Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:55

Choukaj mas déboule à Paris

Samedi après-midi, plus de cinq cents personnes, hommes, femmes et enfants en noir et blanc, ont foulé le macadam parisien, de la place de la Bastille à Nation-place des Antilles, en passant par la gare de Lyon. Un déboulé pour la mémoire et la résistance. (photos AJ)la-releve-choukaj-mas-paris--limye-pou-zansyen--14-.jpg

Depuis douze ans, chaque troisième samedi du mois de mai, l’association Choukaj Mas Paris appelle ses adhérents et sympathisants à participer à un grand déboulé dans les rues de la capitale. Une manifestation qui s’inscrit dans la continuité des actions menées dans ce mois de la mémoire et de commémoration qu’est le mois de mai. choukaj-mas-paris--limye-pou-zansyen--21-.jpgChoukaj veut réveiller les consciences, poursuivre une véritable lutte de résistance comme l’assimilation et la domination culturelle, face à la mondialisation des cultures. Mais aussi pour revendiquer dans l’esprit des mas à Saint-Jean, les victimes guadeloupéennes de mai 1967.

La majorité est habillée de vêtements en noir ou en blanc plaqués de mains… Un signe de deuil et d’innocence. Et des inscriptions. « 1967 neg ja pwen, nèg pé pa pwen enko » ou  «Limiyé pou zansyen ». Pour le président du groupe, Samuel Féreol, c’est une revendication juste. En tête du défilé, cinq jeunes frappent le sol avec leur fouet pour chasser les esprits malveillants. Les porteurs d’encens passent dans la foule  pour purifier et apaiser les esprits. Certaines jeunes, telle Brigitte, sont contents. Elle est heureuse de danser dans la rue Diderot. choukaj mas paris limyé pou zansyen (13)«  La musique est dans notre sang et ça nous fait vibrer. » D’autre sont plus conscients comme Fabienne, une jeune lycéenne venue de la banlieue : « Je suis venue pour honorer nos ancêtres et aussi pour la bonne cause, être ensemble. » Sur un parcours inhabituel, pour cause de travaux sur la place de la République, les tambours, les conques de lambi, les calebasses, les voix ont donné le rythme aux pas cadencés et rapides d’une foule déterminée à résister contre « la confiscation » de leur culture guadeloupéenne.

Alfred  Jocksan (agence de presse GHM)Le-souffleur-de-conque---12-.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents