Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 06:21

L’Etat à côté de ses pompes (à essence)

81 millions d’euros, c’est le montant du nouveau chèque que l’Etat devrait faire aux compagnies pétrolières d’outre-mer. Cette somme apparaît dans projet de décret d’avance et d’annulation de crédits examiné lundi en commission des finances de l’Assemblée nationale, selon le député de Guadeloupe Victorin Lurel. Cette somme sera donc inscrite dans la prochaine loi de finances dans la mission « économie » suite au gel des prix du carburant. Le ministère de l’Outre-mer confirme : « De novembre 2009 à août 2010, le tarif du carburant a été sous évalué de 40 centimes en dessous de son prix réel et nous n’avons eu de cesse de remonter le tarif à son niveau réel et c’est le cas depuis l’été 2010. L’Etat a obligation de compenser ces sommes. » 44 millions ont déjà été versés en juillet 2009 et 50 autres en novembre 2009 par le gouvernement à des « entités juridiques indépendantes qui sont des sociétés appartenant ou rendant des comptes à Total », dixit le président de la commission de finances.

Depuis le début de l’année, pour rattraper le prix réel, quatre augmentations du prix à la pompe ont eu lieu avant une légère baisse début septembre. « La gestion du prix des carburants outre-mer reste absolument chaotique, juridiquement très fragile et le lobby pétrolier ne rogne strictement rien de ses marges puisque le contribuable et le consommateur continuent de payer la rente de ces compagnies, pourtant dénoncée  par des rapports de l'inspection générale des finances et de l'autorité de la concurrence », souligne Victorin Lurel qui craint que ce nouveau chèque ne soit pas le dernier car, comme l’indique le projet de décret, « les négociations en cours avec les compagnies pétrolières sont conditionnées à un engagement ferme de l’Etat sur le montant maximum du préjudice », montant qui n’est donc toujours pas déterminé. « C’est une somme provisionnelle », a confirmé le ministère, assurant que « les négociations en cours avec les pétroliers pour calculer un chiffre qui sera établi par la direction générale de la consommation, la concurrence et la répression des fraudes. » Le montant de la facture totale atteint pour le moment 175 millions. A se demander si l’Etat n’aurait pas dû devenir lui-même pompiste tant il est à côté des pompes !

FXG (Agence de presse GHM)

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents