers migrants en organisant leur accueil, leur logement, leur emploi. G-Dorion--fait-son-discours-photo-A-Jocksan.jpgLe Casodom s’est ensuite organisé, jusqu’à être reconnu d’utilité publique par décret en 1973. Le Casodom a du passer le cap du 21ème siècle en diversifiant ses objectifs et en s’adaptant. Cela a été l’opération « Les talents d’Outre-mer ». Georges Dorion avait senti ce besoin de valorisation des capacités de la jeunesse ; Jean-Claude Saffache devra faire vivre et évoluer cette institution vénérable.

Alfred Jocksan (agence de presse GHM)

 


Interview Jean-Claude Saffache

" Nous aidons chaque année plus de  2000 familles "

Jean--Claude---Saffache-photo--Alfred-Jocksan.jpgQu’est ce qui vous a motivé à prendre la tête du Casodom ?

Je suis à la retraite et je continue d’avoir des occupations bénévoles. Je suis en particulier membre d’une association, le comité de la charte  « don  en confiance » et membre d’une autorité d’audit nationale qui contrôle les opérations financées par les fonds européens. Aujourd’hui, on me confie, sans que d’ailleurs je l’aie sollicité, la responsabilité de la présidence du Casodom. C’est un défi que je tacherai de relever.

Dans quelles conditions avez-vous accepté cette présidence ?

Je ne l’ai pas sollicitée. Je n’ai pas fait de campagne électorale pour être président du Casodom. Lorsque la question m’a été posée, j’ai assez longuement réfléchi, finalement pour arriver à la conclusion que je ne pouvais pas me déposséder de ma responsabilité. J’ai acquis une certaine expérience en métropole dans mes différentes fonctions. Je ne peux pas refuser de mettre cette expérience au profit de mes compatriotes.

Quels sont vos objectifs ?

Evidemment, quand on a la chance de recevoir un si beau patrimoine, c’est de le préserver et de le faire fructifier. Le Casodom s’est forgé une image équilibrée. Il agit à la fois en faveur des plus démunis.  Ce qu’il fait depuis son origine. Il y a encore beaucoup des gens qui souffrent parmi nos compatriotes dans l’Hexagone. Nous continuerons à avoir cette action sociale en faveur des plus démunis. Et, parallèlement, pour avoir cette vision équilibrée  de notre communauté, donner l’image des talents  exceptionnels  de l’outre mer qui sont souvent d’ailleurs  issus des milieux pas forcement favorisés.

Connaissez-vous la communauté ultramarine en Ile de France ?

Elle rencontre les difficultés habituelles des personnes qui souffrent. On a beaucoup de ménages isolés, des fins de mois difficiles. Ils nous arrivent souvent de subvenir aux besoins de ces familles avec des tickets service et par d’autres moyens. Au Casodom, nous aidons chaque année plus de  2000 familles.

Vous êtes un coureur de longue distance. Comment allez-vous vous prendre pour gérer la misère ?

Je suis entouré des personnels très qualifiés en ce domaine. J’ai personnellement  la fibre sociale et je suis entouré d’amis notamment le conseil d’administration qui m’aidera dans cette tache.

Propos recueilli par Alfred Jocksan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

birahima2 02/07/2012 17:35


et puis arrête de parler de respect.


tu fous la merde à parler de respect.

birahima2 02/07/2012 17:14


tu confirmes, ils sont dans business of war.


qu'ils crèvent.

thierry 02/07/2012 16:46


Respect à ce monsieur, mais on voit bien que certains essaient de créer une Gentry black pour donner naissance à une diversité ethnique en France, mais comme on n'est pas aux States, c'est
voué à l'échec en terme de crédibilité. Cadenet et Romana (lol). Ce n'est pas la même envergure.

birahima2 02/07/2012 12:59


en effet, de la musique de merde, c'est tout ce qu'ils méritent ces culs fripés.

thierry 02/07/2012 12:27


Les paroles de Enrico (ami de Sarko) sont si fortes :


http://www.youtube.com/watch?v=m7f1DH2baQk

thierry 02/07/2012 08:59


Mourir de faim est une histoire de longue haleine, il fallait un marathonien pour mener le combat. Donnez, donnez-nous donnez ......Loin des plantations, il n'y a plus rien à manger !

Articles Récents