Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 04:29

Interview de Jean-Philippe Marthély, dit Pipo                « J’aime la scène, je suis né pour ça »

Jean-Philippe-Marthely---2-photo-A--Jocksan.jpgC’était une première pour un grand nombre des mélomanes venus, samedi soir, aux Escales Caraïbes de la scène Bastille à Paris.  Pipo et sa musique « transgénérationnelle »  ont diffusé l’amour toujou lanmou.

Vous qui avez connu les plus grande salle avec Kassav, pourquoi avez choisi une petite salle ?

J’aime mes prochains, j’aime mon public, j’aime les gens qui y habitent. Je suis né avec l’amour et je fais tout pour que ça fructifie. On m’a déjà proposé à refaire le Zénith. Pour l’instant je ne suis pas encore prêt, je préfère cette proximité. J’aime la scène, je suis né pour ça. Le Zénith, ce se sera  quand Dieu le voudra ! Maintenant, si je peux semer l’amour dans des petites salles, c’est formidable.

Marthely nouvelle formule, avec une petite formation. Est-ce  l’idéal ?

Oui, une petite formation avec de grands musiciens. Il faut que cette petite formation musicale joue et sonne aussi bien,   voire comme Kassav.

Pipo-photo-A--Jocksan.jpgN’éprouvez-vous pas un peu de nostalgie ?

On ne peut pas appeler ma musique, une musique nostalgique. Ma musique est réelle et bien en place. Quand on me parle de soirées nostalgiques, je dis non. La musique de Kassav ne peut pas être classée dans cette catégorie de musiques nostalgiques. C’est une musique qui reste  présente.

Vous avez balancé un nouveau titre sur le net, Fessbouc, qui a eu un grand succès pendant le carnaval. Etait-ce calculé d’avance ?

Jean-Philippe-Marthely-TI-BOUG-KREOL-photo-A--Jocksan.jpgPersonnellement je ne pensais que ce titre allait aussi bien fonctionner et trouver l’adhésion du public. Nous avons tellement de problèmes de diffusion, un tel manque de distributeurs à notre petit niveau… Finalement, je suis à la recherche  d’un distributeur pour Paris.

Quel regard avez-vous sur le renouveau de la musique antillaise ?

Il y a du bon et du moins bon, et du mauvais aussi.  J’ai bien aimé l’album du Guadeloupéen Patrice Hulman.  Nous avons des jeunes qui peuvent faire de belles choses dans la musique. Mais, il faut faire attention. On peu vite partir à la dérive. Il y a des gens qui veulent  chanter en français, qui ont  des textes bizarres... Il faut que tous ces gens qui tournent  autour de la musique sachent que quand tu te mets sur CD, c’est gravé.  Il ne faut pas faire n’importe quoi.

Propos recueillis  par Alfred Jocksan

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents