Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 07:07

Une stèle sur la tombe d’Edith Lefel au Père-LachaiseFamille-et-stele.jpg

Ronald Rubinel et ses deux garçons de 19 ans, Armide Pastel, leur grand-mère, ses amies Marie-Céline Chroné, Gigi Vadeleux, mais aussi Marc Vizy, conseiller de Victorin Lurel et époux d’Emelyne Médina de l’association Regards créoles, se sont retrouvés au cimetière du Père-Lachaise, mercredi après-midi, au carrefour de la traversale n°1 dans la 50e division, et de l’avenue Feuillant, dans la 49° division, devant la tombe d’Edith Lefel. Fstele-serree.jpgabienne Mathurin Brouard, maire de Saint-Georges de l’Oyapock et déléguée à la culture à la Région Guyane, et Diama Jojé-Pansa, déléguée de la Région au développement des territoires du pays Maroni, avaient aussi fait le déplacement. C’était une cérémonie intime pour inaugurer une stèle au souvenir de la chanteuse guyanaise disparue à l’âge de 40 ans, en janvier 2003. « C’est un grand moment d’émotion parce qu’il y a longtemps que je n’y étais pas retournée, a déclaré son amie, la choriste Marie-Céline Chroné. C’est aussi une joie parce qu’on est là pour un grand événement et une grande reconnaissance qu’on lui doit et qu’elle mérite. » Marc-Vizy-et-Armide-Pastel.jpgHuit ans après le décès d’Edith Lefel, enfin, la tombe d’Edith est à la hauteur de sa personnalité. « Jusqu’alors, il n’y avait qu’une dalle grise de béton sans ornement, si ce n’est les fleurs et les plaques laissés par les proches et les admirateurs. « On l’a habillée », s’est réjouie Gigi Vadeleux. La stèle a été dévoilée sous les yeux de la maman d’Edith, Armide Pastel venue aussi de Cayenne, et qui n’a eu que ces quelques mots, tant son émotion était forte : « Elle aimait ce qui était beau et je suis contente pour elle car elle repose enfin dans une tombe qui lui ressemble… » Cette stèle, c’est grâce au père de ses enfants, Ronald Rubinel, la Région Guyane et l’association Regards créoles d’Emelyne Medina et Olivier Laouchez, qu’elle existe. Le projet, a expliqué Ronald Rubinel, existe depuis la mort d’Edith. Marie-Celine-Chrone.jpg« Au départ, on voulait faire une statue mais c’était impossible… Au moment du décès, il y a des projecteurs et du monde… Le temps passe et personne n’est plus là sauf la famille et les irréductibles… » C’est qu’il a fallu se battre contre la rigidité des architectes des monuments de France et les règlements de la mairie de Paris pour pouvoir ériger cette stèle en pierre noire de Bretagne. « Il a fallu beaucoup de dérogations, mais au final, tout le monde a été compréhensif », indiquait Marc Vizy. Sur la stèle figure le portrait d’Edith d’après une photographie de Michel Bokandé et une phrase du refrain de sa chanson « Mési ». « Ce n’est pas un deuxième enterrement, insistait Ronald Rubinel, c’est une commémoration. »Ceremonie intime

FXG (agence de presse GHM)

 


 

Elle a dit

Fabienne Mathurin Brouard

Fabienne-Mathurin-et-Diama-Joje-Pansa.jpgUn philosophe a écrit : « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » Edith Lefel a donné l’amour au travers de ses chansons. Et dans ses mélodies, ses paroles, on se retrouve tous ; elle nous a bercés. C’était donc important que la Guyane, la terre qui lui a donné naissance, soit présente aux côtés de la famille pour l’honorer et lui dire qu’on ne l’oubliera jamais. On la chantera encore car elle est un  patrimoine pour la Caraïbe, pour la Guyane française également.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents