Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:32

 

Patrick Karam : les raisons d’une démission

Karam-et-poster-Sarko.jpgLe Guadeloupéen Claudy Siar a succédé au Guadeloupéen Patrick Karam au poste de délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer. Ce dernier avait envoyé sa lettre de démission le 6 janvier. Deux mois auront été nécessaires à Eric Siar pour convaincre l'Elysée.

Depuis un an, depuis qu'il est élu conseiller régional d'Ile de France, Patrick Karam dit qu'il a fini son travail, réalisé ses 250 dossiers... Il regrette juste de n'avoir pu communiquer sur les résultats des testings logement et CMU qu'il a confiés à SOS racisme et la Maison des potes. Ils sont achevés, mais, soupire Karam, « il y a des parquets qui trainent des pieds à poursuivre... ». En fait Patrick Karam s'est senti lâché par Matignon quand il a dénoncé des employeurs pris en flagrant délit de discrimination, comme Eurodisney, et surtout par Marie-Luce Penchard. Cela fait un moment déjà, qu'entre Patrick Karam et Marie-Luce Penchard, ce n'est pas le grand amour. Recevant mercredi 30 mars, le président d’une grande association ultramarine, la ministre de l’Outre-mer lui a confié que, sans sa grande gueule et ses bras de fer habituels, Patrick Karam aurait pu occuper son poste à la rue Oudinot… "C'est ça ou un bilan à la Sabegh, dit son entourage, on ne bouge pas facilement des admistrations par principe rétrogrades." Et c’est vrai qu’il n’a pas le caractère facile ! Il a refusé l’invitation du président de la République aux Antilles pour ses vœux d'outre-mer parce qu'il reproche à MLP de l'avoir évincé du comite de suivi des états généraux de l’Outre-mer dans l'Hexagone, de la préparation de l'année des Outre-mer. Elle aurait fait annuler une réunion avec les associations montée par la délégation... Mais surtout il lui reproche de laisser un champ de ruines pour la droite en outre-mer. D’où sa lettre de démission, la veille des vœux présidentiels ! L'Elysée lui a pourtant proposé de présider l'Agence de la cohésion sociale et de l'égalité des chances, 400 millions de crédit destinés à subventioner des associations, tout en restant délégué... Refus. A ce compte-là, il aurait préféré le commissariat à l'égalité des chances de Yazid Sabegh. Mais ce dernier est à son poste, en réserve, en espérant que la patronne d'AREVA, Anne Lauvergeon, cède sa place. Une autre affaire!

L'appel de Borloo

On a senti Patrick Karam hésitant, se rapprocher d’Yves Jégo qui est venu à son secours quand MLP l'a attaqué sur les ondes de RCI en Guadeloupe. «  Il fait monter les enchères », s'amusait fin janvier un proche de Victorin Lurel (PS)... Jégo lui a proposé de rencontrer le président du parti radical, Jean-Louis Borloo... Il n'y est pas allé. Il y a un mois, l'Elysée lui aurait encore proposé de renoncer à sa lettre. Il a maintenu sa position et l'Elysée a alors choisi de jouer la carte Siar, après avoir songé à Jacques Martial qui a été reçu et qui a décliné, ou Nathalie Fanfant. Des noms suggérés par une connaissance du terrain, Andrée Corosine Simonot à la demande de Marie-Luce Penchard... Six jours avant la nomination officielle de Claudy Siar, Nicolas Sarkozy a reçu Patrick Karam, en présence d'Olivier Biancarelli. En ami, selon Patrick Karam. Depuis, il laisse entendre qu'on pourrait l'entendre dans la campagne présidentielle. « Je n'accepte pas un Front national qui fait glisser toute la société française vers l'extrême droite. Il faut un vrai courant patriotique ». Patrick Karam aime la politique et adore le rôle de tribun en campagne. A 13 mois de la présidentielle, il ne va pas attendre qu'on lui offre une place, il se rend disponible pour la créer, comme il l'a fait en 2006 avec ses coordinations de soutien à la candidature de Sarkozy ou encore au moment ou il négociait avec Guéant « une deuxième place ou rien » sur la liste de Chantal Jouanno à Paris, pour les régionales en 2010. C'est à ce moment là qu’il a lâché cette formule dont la réponse lui appartient, mais qui en dit long sur son ambition : «  Savez-vous pourquoi je ne suis pas déjà secrétaire d'Etat...? » Au service de qui ?
FXG (agence de presse GHM)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Eudaric 01/04/2011 13:47



Tip-Top Photo*



Articles Récents