Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : le blog fxgpariscaraibe
  •   le blog fxgpariscaraibe
  • : Caraibes, Antilles, Réunion, Outre-mer, Paris... Le blog des infos du 6e DOM, des gens originaires d'outre-mer à Paris politique economie culture justice société
  • Contact

Recherche

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 06:49

 

Interview Greg Germain, président d’Avignon, festival et compagniesequipe du Off

L'équipe du festival Off d'Avignon a présenté l'édition 2011 qui, accueille, du 8 au 31 juillet, 1143 spectacles. Interview du président du Off

« Le In et le Off sont quelque part liés »

Derrière la Région Ile-de-France, c’est la Région Provence Alpe Côte d’Azur qui est le plus représentée avec 147 spectacles. Est-ce du à un dynamisme particulier ou à la proximité d’Avignon ?

Germain-Off.jpgA la proximité d’Avignon, bien entendu parce que ce n’est pas ce que la Région PACA fait pour les compagnies, pour le Off en tout cas, ni la Région Ile de France… Tout le monde se sert du Off, les Régions comme les autres, mais personne ne fait pas grand-chose pour le Off. Les Régions envoient leurs compagnies mais elles ne se demandent jamais comment le public vient sur ce Off, comment aider le festival Off à avoir du public, à le développer. Ce sont toutes ces interrogations que nous devons porter justement aux Régions.

La réalité économique du Off, ça se pèse ?

Cette année, il y aura 6 000 artistes pendant un mois. Ces gens-là vont bien dépenser 1500 euros dans le mois pour se loger, pour manger, pour acheter un tee-shirt ou une culotte. Ca fait quand même 9 millions d’euros ! C’est une bonne affaire pour tout le monde. C’est aussi un marché où se négocient des spectacles pour 30 M€. 20 % de tous les échanges de diffusion française se font pendant le Off, à Avignon.

Le Off est autofinancé mais vous avez lancé un appel du pied au ministre de la Culture…

Pas un appel du pied, un vrai appel ! Il y a un festival qui rend des services à ce pays et ce festival est autofinancé. Il est anormal qu’il n’y ait pas au moins des frais de fonctionnement qui ne soient pas couverts par le ministère de la Culture. Comme ça, ce ministère aura vraiment un champ d’intervention. Nous avons aussi besoin de l’Etat, ça nous permettrait peut-être de mieux orienter le travail que nous faisons aujourd’hui.

Au-delà de la France, que représente le Off ?

Le Off a fait un bon en avant considérable en accueillant le nombre de compagnies étrangères qu’il y a aujourd’hui. Il faut se demander pourquoi. Dans les pays asiatiques, ils sont aujourd’hui 14. Ca signifie que le Off développe un certain public, un certain imaginaire et que c’est peut-être pour ça que les compagnies étrangères viennent développer leur imaginaire avec l’imaginaire européen et français.

Une ouverture sur le festival Off de Pékin, qu’est-ce que cela augure ?

Des publics chinois vont voir jouer des pièces françaises et des publics français vont voir jouer des pièces chinoises. C’est bien pour la connaissance des mondes entre eux.

Peut-on imaginer le festival In sans le Off ?

Le Off est un festival à part entière mais je pense que le In et le Off sont quelque part liés et que l’un ne va pas sans l’autre. Les relations entre les deux ont été très tourmentées au début, maintenant, on peut parler d’une neutralité bienveillante.

Le Off, avez-vous dit, n’est pas un rassemblement d’indigents, et puis vous avez cité pour le décrire une phrase d’Edouard Glissant : « Un carnaval d’affiches et un bal d’échasses ». Le Off souffre-t-il d’un problème d’image ?

La vraie image du Off c’est que c’est le lieu de toutes les mises en scènes du monde, c’est un lieu d’imaginaires. Un spectacle, ça pose des questions au monde pour repousser les horizons de ce monde. Et quand il y a 1143 spectacles dans un lieu, c’est tout de même extraordinaire, c’est mille questions posées chaque jour.

Propos recueillis par FXG (agence de presse GHM)


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thierry 26/05/2011 14:11



MÔssieur germain est depuis longtemps longtemps dans le métier. Ils côtoie politiques, artistes, etc...Il pourrait,car c'est un professionnel, lui, trouver un canal sur ADSL (orange, bouygues,
Darty-numéricable,etc....pour réunir et "capter" les peuples....c'est une idée de bon sens de bon soirs de télé en perspective. Mais pas que de l'intello, avec un peu de divertissement (à
l'occasion). Je crois que si quelqu'un peut mener une télévision en France, c'est bien lui (et ses amis bien sûr qu'il ne faut jamais oublier)



Articles Récents