Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 05:00

ITW Daniel Marsin, sénateur de la Guadeloupe

marsin.jpg« Je me présente dans le canton du maire actuel »

Avez-vous l’intention de vous présenter à votre succession au Sénat ?

Je l’ai déjà dit, je serai candidat aux élections sénatoriales. J’ai été sans doute l’un des sénateurs les plus actifs de l’outre-mer. J’ai fait adopter de nombreux amendements, notamment en matière de logement, j’ai été rapporteur de la LODEOM, en mai 2010 et janvier 2011, j’ai interpellé les ministres concernés par la prise en compte des intérêts des DOM vis-à-vis de l’Europe… Je crois que j’ai fait mon boulot et pour cela, je considère que j’ai acquis de la bouteille mais aussi de la notoriété au sein de mes collègues. Je suis vice-président de la commission économique du Sénat. C’est donc naturellement et en toute confiance que je m’adresserai à mes collègues, indépendamment des étiquettes politiques.

Vous appartenez à la Gauche moderne et on dit que vous vous rapprochez de l’actuelle direction locale de l’UMP…

Je ne suis pas UMP, c’est très clair. J’appartiens à la Gauche moderne qui appartient à la majorité présidentielle. C’est un parti qui considère que les valeurs de la gauche doivent être en permanence mises en avant tout en étant réaliste du point de vue économique. D’où les notions de solidarité et de régulation. L’Etat doit jouer tout son rôle et ne pas laisser faire le marché. Mais parce que je suis membre de la Gauche moderne, j’ai des amis dans la droite guadeloupéenne, mais également à gauche.

Vous êtes toujours à la tête d’Unité abymienne. Ce mouvement reste actif ?

Il est très actif en ce moment. Nous avons fait dernièrement un travail de restructuration, remis de l’ordre, nommé un nouveau conseil et un nouveau bureau politiques et aujourd’hui, mes amis sont au travail. Nous allons nous repositionner sur la scène politique abymienne en allant aux élections cantonales avec quatre ou cinq candidats dont moi-même.

Ce n’était pas prévu que vous vous présentiez…

On avait prévu de mettre en avant dans le 1er canton une de nos camarades, Lise Azède, mais les camarades m’ont dit que, compte tenu du fait que pendant trois ans, nous avons laissé la nouvelle équipe municipale travailler, sans faire de l’agitation, et alors que nous voulons nous repositionner, il était souhaitable que ce soit le président de l’Unité abymienne qui se présente. Je me présente dans le canton du maire actuel.

Vous avez en ligne de mire la réforme territoriale qui remet le canton au cœur du jeu politique…

Le conseiller général deviendra dans trois ans le conseiller territorial. Ca veut dire que ce sera un élu qui aura en charge l’ensemble des problématiques de la Guadeloupe parce qu’il aura le rôle du conseiller général actuel et du conseiller régional.

Ce n’est pas encore fait puisque le président Lurel n’a pas dit son dernier mot…

Sur cette affaire, on a perdu trop de temps. Il y a d’abord eu le congrès de la honte, le 28 décembre dernier, réuni dans une précipitation qui n’était d’ailleurs pas justifiée et qui a sorti une délibération qui n’était pas pertinente. On nous a fait attendre et encore attendre, mais quoi ? Les Martiniquais ont su tirer les leçons du référendum de 2003. Ce n’est pas que le peuple de Martinique était réactionnaire, mais qu’on s’y était mal pris, que ce qui était proposé n’était pas assez clair. Nous, par contre, on a pas su en tirer les leçons ! Et on a fait porter au peuple la charge de notre propre immobilisme, on a reporté notre peur sur le peuple. Enfin, on sait qu’il n’est rien sorti de la rencontre à l’Elysée et c’était prévisible parce qu’on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre ! Maintenant, je suis très content que le président n’ait pas sifflé la fin de la partie parce que je suis pour une collectivité et une assemblée unique dans le cadre de l’article 73. Donnons-nous un ou deux congrès pour proposer quelque chose qui tienne la route.

Propos recueillis par FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents